Un Crocodile sur un banc de sable, roman d’Elizabeth Peters

Au mois de juin dernier, les éditions du Livre de Poche ont eu une riche idées. L’éditeur a publié une nouvelle édition en format intégral des romans d’Elizabeth Peters. C’est une bonne idée à plus d’un titre. Déjà parce que cette nouvelle édition propose les deux premiers romans de la série d’Amelia Peabody en un seul volume. En prime, sa couverture est adorable. Mais surtout, ce fut l’occasion pour moi de découvrir Elizabeth Peters ! J’avais déjà entendu parler de la romancière britannique il y a longtemps, par une prof de lettres à l’université. Mais je n’avais jamais lu aucun de ses romans. En fait, je ne savais même pas qu’ils étaient traduits en Français. Et je pense que je ne suis pas la seule à être passée à côté de cette pépite de la littérature policière britannique. Alors profitons de cette séance de rattrapage pour faire connaissance avec la pétillante lady fan d’archéologie !

Mon résumé du livre

Amelia Peabody vient tout juste d’enterrer son père. La vieille fille se trouve désormais à la tête d’un héritage conséquent. Qu’en faire ? Pourquoi ne pas en profiter pour s’adonner à son rêve depuis toujours : voyager à travers le monde ! Sa première étape sera l’Italie avant de faire voile vers l’Egypte où elle compte bien remonter le Nil et contempler les pyramides. Mais rien ne se passe comme prévu. Sa femme de chambre l’abandonne en cours de route, et elle vient au secours d’Evelyn, une jeune demoiselle anglaise à Rome, qui devient rapidement sa nouvelle compagne de voyage. Finalement arrivées au Caire, les deux ladies font la connaissance des frères Emerson. Si Walter est un homme charmant qui ne laisse pas Evelyn indifférente, Radcliffe s’avère être un grognon de la pire espèce, aussi mal-élevé qu’il est passionné par son activité : les fouilles archéologiques. Installés sur le même bivouac au bord du Nil, le quatuor d’Anglais se trouve rapidement forcé à faire front commun tandis qu’ils sont victimes d’une série d’attaques. Le coupable ? Une momie !

Mon avis sur Un Crocodile sur un banc de sable

Si comme moi vous aimez les histoires policières et l’Egypte, alors vous allez adorer Un Crocodile sur un banc de sable ! Quand j’étais ado, j’étais fan des films La Momie et Le Retour de la momie. Et même si Un crocodile sur un banc de sable est assez différent, j’y ai retrouvé le même enthousiasme, le même dépaysement et la même dose de suspens.

La première chose à savoir sur ce livre, c’est qu’Elizabeth Peters était vraiment égyptologiste de profession. L’écriture est venue plus tard dans sa vie, mais elle a réellement passé des années à mener des fouilles archéologiques en Egypte sur des sites prestigieux. Elle a eu une idée formidable : mélanger l’égyptologie avec le roman policier pour imaginer des histoires plantées dans un décor envoûtant, flirtant avec le surnaturel.

Dans ce livre, il est question d’une momie vindicative qui s’en prend aux Anglais qui viennent déranger le repos éternel de sa tombe. Ou en tout cas, c’est ce qu’il semble… Le mystère plane : est-ce vraiment une apparition venue de l’autre monde, ou s’agit-il d’un subterfuge pour faire fuir les intrus ? Ce mélange entre réalisme et fantastique fait mouche. J’ai adoré être dans le doute pendant ma lecture. Et la résolution de l’intrigue est à la fois brillante et très satisfaisante.

Comme si la qualité de l’intrigue et le décor de rêve ne suffisaient pas, il faut encore que l’écriture d’Elizabeth Peters soit particulièrement agréable. Cette romancière a un humour fabuleux, un peu acide à la Jane Austen. Son écriture est énergique, claire et très prenante.

Et enfin, l’énorme point fort ce sont les personnages, avec en tête la fabuleuse Amelia Peabody. Si Agatha Raisin avait une grand-tante férue d’égyptologie, ce serait Amelia Peabody. Amelia est une vieille fille pour les standards de l’époque. Et elle est aussi beaucoup instruite pour ces même standards. Son intelligence, son indépendance et son aplomb font d’elle un personnage particulièrement charismatique. Et comme en plus elle est drôle et qu’elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds (quitte à être parfois un peu tyrannique), c’est impossible de ne pas l’adorer immédiatement !

Face à elle, Radcliffe est un bougon qui finit par devenir attachant. Un homme brillant mais qui le possède aucun talent en matière d’interactions sociales. Ces deux personnages sont comme chien et chat. Ils n’arrêtent pas de s’envoyer des piques. Et c’est un bonheur de suivre leurs scènes de judo verbal !

En prime, on apprend beaucoup de choses sur l’Egypte, et notamment sur l’Egypte ancienne. Le livre raconte en particulier les problèmes auxquels ont été confrontés les premiers égyptologues pour collecter des objets, les conserver et les dater alors que de nombreux pilleurs vidaient les tombes en les dégradant parfois de façon dramatique.

Un Crocodile sur un banc de sable : une idée lecture pour qui ?

A mi-chemin entre le roman policier et le roman d’aventure, Un Crocodile sur un banc de sable est une pépite qui mérite d’être découverte. De nombreuses lecteurs et de nombreux lecteurs apprécieront la qualité de son intrigue, le côté loufoque de ses personnages, son décor de carte postale et le ton de son écriture. En ce qui me concerne, je suis conquise !

Un Crocodile sur un banc de sable-Alivreouvert.net

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s