Pas facile d’être une fille facile, roman d’Anna Premoli

Après avoir eu le plaisir de découvrir la nouvelle collection des éditions J’ai Lu et de vous la présenter au moment de sa sortie, en début de mois de mai, il est maintenant l’heure de vous faire la chronique du premier roman que j’ai lu dans cette nouvelle collection consacrée à la chick lit. La semaine dernière, j’ai donc lu le roman d’Anna Premoli : Pas facile d’être une fille facile. Un titre amusant avec une couverture girly : voilà qui promettait d’être une lecture très sympa pour profiter du retour du soleil après cette longue séquence pluvieuse. Et effectivement, ce roman sans prétention a mis du soleil dans mes moments de lecture. Depuis que je l’ai terminé, je trépigne d’impatience à l’idée de vous en parler !

Jordan a quitté sa campagne natale pour se rendre à New-York, la grande ville où elle espère débusquer un mari riche, déjà un peu âgé, et capable d’assumer les frais de santé de sa mère. Un objectif loin de l’idéal romanesque du prince charmant, mais Jordan est une fille pragmatique, et dans une vie quotidienne où les factures s’accumulent, il faut bien avoir des priorités ! Son plan est déjà prêt : elle se fait engager comme serveuse dans un café juste en face d’un grand hôpital afin de rencontrer un riche médecin et le séduire. Tout aurait pu se dérouler comme prévu si, à la place du riche médecin quinquagénaire, Jordan n’avais pas fait la connaissance de Rory, un jeune médecin particulièrement séduisant… mais qui ne coche aucun des critères recherchés par Jordan ! Alors que faire : s’en tenir au plan ou succomber à l’amour ?

Avec Pas facile d’être une fille facile, Anna Premoli nous offre un roman de chick lit… qui détourne habilement les codes du genre pour nous dévoiler le portrait touchant d’une anti-héroïne aussi émouvante qu’authentique. En ce qui me concerne, j’ai lu beaucoup de romans chick lit à une époque avant de me lasser de leur côté répétitif. Mais cette fois, je savoure un retour aux sources avec un livre détonnant, original et vraiment divertissant.

En soi, l’idée de raconter une histoire chick lit avec une héroïne qui cherche tout sauf l’amour, c’est un pari risqué mais bien trouvé. On est loin des clichés fleur bleue de la fille romantique qui rêve du parfait prince charmant, l’embrassant dans un coucher de soleil. On n’est pas non plus dans la catégorie des aventures pour célibataires au bord de la crise de nerfs comme Bridget Jones et consoeurs. Non, cette fois il s’agit d’une fille normale, qui a de vrais problèmes, un boulot qu’elle déteste, un appartement pourri et des problèmes familiaux. L’ironie du sort, c’est que le fait de rencontrer l’amour va également devenir un problème ! C’est le monde à l’envers, et c’est justement ce qui apporte toute sa saveur à cette histoire bourrée d’humour.

Outre ce renversement amoureux, Anna Premoli fait aussi preuve d’audace en racontant l’histoire d’une anti-héroïne. A priori, Jordan n’est pas la fille à laquelle on a envie de s’identifier : une arriviste qui n’a d’autre ambition que de se faire épouser par un homme mûr et très riche. Raconter un roman du point de vue d’une croqueuse de diamants mérite quand même la palme de l’audace narrative ! Mais justement, ça marche parce que Jordan a ses raisons et qu’il y a plus en elle que cette simple ambition d’un mariage d’argent. C’est une fille futée, plus complexe qu’il n’y paraît, et pour laquelle on finit par ressentir une bouffée incontrôlable d’affection. La découverte de l’amour s’accompagne d’une prise de conscience de ses capacités, et Anna Premoli en profite pour faire l’éloge de la lecture comme un moyen de se découvrir soi-même. Autant de choses que j’ai vraiment adoré en lisant ce livre.

Si vous croyez avoir tout lu en matière de chick lit, surtout lisez ce livre ! Et si vous croyez que la chick lit n’est pas pour vous : pareil, lisez ce livre ! Dans les deux cas, vous aller découvrir l’histoire touchante d’une fille qui apprend à se découvrir elle-même, qui est forte, une vraie battante à des années lumière de la belle écervelée. Pas facile d’être une fille facile est un roman très girl power et bourré d’optimisme qui vous fera passer un excellent moment.

Publicités
Cet article a été publié dans Chick lit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pas facile d’être une fille facile, roman d’Anna Premoli

  1. bruno-legrand dit :

    Bonsoir. Ce roman a l’air drôle. Au fait, « la chick lit », pour un néophyte, qu’est-ce donc ? (je préfère te demander que de bêtement rechercher sur internet, sans interactions entre humains)

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Mais oui bien sûr ! Merci de poser la question, j’imagine qu’il y a d’autres personnes qui seront contents de connaître la réponse. La chick lit, c’est le nom qu’on donne aux romans féminins qui sont des comédies romantiques. Le terme vient des Etats-Unis et le genre est né dans les pays anglo-saxons. Il y a plusieurs livres très sympas à découvrir dans cette catégorie comme Le Journal de Bridget Jones par Helen Fielding ou encore L’accro du shopping par Sophie Kinsella.

      J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s