Ulysse, de Tennyson

Lorsque j’ai récemment revu Skyfall (sortie en DVD oblige), j’ai eu la curiosité de me pencher de plu près sur le poème lu par Judi Dench (M dans le film) au cours de l’une de ses scènes. Fort intriguée de la présence d’un poème classique en plein milieu d’un James Bond (oui, je sais qu’il est réducteur de séparer la culture littéraire brute de la littérature populaire de divertissement), je suis partie à la recherche d’un complément d’informations.

Après une investigation poussée, j’ai découvert qu’il s’agissait en fait de l’extrait d’un poème de Tennyson, célèbre poète anglais. Et plus précisément, il s’agit des derniers vers d’Ulysse, l’un des poèmes de langue anglaise les plus célèbres. Pour nous, public français, c’est beaucoup moins évident. Et même si on peut facilement être touchés par ces mots, ce n’est pas pour autant quelque chose d’aussi évident que pour les spectateurs anglais. Décryptage.

Ce poème raconte le retour d’Ulysse sur son île après les nombreuses années d’errance qu’il a vécu sur la mer, avec ses infortunés compagnons. Même si son épopée a souvent été dramatique, Ulysse évoque avec mélancolie ses années d’aventures. Il s’accomode mal de la tranquilité de son foyer, et il éprouve l’appel du large.

A ce moment du film, le personnage de M, par le biais de ce poème d’Alfred Tennyson, fait donc référence à un état de faits, à une situation en apparence plus calme qu’elle ne l’a été par le passé. Mais elle rappelle qu’il ne faut pas se contenter d’une paix apparente, et que l’agitation peut encore gagner à tout moment.

Pour nous remettre dans l’ambiance et célébrer aussi cet académisme littéraire des anglais qui leur permet si facilement de tracer un trait entre le divertissement et la poésie, voici pour vous un extrait du poème. Vous y retrouverez le passage cité dans le film.

« Venez mes amis

Il n’est pas trop tard pour partir en quête

D’un monde nouveau

Car j’ai toujours le propos

De voguer au-delà du soleil couchant

Et si nous avons perdu cette force

Qui autrefois remuait la terre et le ciel,

Ce que nous sommes, nous le sommes,

Des coeurs héroïques et d’une même trempe

Affaiblis par le temps et le destin,

Mais forts par la volonté

De chercher, lutter, trouver, et ne rien céder. »

P.S : Et n’oubliez pas que le 21 mars, c’est la Journée Mondiale de la Poésie ! Alors profitez-en pour vous faire plaisir avec les plus belles pages de la poésié française, anglaise, italienne… Juste un jour dans l’année dédié à la poésie, c’est trop peu, mais déjà l’occasion de s’émerveiller sur les mots. Donc bonne lecture à tous !

6 réflexions sur “Ulysse, de Tennyson

  1. Gêne dit :

    C’est la lecture d’un livre intitulé « Ne plus ultra, Dante et le dernier voyage d’Ulysse » de Jean-Louis Poirier, qui m’a permis d’apprendre l’existence de ce poème de Tennyson.
    Ne serait-ce que pour enrichir la pensée, je vous conseille vivement de vous offrir ce bouquin ébouriffant, stupéfiant de bout en bout.
    Quant à moi, je marche, en quête d’en savoir plus sur ce poème de Tennyson.
    A tous, bonne route.

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s