Soupçons et Préjugés, polar historique

Soupçons et Préjugés est le second tome de la série Les Enquêtes de lady Rose. Dans cette excellente saga de romans policiers historiques et humoristiques, M.C. Beaton (oui, la romancière à l’origine d’Agatha Raisin) imagine une jeune fille de bonne famille un peu naïve et franchement suffragette. Aidée par sa femme de chambre, elle tente de résoudre des crimes horribles… Et en plus avec succès ! Chaperonnée par un détective privé et le majordome de ce-dernier, lady Rose nous embarque pour des histoires aussi divertissantes que haletantes. Après avoir eu beaucoup de plaisir à lire le premier tome de la série, Meurtre et Séduction, je ne pouvais pas passer à côté de ce second volet !

Mon résumé du livre

Après avoir temporairement échappé au scandale, lady Rose cherche toujours un moyen de s’émanciper de ses parents. Plutôt que de chercher un bon parti à épouser, comme ils le voudraient, la riche héritière a décidé de se lancer dans un nouveau défi : trouver un travail pour pouvoir enfin gagner son indépendance. Le projet n’est pas du tout du goût de ses parents. Désemparés, ils demandent conseil à Harry Cathcart, le détective privé qui les avait si bien conseillé quand Rose a été mêlée à une affaire de meurtre. Le jeune homme est catégorique : il suffit de laisser la jeune fille expérimenter la « vraie vie » pour être certain qu’elle abandonnera et rentrera retrouver le confort de la maison parentale. Ce que Harry n’avait pas prévu, c’est que lady Rose allait encore une fois être mêlée à une affaire de meurtre !

Mon avis sur Soupçons et Préjugés

Comme avec les romans policier de la série Agatha Raisin, M.C. Beaton prend un malin plaisir à faire se suivre les enquêtes de lady Rose. Soupçons et Préjugés et la suite immédiate du premier tome. Il vaut donc mieux l’avoir lu pour tout comprendre !

Dans cette nouvelle enquête particulièrement originale et dense, lady Rose doit faire face à de nombreux dangers : un meurtrier, un maître-chanteur, une secte de végétariens… et surtout ses propres parents ! Du début à la fin, le roman est palpitant parce qu’il aborde beaucoup de choses. Et le suspens de l’intrigue principale est encore renforcé par toutes les histoires secondaires qui offrent des péripéties particulièrement drôles.

Dans ce livre, on poursuite la découverte des personnages de Rose, Harry et de leurs domestiques. Chacun a une personnalité bien claire, et l’histoire fonctionne surtout sur l’antagonisme entre Rose et Harry. Ils ont beau avoir tous les deux le goût du mystère, ces deux-là sont comme chien et chat. Et plus ils passent du temps ensemble, plus on s’amuse de leurs scènes de joute verbale.

Ce que j’apprécie le plus dans ce livre, c’est d’ailleurs le fait qu’aucun des personnages principaux n’émerge comme un héros. D’abord, aucun ne prend vraiment le pas sur l’autre, même si la saga porte le nom de Rose. Ensuite, ils sont tous les deux imparfaits, et on a parfois envie de les secouer un peu. On retrouve ici tout l’humour acide de M.C. Beaton qui n’aime rien tant que se moquer des travers de ses personnages. Rose a un côté princesse loin de la réalité. Harry est un misanthrope légèrement acariâtre. Mais en tant qu’enquêteurs, ils font des merveilles ! Et c’est encore plus drôle de suivre les aventures de personnages pour lesquels on peut éprouver plus de sentiments que juste de la sympathie.

Blague à part, cette enquête policière est aussi l’occasion pour M.C. Beaton de nous plonger dans la vie de la société anglaise du début du XXe siècle. Et tout n’est pas rose, loin de là ! Elle se moque du modernisme qui n’est pas toujours synonyme d’amélioration. Elle jette surtout un éclairage bienvenu sur la place des femmes dans la société de l’époque. Dans ce monde-là, il n’y a pas de place pour les femmes divergentes, incapables de se plier aux règles sociales étriquées. Et même pour les femmes dociles, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. M.C. Beaton aborde notamment la question des internements forcés pour les femmes libres. Une sanction d’autant plus cruelle qu’elle était le fait de la famille des femmes incarcérées. La romancière dénonce l’hypocrise d’une société apparemment obsédée par la morale et la respectabilité, mais qui n’a aucun problème à se débarrasser de tous ceux qu’elle juge indignes.

Soupçons et Préjugés : une idée lecture pour qui ?

Si vous aimez les comédies policières, vous allez adorer ce livre ! M.C. Beaton est en très grande forme avec ce roman. Elle livre une solide intrigue policière, avec beaucoup de péripéties et d’humour. Elle en profite pour égratigner les travers humains et offrir un éclairage intéressant sur la naissance du mouvement féministe. Certes, son personnage principale est assez naïve en ce qui concerne la cause des femmes, mais les contradictions font aussi partie de l’histoire. Et c’est bien difficile de se construire des repères fiables quand on évolue dans un cadre social bâti sur des faux-semblants.

Ce livre a été un énorme coup de cœur, et je lirai avec plaisir les prochains tomes. Cette série ne doit comporter que quatre romans. Peut-être que c’est dû à cette concentration, ou peut-être au sujet historique, mais je trouve que M.C. Beaton est meilleure encore dans l’écriture de ces romans que dans les Agatha Raisin. Il y a un parfait équilibre entre la pertinence du propos et le divertissement de l’histoire. Que du bonheur !

Lady-Rose-2

5 réflexions sur “Soupçons et Préjugés, polar historique

  1. cloedominatibouchevreau dit :

    Moi je lis « Agatha Raisin » de MC Beaton 😉

    Décidement, cet auteur (je ne sais plus si c’est une femme ou un homme, la honte) est fan des remixs de grand classique ! Je trouve ses bouquins très fluides, même si j’ai eu du mal au début avec le lexique employé… Mais celui que tu nous présentes me tente énormément, j’aime beaucoup l’époque à laquelle il se déroule !

    Du coup, tu en as lu d’autres de lui/elle ?

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      C’était une femme ! J’ai lu beaucoup de Agatha Raisin, un Hamish McBeath (que je n’ai pas trop apprécié) et les 2 premiers tomes des enquêtes de Lady Rose que j’ai adoré. Pour info, même si les titres sont des références littéraires, en fait les histoires n’ont rien à voir. Ce sont vraiment des histoires policières originales et pas des remix des classiques. Si tu aimes Agatha Raisin, alors tu devrais adorer Lady Rose parce qu’on retrouve le même genre d’humour, avec de solides intrigues policières et des personnages hauts en couleurs.

      J’aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s