L’Ours et le rossignol, roman de Katherine Arden

J’avais entendu de La Trilogie d’une nuit d’hiver au moment de la parution des livres en grand format. La trilogie écrite par Katherine Arden s’ouvre avec L’Ours et le rossignol, le premier tome. Et depuis, les romans ont tous été publiés en format poche chez Folio, dans la collection SF (qui sert apparemment à présenter toutes les littératures de l’imaginaire inclassables ailleurs !). Depuis quelques années, je voulais lire cette trilogie. Et le thème de lecture du mois m’a donc offert l’occasion de me lancer. J’ai lue le L’Ours et le rossignol en ne sachant pas du tout à quoi m’attendre. Et j’ai été récompensée de mon esprit d’aventure par une belle surprise.

Mon résumé du livre

Dans la Russie d’antan, les vieilles légendes côtoient la religion officielle. Et dans les territoires reculés du nord, les légendes font encore partie du quotidien des habitants des villages isolés. On laisse de la nourriture en offrande aux esprits de la maison. On se méfie des vilains esprits des eaux et de la forêt. Pour autant, rare sont les êtres qui peuvent vraiment voir les créatures légendaires. La petite Vassia est du nombre des privilégiés. Depuis toute petite, la fillette peut voir l’invisible. Ce pouvoir lui vient de sa grand-mère, mais il fait aussi d’elle une cible. Car certains esprits se nourrissent de la force magique des êtres humains. A mesure que le temps passe et que Vassia grandit, sa force grandit aussi. Et elle suscite l’intérêt de l’Ours. Il dort depuis de nombreuses années, et son réveil sera funeste pour les humains. Mais dans l’ombre, Morozko, l’esprit du gel, le roi de l’hiver, veille sur Vassia. Il attend le moment de révéler à la jeune fille la vérité sur le destin qui l’attend.

Mon avis sur L’Ours et le rossignol

Puisque ce roman est le premier tome d’une trilogie, il faut accepter de jouer le jeu. Ici, ce n’est que le début de l’histoire. Katherine Arden plante le décor, et le roman sert en fait d’introduction à l’univers. Il y a donc assez peu d’action véritable. Ceci dit ne vous inquiétez pas : ce roman est loin d’être ennuyeux !

Katherine Arden revisite les contes et les légendes de la tradition russe. Personnellement, je n’y connais rien, donc j’ai entamé ma lecture en toute candeur. Il y a un lexique à la fin du roman pour expliquer certains termes, et donner quelques informations sur certaines créatures du folklore slave. Ces explications suffisent à tout comprendre. J’ai trouvé qu’on pénétrait facilement dans cette culture, même en n’y connaissant rien au départ. Katherine Arden introduit les éléments folkloriques de façon intelligente. A aucun moment je ne me suis sentie perdue. Au contraire, ça me rendait de plus en plus curieuse.

L’histoire est prenante, mais si on se demande au départ où la romancière veut en venir. Dès l’enfance de Vassia, on sent bien que les éléments fantastiques vont nous mener à une histoire de magie, même si ce n’est pas dit explicitement. On pourrait penser qu’il s’agit de l’imagination de la jeune fille, mais d’autres éléments nous font comprendre le fin mot de l’histoire.

La fin est absolument haletante, car une fois la révélation de Morozko faite à Vassia, devenue une jeune femme, on comprend que son destin est de quitter sa famille et de se battre contre un mal bien plus grand. Du coup, je vous avoue que j’ai hâte de lire les second et troisième tome de l’histoire !

L’Ours et le rossignol : une idée lecture pour qui ?

Je ne suis pas une très grande lectrice de récits fantastiques. Je suis curieuse, et j’aime les bonnes histoires. En commençant L’Ours et le rossignol, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Et au final, j’ai découvert un conte pour adultes, emprunte d’une belle poésie folklorique, de personnages intéressants, et d’un cadre vraiment dépaysant. Il y a un soupçon de gravité et d’étrange, pour bien nous faire sentir le danger qui rôde. Rien de terrifiant ! Mais juste assez pour rendre l’histoire intéressante.

L’Ours et le rossignol ne ressemble à rien d’autre. Aucun autre livre qui me vienne à l’esprit, à part peut-être des récits d’enfance, mais qu’on aurait adapté pour un lectorat adulte. Je suis très séduite par cette histoire car elle est belle et riche. L’univers est très intéressant, et je pense que tous les lecteurs sensibles aux littératures de l’imaginaire et aux récits fantastiques seront touchés par cette histoire.

Par contre, si vous préférez les histoires très réalistes, alors cette trilogie risque de vous embarquer trop loin sur les rives du fantastique. Je pense qu’elle est quand même à réserver à un public qui a déjà un certain goût pour ce genre d’histoires. D’autant que je soupçonne que l’aspect fantastique de l’histoire soit encore plus marqué dans les prochains tomes.

L'ours et le rossignol

14 réflexions sur “L’Ours et le rossignol, roman de Katherine Arden

  1. lestribulationsdemisschatterton dit :

    J’ai entamé ce premier tome en me demandant où l’auteure voulait en venir et je me suis arrêtée à la moitié lassée d’attendre une action qui ne venait pas. Je pousserai peut être jusqu’au bout si tu dis qu’il y a du suspense. J’ai eu l’impression d’être dans un roman historique au début, parsemé de folklore et de trucs étranges. C’est vrai que le style de l’auteur est assez fluide et que l’on comprend facilement les coutumes qu’elle glisse dans son histoire. Bref, merci pour ton retour 🥰 je vais essayer de le terminer du coup.

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      C’est effectivement long à se mettre en place au début, et il faut passer outre pour enfin toucher au coeur de l’histoire. Je pense que pas mal de gens peuvent décrocher à cause de ça, et c’est vraiment LE gros défaut de ce livre. Bon courage pour ta lecture !

      Aimé par 1 personne

  2. Steven dit :

    Il y a peu, j’ai dévoré en quelques jours à peine cette merveilleuse et captivante saga rendant hommage avec maitrise et efficacité à tout le folklore russe. Personnellement, j’ai adoré voyager dans les contrées sauvages et froides de ce pays en compagnie d’une héroïne intrépide et des plus attachante.

    J’aime

  3. cloedominatibouchevreau dit :

    La couverture est magnifique 🙂 J’adore l’univers que tu décris ; à la fois fantastique, légendaire, plein de conte et de Russie. J’adore la Russie, et ses paysages d’une magnifique froideur. Ce que tu décris me l’évoque beaucoup, et me fait particulièrement penser au livre « Coeur de loup ».

    J’aime

  4. Isabelle dit :

    Merci pour m’avoir donné cette envie de découvrir cette trilogie, je les ai trouvé en occasion tous les 3 et les recevrai bientôt. J’ai préféré le grand format car les couvertures étaient encore plus belles 🤩

    J’aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s