Promenons-nous dans les bois avec Kerri Maniscalco

Les histoires qui donnent des frissons, qui font peur, qui font qu’on dort avec la lumière allumée… très peu pour moi ! En lecture, j’ai l’esprit d’aventure, mais je ne suis pas audacieuse au point de me lancer avec délectation dans les thrillers. Pourtant, depuis un an déjà, je suis titillée par la curiosité. Tout a commencé avec une belle couverture et un titre accrocheur : Stalking Jack the Ripper. Encore un livre sur Jack l’éventreur ? Rien de nouveau me direz-vous. Pourtant, depuis sa parution aux Etats-Unis, il y a déjà quatre ans, le premier roman de Kerri Maniscalco a bénéficié d’un immense enthousiasme de la part des lecteurs. Au point d’avoir donné lieu à une série de romans qui compte quatre tomes, et qui est à présent terminée.

Jack l’éventreur, le Prince Dracula, l’artiste Houdini, les tueurs en série en tous genres, les contes et légendes, les mythes sanglants… autant de sujets fascinants à explorer quand on est une romancière douée d’une imagination débordante, d’un goût naturel pour l’Histoire et d’une passion pour la médecine légale. Et ça tombe bien, parce que toutes ces qualités, Kerri Maniscalco les a mis au service d’une idée toute simple : inventer un couple d’enquêteurs en pleine période victorienne pour revisiter certaines affaires particulièrement sanglantes. Chacun de ses quatre romans a un point commun : on part toujours de faits réels pour ensuite basculer dans la fiction grâce à la formule magique « Que ce serait-il passé si… ».

En avril, j’ai finalement pris mon courage à deux mains et j’ai cédé à ma curiosité. J’ai entamé la lecture de Stalking Jack the Ripper (édité en France sous le titre Autopsie) et j’ai adoré. Je l’ai lu en une seule journée en le terminant tard dans la nuit (enfin, plutôt au petit matin). Impossible de décrocher tellement l’histoire, les personnages, l’atmosphère et le style de l’auteure m’ont séduit. Il y a deux semaines, j’ai lu le second tome, Haunting Prince Dracula. Et en ce moment, je suis en pleine lecture du troisième opus, Escaping from Houdini. A chaque fois, la magie opère encore une fois grâce à de solides intrigues policières, et un équilibre fascinant entre le badinage du couple d’enquêteurs et l’atmosphère inquiétante des cas auxquels ils sont confrontés.

Le couple en question est constitué d’une jeune femme, Audrey Rose, qui est la narratrice, et de Thomas Cresswell. Ils ont tous deux dix-sept ans au début du premier tome, et ils étudient la médecine légale. Un choix de carrière pour le moins original pour l’époque… a fortiori pour une jeune femme de bonne famille. Mais la jeunesse de ce tandem d’enquêteurs ne doit pas vous induire en erreur. Même si les romans ont été édités aux Etats-Unis dans une collection Young Adult, il s’agit en fait de romans policiers pour adultes, à mi-chemin entre le cozy mystery et le thriller. Certes, il y a pas mal de sang et l’atmosphère générale fait froid dans le dos. Pour autant, il n’y a jamais réellement rien de glauque, et la violence reste modérée. Si vous avez eu l’occasion de lire des romances historiques policières, je trouve qu’on est plus proche de ce genre.

Escaping from Houdini, roman de Kerri ManiscalcoEn France, il me semble que le livre n’a pas trouvé son public. Les droits ont été achetés par les éditions Milan, spécialisées dans la jeunesse, et il me semble que ça été une erreur monumentale. Autopsie est paru en 2017. On ne peut pas dire que ça a déclenché une vague d’enthousiasme puisque même moi j’étais passée à côté de ce titre. Malheureusement, l’étiquette « littérature jeunesse » adossée aux éditions Milan a certainement limité les chances du roman d’être découvert par un large public, notamment par des lectures adultes qui auront pensé que le livre ne s’adressait pas à eux. Depuis, le second tome n’a d’ailleurs jamais été édité, preuve que la maison d’édition elle-même a dû laisser tomber cette série.

C’est vraiment dommage car cette série a tous les atouts pour séduire un lectorat large, des ados à leurs parents. A chaque fois, il y a la confrontation entre des mystères irrésolus et la proposition d’explication de Kerri Maniscalco. Dans le cas de Jack l’éventreur, j’ai trouvé que sa vision était vraiment originale et qu’elle proposait une nouvelle explication, très crédible, autour des crimes jamais élucidés. Il me semble que si la saga avait été édité dans une maison d’édition pour adultes, de nombreux lecteurs aurait laissé sa chance à cette série de grande qualité.

Si vous êtes aussi curieux que moi, je vous encourage vraiment à découvrir cette saga palpitante. Le premier tome est disponible en français, pour les autres, il faudra les lire en version originale pour connaître les enquêtes suivantes d’Audrey Rose et de Thomas. J’ajoute d’ailleurs que les livres sont très bien écrits, et c’est un plaisir de les lire.

Vous en saurez bientôt plus sur ces prochains livres. Ma chronique d’Autopsie est déjà en ligne, et dans les prochaines semaines je vous présenterai les chroniques des trois tomes suivants.

Belle lecture à tous !

2 réflexions sur “Promenons-nous dans les bois avec Kerri Maniscalco

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s