Virgin River, roman de Robyn Carr

En début de mois, j’ai reçu les deux premiers tomes de l’intégrale Virgin River. Les romans de Robyn Carr sont déjà parus en France, mais en format individuel. Cette fois, les éditions J’ai Lu proposent une réédition en format intégrale (2 romans dans chaque tome) avec un format semi-poche plus confortable pour la lecture (c’est un point de vue personnel évidemment, mais je vous invite à tester parce que c’est vraiment plus plaisant que le poche standard). En même temps, Netflix a mis en ligne les épisodes de la première saison de sa série adaptée de Virgin River. Moi qui n’avais jamais lu aucun roman de Robyn Carr et qui n’avais jamais entendu parler de cette saga littéraire (désolée !), je me suis dit que c’était vraiment le moment de m’y mettre. Quelques soirées de lecture plus tard, je suis conquise !

Déçue : c’est le mot pour résumer l’état d’esprit de Melinda quand elle arrive à Virgin River. D’abord sa voiture l’a lâchée sur la route, ensuite le chalet dans lequel elle doit loger tombe en ruine, et enfin le médecin qu’elle doit seconde en tant qu’infirmière sage-femme est un vieux revêche qui ne veut pas d’elle. Seule bonne nouvelle à l’horizon : le bar de cette petite ville campagnarde de Californie est chaleureux et propose de la bonne cuisine. Il est tenu par un ex-marine, Jack, en quête d’une vie calme. Entre les deux, il y a tout de suite des étincelles, mais Mel doit se faire une raison. Alors qu’elle se remet à peine d’un drame personnel, sa volonté de changer de vie se heurte à la dure réalité : elle n’est peut-être pas encore assez forte pour se reconstruire. Les choses pourraient changer, si seulement elle pouvait se sentir utile. Et justement, le destin lui fait signe de la plus étrange des façons, en plaçant un nourrisson abandonné sur sa route…

Histoire d’amour, seconde chance, résilience, saga romanesque, suspens, action… Il y a tout ce que vous voulez dans Virgin River ! Avec cette saga, Robyn Carr livre une belle histoire, dans le pur style du roman « small town », ce sous-genre qui consiste à raconter la vie des petites communautés américaines.

Ici, tout commence avec l’arrivée de Melinda. Elle est une étrangère qui vient d’une grande ville. Elle ne connait personne, mais elle a à cœur de réinventer sa vie en trouvant sa place dans la petite communauté. C’est à travers ses yeux à elle qu’on apprend à connaître Virgin River et ses habitants hauts en couleurs.

Tout de suite, Melinda est un personnage à la fois chaleureux, sympathique mais aussi très mystérieux car on ne saisit pas de son passé. Du coup, dès le début de la lecture, c’est impossible de lâcher le roman ! On veut savoir qui est cette femme et quel est le drame qui lui a fait quitter sa vie à Los Angeles.

De l’autre côté, on découvre Jack et les autres habitants de la ville. Ils ont tous leur propre histoire, et cette galerie de personnages secondaires est particulièrement attachante. D’autant que dans les tomes suivants, les personnages principaux changent. Dès le seconde tome, ce sont John et Paige qui deviennent le point d’ancrage de l’histoire, même si on continue de suivre Mel et Jack, et tous les autres.

A peine avais-je fini la première histoire que j’ai entamé la seconde. Puis j’ai lu la troisième dans la foulée… Et j’en suis désormais à la quatrième. C’est dur de lâcher Virgin River car tous les personnages sont intéressants, et chaque roman opère un glissement pour présenter les intrigues liées aux personnages secondaires. L’ensemble est donc très cohérent.

Certes, ce sont des romans assez « traditionnels ». Robyn Carr souligne l’importance de la communauté, de se serrer les coudes entre voisins. Le mariage et la famille sont au cœur des valeurs américaines, et ça fait parfois un peu cliché pour des lecteurs français. Mais ça reste assez soft pour ne pas créer de fossé culturel. La lecture n’est pas freinée. En revanche les lecteurs français seront certainement surpris par la concentration d’ex-militaires au kilomètre carré dans cette petit ville !

Cette saga est irrésistible. La commencer, c’est vouloir tout lire dans le même mouvement ! J’ai adoré, et du coup j’ai regardé la série de Netflix dans la foulée, juste pour voir si c’était à la hauteur. Et franchement, la série retranscrit très bien l’ambiance chaleureuse de cette saga, même si elle prend quelques libertés avec l’histoire des personnages.

Bref, si vous avez envie d’une lecture addictive et chaleureuse, embarquez sans hésiter pour la destination de Virgin RIver. La vie y est douce… même si les péripéties ne sont jamais loin !

Une réflexion sur “Virgin River, roman de Robyn Carr

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s