Sir Philipp perd la tête, roman de M.C. Beaton

Fans de M.C. Beaton, la chronique du jour va vous amuser. En effet, je vous parle de Sir Philipp perd la tête, la quatrième partie des savoureuses Chroniques de Bond Street. Dans cette série de romance historique humoristique, M.C. Beaton imagine un hôtel tenu par des membres désargenté de la noblesse anglaise. Chaque nouvelle histoire est l’occasion d’une romance improbable, de péripéties plus cocasses les unes que les autres, et d’un grand exercice d’humour anglais comme M.C. Beaton les aimait tant. Parfait si vous cherchez un livre à mourir de rires !

Mon résumé du livre

Bond-Street-2Rien ne va plus à l’hôtel du Parent Pauvre ! Les comptes sont encore une fois dans le rouge. Pire : sir Philipp s’est entichée d’une femme vulgaire qui s’est installée sur place. Pour les autres co-propriétaires, c’en est trop. Voilà qu’ils commencent à imaginer un plan redoutable pour se débarrasser de la mégère. Et pour cela, ils ne trouvent rien de mieux que d’engager un acteur chargé de la séduire pour la convaincre de quitter Sir Philipp. Comme de bien entendu, il y a peu de chances que le plan se déroule sans accroc.

Mais ce n’est pas le seul champ de bataille dans laquelle la redoutable lady Fortescue, qui dirige l’établissement, doit jeter ses forces. Elle se prend d’affection pour la fille d’une nouvelle pensionnaire. Affublée d’une mère envahissante et tyrannique, la jeune Arabella n’a toujours pas le droit de faire son entrée dans le monde. D’autant que son infâme mère, veuve depuis plusieurs années, a décidé de se remarier. Pour cela, elle fait croire à tous que sa fille est toujours une enfant.

Mais la ruse n’a que trop duré. Et alors qu’une idylle pourrait bien naître entre la douce Arabella et le charmant lord Denby, lady Fortescue est bien décidée à tenir la mère à distance le temps que l’amour triomphe. Même s’il faut pour cela aller à l’encontre de la morale de l’époque et aider la jeune fille à faire le mur pour échapper à la surveillance de sa mère !

Mon avis sur Sir Philipp perd la tête

Plus ça va et moins ça va ! M.C. Beaton, romancière hautement cruelle, imagine les pires obstacles pour pourrir la vie de ses personnages. Et ce faisant, elle nous régale, nous lecteurs, avec une comédie toujours aussi irrésistible !

Ce nouveau tome, le quatrième déjà des Chroniques de Bond Street, ne fait pas exception à la règle. Il est mené tambour battant. Les histoires se mélangent avec brio, dans un mélange d’humour et de tendresse qui fait mouche à chaque page. Et en prime, on retrouve encore une fois notre bande de petits vieux aristo sans le sou… mais jamais à cours de bonnes idées pour faire tourner la chance !

Dans cette histoire, le truculent Sir Philipp est au coeur de l’intrigue puisque c’est sa bonne amie qui est cause de discorde. On a donc droit à beaucoup de ruse de part et d’autre, entre lui qui veut qu’elle reste et les autres qui veulent la déloger. Les coups bas et les traquenards pleuvent. Et j’ai adoré observer les personnages se lancer dans les plans les plus délirants.

En parallèle, l’histoire se focalise sur le sort malheureux de la jeune Arabella. Une fille de bonne famille généreuse et futée, qui se trouve comme un poisson dans l’eau à l’hôtel du Parent Pauvre. Son personnage, loin des jeunes filles en fleurs naïves, est un régal. Et même si l’histoire d’amour avec lord Denby n’est pas spécialement intéressante, j’ai suivi avec plaisir et curiosité toutes les étapes de cette romance qui n’en finit pas de devoir se dépêtrer des obstacles tendus par la méchante mère.

Sir Philipp perd la tête : une idée lecture pour qui ?

N’importe quelle personne qui apprécie l’humour anglais sera ravie de se plonger dans les pages de ce livre. C’est un concentré de drôlerie et d’absurde. Parmi les points forts, il y a bien sûr la galerie de personnages principaux, tous plus loufoques et déjantés les uns que les autres. Et l’autre atout crucial de ce livre, c’est l’écriture de M.C. Beaton, dont la traduction française rend parfaitement le rythme et l’humour acide. C’est bien simple : c’est impossible de ne pas s’amuser avec cette histoire délirante, portée par un enthousiasme contagieux.

Bonne lecture !

2 réflexions sur “Sir Philipp perd la tête, roman de M.C. Beaton

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s