Dix Petits Nègres, roman policier d’Agatha Christie

25177759Il y a environ un mois, j’ai eu envie de partager avec vous le top 3 de mes romans préférés d’Agatha Christie. Un article qui vous avait fait plaisir et vous étiez nombreux dans vos commentaires à me conseiller de lire Dix Petits Nègres. Car non, je ne l’avais pas encore lu, moi qui suis pourtant une fidèle lectrice de la reine du crime, j’avais jusque là laissé passer ma chance de découvrir cette histoire que tant de lecteurs considèrent comme sa meilleure. Ni plus, ni moins. Devant l’enthousiasme général, et bien aidée par ma curiosité naturelle, je me suis donc dirigée vers ma bibliothèque pour y extraire le livre en question… remerciant au passage l’intarissable collection de livres léguée par mon arrière-grand-mère. Et à présent que ma lecture est terminée, j’en profite pour partager mes impressions avec vous.

Notre histoire commence pendant les vacances, avec l’arrivée successive sur la côte anglaise de plusieurs personnages qui ne se connaissent pas. Tous, ils n’ont en commun que l’invitation qu’ils ont reçue d’une connaissance commune. Ils sont invités à passer les vacances dans un lieu confortable et reposant : l’île au nègre. Sur cette île isolée et calme, seule une splendide maison se dresse, folie bâtie pour le plaisir d’un milliardaire qui a depuis quitté l’île. On ne peut s’y rendre qu’en bateau, et c’est ainsi que nos courageux vacanciers arrivent enfin à destination. Ils sont huit et c’est un couple de domestiques qui les accueille dans la maison. Car non, leur hôte n’est pas encore arrivé. Le mystère est d’autant plus grand que les domestiques n’ont jamais vu leur maître. Ils viennent à peine de commencer leur service et sont ravitaillés par un bateau. Lors de l’apéritif, un gramophone se met en marche et lance un discours pour le moins surprenant : la voix accuse chacun des dix personnages d’avoir causé la mort d’au moins une personne et d’avoir réussi à fuir la justice. Sur cette île, désormais coupés du monde, ils devront répondre de leurs actes. Lorsque l’un des convives meurt brutalement, les autres comprennent que le danger rôde sur l’île…

Autant le préciser tout de suite : dans ce roman, vous ne trouverez aucune trace de Hercule Poirot ou de Miss Marple. Dans ces pages, le lecteur est seul pour se dépatouiller du tueur en série et des pauvres victimes. Un élément narratif qui change beaucoup des autres livres de l’auteur mais que j’ai trouvé très intéressant. Sans personnage principal pour servir de bouclier, le lecteur est bien forcé de faire attention aux moindres détails pour comprendre où il met les pieds. Le fait de ne pas se sentir protégé par un personnage d’enquêteur augmente l’aspect dramatique de l’histoire, et je pense que c’est exactement ce que souhaitait Agatha Christie (sans vouloir être trop présomptueuse) : que le lecteur se sente en danger loin de la présence rassurante et charismatique d’un personnage connu en lequel on peut avoir confiance. Ici, le mystère rôde à toutes les pages.

Mis à part ce changement de stratégie narrative bien trouvé, je dois dire que l’histoire m’a laissé assez dubitative. Déjà, le début m’a semblé poussif et trop plat. On découvre au furet à mesure les huit invités qui arrivent tous dans le petit port. A chaque fois, un petit paragraphe nous explique de qui il s’agit, mais de manière survolée pour qu’on puisse en apprendre plus par la suite. Dans les premières pages, j’ai eu un peu de mal à discerner les différents personnages masculins. Outre le fait que ce n’est pas très clair, ce n’est pas très intéressant et aucun ne semble sympathique. En tant que lectrice, je n’ai pas apprécié un seul personnage. Un comble ! Car comment peut-on s’intéresser à une histoire si on ne se soucie pas un peu des personnages ? Surtout quand leurs vies sont en danger et que le suspens repose sur la faculté du lecteur à se projeter dans les personnages et à s’inquiéter pour eux !

L’histoire commence à devenir un peu intéressante à la première mort. Mais là encore, j’ai été déçue par la manière dont l’histoire est écrite : les autres personnages semblent à peine émus. « Oups, untel est mort. Dommage. Vous reprendrez bien une tasse de thé ? » Aucun n’est traumatisé par le cadavre sur le tapis. On continue l’histoire comme si de rien n’était. Les réactions ne m’ont pas semblé très réalistes, et je dois dire que ça a pas mal entamé ma patience de lectrice. La peur des autres n’est pas assez mise en scène. Il faut attendre qu’il ne reste que cinq personnages pour avoir enfin une crise d’hystérie, et encore, cela dure quelques phrases et est résolu par une bonne claque !

Je ne vais pas vous spoiler en vous dévoilant les ressorts de l’histoire. Je n’avais pas trouvé le meurtrier mais j’avais vu juste sur la manière dont il/elle s’y prenait (je brouille les pistes à dessein), ce qui a tout de même considérablement réduit mon plaisir dans les dernières pages. D’ailleurs, la résolution de l’intrigue m’a laissée de marbre tant je l’ai trouvé plate.

Bien sûr, ce roman est très différent de tous les autres livres d’Agatha Christie : on n’y trouve aucun personnage d’enquêteur, la résolution ne se fait qu’à moitié, et on n’y trouve pas une once de ce sens de l’humour si caractéristique de l’écriture d’Agatha Christie. Autant d’éléments manquants qui ont fait de cette lecture une expérience très décevante pour moi. Mais d’autre part, je suis quand même prête à reconnaître que ce roman repose sur deux idées absolument géniales : d’abord le fait de ne pas avoir de personnages d’enquêteur car cela force le lecteur à être sur le qui-vive, et ensuite l’histoire en elle-même est brillante. L’intrigue aurait pu faire davantage froid dans le dos si l’écriture avait été plus acérée, plus dans le genre d’un Edgar Allan Poe, plus dans un style de thriller. L’un dans l’autre, c’est une curiosité dans l’œuvre de la reine du crime. Je ne le recommanderais pas pour un lecteur qui voudrait découvrir Agatha Christie, mais je pense que pour les fans absolus, c’est une lecture intéressante.

Publicités
Cet article a été publié dans Roman policier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dix Petits Nègres, roman policier d’Agatha Christie

  1. bookyboop dit :

    wahoooo, t’es la première que j’entend faire des critiques à ce livre. Personnellement, je pense que c’est le meilleur Agatha Chritie ! Je l’ai adoré, ça été mon premier et ensuite j’ai dévoré tous les romans d’Agatha que je trouvais dans la bibliothèque familiale.

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Je pense malheureusement que je l’ai lu trop tard justement! Je connais déjà beaucoup de romans d’Agatha Christie, et du coup je suis devenue difficile face à certains points du récit qui ne m’ont pas plut.

      J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s