Son Espionne royale mène l’enquête, roman policier de Rhys Bowen

Une amie et ancienne collègue s’est un jour gentiment moqué de mois en me disant que j’aurais été parfaitement à ma place si j’étais en Angleterre a début du siècle dernier. C’est vrai. J’avoue tout : j’ai un faible pour l’Angleterre de la première moitié du XXe siècle. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je suis extrêmement attirée par cette époque précise, et j’ai pris l’habitude de lire pas mal de romans qui se déroulent durant cette période. Alors évidemment, quand la collection de La Bête Noire annoncé la parution d’une nouvelle saga policière qui se déroulait en Angleterre dans l’entre-deux guerres, je n’ai pas pu résister ! C’est comme ça que j’ai découvert Son Espionne royale mène l’enquête, le premier roman d’une série écrite par Rhys Bowen. Les éditions Robert Laffont ont eu la grande gentillesse de me l’envoyer, et je suis tout de suite tombée sous le charme. Ce n’est pas compliqué : ce roman livre est un condensé de tout ce que j’aime dans la lecture !

Georgie a beau appartenir à la famille royale d’Angleterre, elle n’a pas un sou devant elle. Son frère est un duc désargenté. Le château familiale en Ecosse tombe plus ou moins en ruines. Et elle n’a trouvé aucun jeune homme à épouser. Le jour où elle découvre que sa famille tente de la caser avec un prince roumain passablement détestable, Georgie décide de faire sa valise et de partir pour Londres. Dans une grande ville, elle trouvera forcément un travail et pourra enfin mener sa vie comme elle l’entend. Mais rien ne se passe comme prévu. Pour commencer, trouver un travail s’avère difficile quand on a aucune qualification. Ensuite, son arrivée à Londres est parvenue à la reine Marie. La royale parente s’empresse de faire venir Georgie à Buckingham Palace pour lui confier une mission délicate : surveiller le prince de Galles, le charmant David, qui s’est entiché d’une américaine mariée, madame Simpson. Mais le pire reste à venir : Georgie découvre un cadavre dans sa baignoire. Le flegme de la royauté britannique suffira-t-il pour venir à bout de tous ces désagréments ?

Son Espionne royale mène l’enquête est tout simplement le meilleur roman policier que j’ai lu depuis le début d’année. Rhys Bowen jongle avec les genres littéraires pour nous présenter une histoire vraiment originale, dans laquelle on se sent tout de suite hyper à l’aise.

Rhys Bowen a choisi de planter son intrigue dans l’Angleterre de l’entre-deux guerres. Un choix dépaysant car on croise la jeunesse dorée, occupée à faire la fête après les années difficiles de la Première Guerre mondiale. Mais c’est aussi une société dans laquelle tout change ; le monde moderne est déjà en marche, et les jours glorieux de l’aristocratie sont désormais comptés. Georgie, qui descend par son père de la reine Victoria et par sa mère d’un agent de police à la retraite, est à l’aise dans les deux mondes : celui de la royauté et celui des « gens normaux ». C’est donc un plaisir de la suivre car, à travers ses yeux, on peut tout découvrir du Londres de l’époque.

L’aspect un peu « carte postale » est renforcé par le fait que l’auteure fait référence à des personnages historiques qui ont réellement existé : la reine Marie (grand-mère de la reine Elizabeth) a bien du mal à canaliser son fils aîné, un coureur de jupons qui tombe amoureux de l’américaine Wallis Simpson. Les références sont subtiles, et le mélange entre réalité et fiction est vraiment très habile.

En dehors des aspects historiques, ce roman est une vraie réussite grâce à deux éléments. D’abord, l’intrigue est très bien menée. Il y a du suspens, il se passe toujours quelque chose, et on a droit à des rebondissements jusqu’à la toute fin de l’enquête. Georgie, malgré ses gaffes en série, a un sacré don d’observation… et sa maladresse peut parfois s’avérer utile pour l’aider à se sortir de situations compliquées.

Mais surtout, ce roman policier est vraiment hilarant. Il y a beaucoup d’humour car le livre est écrit à la première personne. C’est l’humour anglais dans toute sa splendeur. Georgie est très drôle, assez décalée, pleine d’optimisme, et elle dévoile un caractère très déterminé qui fait d’elle une héroïne aussi forte que tendre.

Au total, cette série policière compte déjà plus d’une douzaine de tomes en anglais. Les éditions Robert Laffont ont déjà publié le deuxième roman de la série, et j’ai vraiment hâte de le lire. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Georgie. Et je suis très curieuse de découvrir dans quel pétrin sa royale famille va encore la fourrer pour ses prochaines aventures !

Publicités

2 réflexions sur “Son Espionne royale mène l’enquête, roman policier de Rhys Bowen

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s