Interview de l’artiste Aube L

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Elle dégage une énergie folle, son sourire est communicatif et elle pourrait parler de musique pendant des heures. Normal : la musique, Aube L en a fait sa vie. Chanteuse multi-instrumentiste, habitée par son projet musical, elle trace sa propre voie/voix depuis déjà quatre disques. Une carrière en solo jalonnée par des concerts, de belles rencontres et une passion qui ne la quitte jamais. A l’occasion de la sortie de son nouvel album Time for the happiness, j’ai posé quelques questions à Aube sur les deux éléments fondateurs de sa vie : la musique et l’écriture. Une artiste avec un grand A dont la générosité, l’inspiration et la spontanéité ne manqueront pas de vous charmer !

 Tout d’abord, peux-tu nous parler un peu de toi, de ton parcours ? Je crois savoir que tu as fait des études littéraires…

J’ai la sensation que tous les changements importants de ma vie ont eu lieu par « hasard ». Lorsque j’ai eu mon bac, à vingt ans, je ne savais qu’une seule chose : j’aimais lire et écrire. Alors, je suis allée à la fac de lettres et dans le bus, j’ai rencontré une fille qui m’a parlé de ses études et de sa spécialisation en écriture. C’était exactement ce que je voulais ! Mon rêve, depuis mon enfance, était d’être édité. Je me suis donc inscrite dans la même filière que cette fille dans l’idée d’apprendre à écrire et d’aller vers un compromis, le journalisme, en attendant d’être édité.

Comment es-tu entré dans la musique ? A quel moment as-tu eu le déclic et as-tu su que c’était ce que tu voulais faire ?

Enfant, j’ai appris le violon au conservatoire et j’ai arrêté à mes 13 ans. Avec, j’ai eu mes premières expériences de « communion » avec quelque chose de plus grand que soi en jouant dans l’orchestre. Pour moi, c’était très impressionnant comme sensation de jouer avec 40 musiciens ! Ca te donne une impression d’immensité et de force qu’on ne peut pas oublier !

J’ai donc arrêté à 13 ans et n’ai plus joué de musique jusqu’à mes 23 ans. Là encore, le « hasard » a ramené la musique dans ma vie par le biais d’une guitare. J’avais offert une guitare à une amie et coloc, elle prenait des cours et je la voyais s’entrainer. Un jour, j’en ai eu marre de la regarder et j’ai eu envie moi aussi d’y jouer. Je suis allée m’en acheter une et là, ce fût la révélation ! Chaque note en entrainait une autre dans ma tête, j’avais la sensation d’avoir ouvert la porte sur une partie de moi qui attendait depuis toujours d’être révélée. Je me suis laissée allée à cette rencontre avec cette partie de moi et au fur et à mesure, elle s’est confirmée essentielle.

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Tu chantes principalement en anglais : qu’est-ce qui t’attire dans cette langue ? Pourquoi ne pas utiliser le français ?

J’ai commencé par faire de la musique instrumentale puis, par « hasard » aussi je me suis mise à chanter. J’ai abordé la voix comme un autre instrument finalement. En apprenant à le connaitre j’ai fini par sentir que l’anglais, ses sonorités toutes en courbes, laissait le champ (chant) ouvert. Le français, qui est une langue que j’adore, est plus en cassures, en ruptures, les sonorités sont plus sèches que l’anglais. Ce qui donne un chant totalement différent. Enfin, pour moi !

Dirais-tu que le fait d’utiliser une langue étrangère, c’est une forme de pudeur ? Qu’on ne se livre pas de la même manière que dans sa langue maternelle ?

Outre les différentes possibilités qu’offrent les langues, il y a aussi effectivement une histoire de pudeur. Lorsque je chante en français, je suis dans le sens alors qu’en anglais, je suis dans la sensation. C’est fou comme ces mots sont proches d’ailleurs !

 Peux-tu nous expliquer ta méthode de travail quand tu écris une chanson ? Est-ce que tu pars du texte ou bien de la mélodie ?

Je n’écris une chanson que lorsque j’en ai le texte. Ensuite, le texte s’en trouve modifié, un peu, beaucoup, cela dépend des rythmes à ajuster… Et lorsque je fais une musique instrumentale, le titre ne vient qu’après. Je découvre le sens de mes émotions après.

®LaurenceBarriol

®LaurenceBarriol

Quand tu travailles sur un album, est-ce que tu veux articuler toutes les chansons entre elles un peu comme différents chapitres d’un roman, ou dirais-tu que ce sont des histoires séparées comme dans un recueil de nouvelles ?

J’adore ta question ! J’ai toujours voulu donner un sens à mes albums, leur faire suivre le cours d’une histoire. Après, c’est comme tout, on y arrive mieux avec le temps et l’expérience ! Je pense que j’ai vraiment réussi avec « Time for the happiness ».

As-tu des sources d’inspiration particulières, des artistes musicaux ou des auteurs qui t’ont influencé ?

Ma source principale d’inspiration est la vie, notre parcours d’être humain pour arriver à être soi, heureux dans le monde, en dépit de tout ce qui nous éloigne de nous même. Dans mes textes, je parle beaucoup de mon expérience de vie et je sais qu’elle résonne forcément avec celle de chacun. Quand on est jeune, on pense être seule à traverser certaines choses et en grandissant, on prend conscience à quel point toutes les trajectoires se ressemblent. Nous traversons tous les mêmes épreuves, ce sont juste les situations qui diffèrent, uniques et semblables à la fois. Cette prise de conscience nous ouvre à l’Autre. Lorsque j’écoute une musique, découvre un livre, un film, un tableau, je suis sensible à la vie qui s’en dégage, à l’être humain qui est derrière.

Plusieurs artistes ont mis en musique des textes célèbres (Etienne Daho avec Sur mon cou de Genêt, Mylène Farmer avec L’Horloge de Baudelaire…). Aurais-tu l’envie de travailler un texte en musique ? Si oui, quel texte choisirais-tu ?

Je ne me suis pas encore posée la question mais j’imagine que j’irai voir du côté de Rilke. C’est un auteur qui m’a énormément influencé dans mes 20 ans et que je trouve toujours aussi juste et pertinent.

Quels sont tes prochains projets ?

Là, maintenant que l’album est sorti, je vais profiter un peu du présent parce qu’on se perd un peu à se projeter. C’est sûr que j’aimerai tellement que cet album soit celui qui m’introduise auprès d’un public plus large ! J’aimerai aussi faire LA rencontre professionnelle qui me permettrait de jouer dans des lieux encore plus grands et d’être distribuée partout !

Tu as une magnifique bibliothèque remplie de livres. Peux-tu nous dire quelle a été ta dernière lecture coup de cœur ?

Merci ! Mon dernier coup de cœur est Vu de l’extérieur de Catherine Pancol. J’aime beaucoup cette auteure pour son style et ses histoires résolument ancrées dans le vivant. Vu de l’extérieur est une reconstruction, une traversée des apparences comme je les aime.

Un grand merci à Aube L pour son temps et ses réponses. J’espère que cette rencontre vous donnera l’envie de découvrir sa musique. Pour en savoir plus sur Aube L et découvrir sa musique, rendez-vous sur son site www.aubel.biz. Sachez aussi que ses clips sont disponibles sur Youtube, avec un gros coup de coeur pour Time for the Happiness.

Publicités

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s