Folle de lui : le retour gagnant de Bridget Jones par Helen Fielding

couverture-folle-de-lui-dhelen-fieldingEn cette veille de week-end, chacun pense déjà à ce qu’il va faire demain : passer un moment en famille, aller battre son temps pour une session running ou bien paresser au chaud avec un bon livre. En ce qui me concerne, je penche bien sûr pour la troisième option ! Et pour vous inciter à aller faire un tour dans une librairie pour piocher un bon livre à lire, je vous propose aujourd’hui de vous parler d’un roman un peu à part. Très attendu depuis de nombreuses années, il est finalement paru cette année en français : le troisième tome des aventures de Bridget Jones. Sobrement intitulé Folle de lui, il démontre une fois de plus qu’Helen Fielding n’a rien perdu de son talent et a su répondre présente quand ses lectrices l’attendaient avec émotion. Petite chronique d’un retour gagnant.

Comme toutes les lectrices qui avaient adoré les deux premiers tomes de Bridget Jones, j’étais à la fois impatiente et un peu sceptique avant la parution du troisième tome. Et dès que l’info sur la mort de Darcy a commencé à circuler, j’ai été plongée dans un scepticisme encore plus grand et une attente insoutenable. C’est donc avec une certaine fébrilité que j’ai commencé la lecture Folle de lui. Première impression : le soulagement face à la présentation toujours intacte du journal de Bridget. Au fil des pages, on retrouve bien notre accro aux listes, avec ses comptes quotidiens puis ses impressions au fur et à mesure de la journée. Dès la première page, on se sent chez soi. Et c’est bon de retrouver notre Bridget ! D’autant que l’écriture d’Helen Fielding n’a rien perdu de son énergie et de son humour.

Ce nouveau tome présente des éléments hérités des deux précédents, mais aussi pas mal de changements. Du côté de ce qui reste pareil, on retrouve toujours la liste quotidienne de Bridget : nombre de calories, unités d’alcool, catastrophes en tous genres… A noter que le nombre de followers s’ajoute à la liste, preuve que la Bridget 2.0 reste fidèle à ses racines ! On retrouve aussi avec un grand plaisir les amis de Bridget. J’ai beaucoup apprécié le running gaga avec Jude qui ne s’est toujours pas sortie des griffes de l’infâme Richard. Magda et Jeremy font toujours des dîners avec leurs couples d’amis, et ils invitent toujours Bridget. La mère de Bridget et sa fidèle amie Una sont toujours aussi originales et dynamiques. Et Daniel… je vous laisse le découvrir !

En revanche, malgré ces éléments qui restent dans le plus pur style bridgetien (pas terrible cet adjectif), on voit beaucoup de nouvelles choses qui arrivent dans le tableau : les enfants bien sûr, le travail avec l’écriture d’un scénario qui va se révéler être une épreuve de force, mais aussi une nouvelle vision de la pression sociale qui repose sur les femmes. Si Bridget était devenue un personnage si emblématique de la génération « célibattante », c’est parce que son auteure avait une analyse perspicace et géniale de la manière dont les femmes étaient traitées dans la société des années 2000 : des filles diplômées, marrantes, dynamiques, mais seules et donc rejetées aux marges de la société. Exclues des diners entre couples, sans enfants, et subissant la pression de se caser à tous prix, ces filles ont finalement survécu, et Bridget affronte désormais ce qui se passe une fois qu’on a passé le cap des années difficiles.

Avec l’arrivée des enfants, on découvre la pression exercé sur les parents : les enfants doivent être parfaits, bien élevés, très bons à l’école, très bons dans les activités extrascolaires, hyper sociables… Et avec tous ces paramètres à gérer, les parents vivent un calvaire : arriver à l’heure à l’école, préparer les pique-niques, les sorties avec les camarades, gérer la nounou, les échanges de mails entre parents d’élèves, les alertes de l’école, les profs hyper exigeants… tout ça pour faire face à un système qui met la compétition à l’honneur dès la classe de la maternelle. Un système dans lequel la réussite est plus importante que l’épanouissement. Cette dimension hyper critique fait mouche, et Helen Fielding n’est jamais aussi drôle que quand elle tire à boulets rouges sur les dérives sociales de son temps. Avec un humour ravageur, elle fait monter Bridget au créneau pour défendre d’autres valeurs, plus simples et aussi plus essentielles : être heureux, se retrouver en famille, prendre soin les uns des autres… Une vision rafraîchissante de la maternité !

Un autre élément qui m’a impressionné dans ce livre, c’est la nouvelle dimension émotionnelle que l’auteure à su insuffler. Helen Fielding a acquis pas mal d’expérience entre ce dernier tome et le premier, et elle arrive désormais à combiner plus d’intensité. L’humour s’éclipse parfois pour laisser la place à des sentiments plus profonds (entre autre le chagrin lié à la mort de Mark). Et avec cette nouvelle dimension dans l’écriture, Bridget nous apparaît comme plus épanouie, elle a gagné en sagesse. Même si elle fait encore des bourdes, elle est désormais une personne accomplie qui arrive mieux à gérer ses relations et les situations dans lesquelles elle se retrouve. J’ai d’ailleurs eu un très gros coup de cœur pour la scène entre Bridget, sa nounou et sa mère. Toutes les trois, elles sont hyper bien croquées par Helen Fielding qui a trouvé le parfait équilibre entre sérieux et humour.

En conclusion : écrire un nouveau roman de Bridget Jones en faisant de ce personnage si aimé une veuve avec des problèmes émotionnels intenses et deux enfants en bas-âge était un pari très risqué, mais Helen Fielding a gagné haut la main. Elle livre une très belle histoire, émouvante et drôle à la fois, dans laquelle on prend un immense plaisir à retrouver Bridget. Elle a un peu changé, mais nous aussi. Et au passage, elle vit encore une histoire mouvementée dans laquelle comme toujours, l’important est de prendre des risques pour trouver l’amour. Une superbe leçon de vie et définitivement l’un des meilleurs romans que j’aurais lu en 2014 !

3 réflexions sur “Folle de lui : le retour gagnant de Bridget Jones par Helen Fielding

  1. magalie dit :

    Merci Emilie ! Du coup ce week-end je passerai un moment en famille, j’irai faire ma session running ET je filerai m’acheter les nouvelles aventures de Bridget, que du bonheur !

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s