Le Beach Read : le genre littéraire qui n’en est pas un !

C’est LE phénomène que je guette chaque année sur les réseaux sociaux : quels seront les Beach Read de cet été ? Telle une onde d’enthousiasme littéraire, le Beach Read commence à fleurir fin mai-début juin outre-Atlantique et outre-Manche. Mais de quoi parle-t-on vraiment ? Est-ce un genre littéraire ? Est-ce une étiquette marketing ? Est-ce une maladie incurable ? Aujourd’hui, je vous explique tout sur le Beach Read, ce genre littéraire qui n’en est pas vraiment un.

Beach Read, please !

Si vous voulez tout savoir, l’histoire du Beach Read remonte au XIXe siècle. Honnêtement, je ne pensais pas que c’était si vieux que ça ! Donna Harrington-Lueker est une universitaire américaine. Il y a deux ans, elle a consacré un livre entier à la naissance du Beach Read et de cette tendance qui confine à l’héliotropisme littéraire. Et ce qui semblait n’être qu’une mode anecdotique s’est révélé être un sujet vraiment passionnant. En lisant son livre, on découvre ainsi que la mode des lectures estivales date tout simplement… de l’invention des vacances !

En effet, même si on a tendance à l’oublier, les vacances sont en fait une création plutôt récentes. En France, les congés payés commencent en 1853, avec les fonctionnaires. C’est le début de la mode des vacances estivales. D’autant que le XIXe siècle est aussi l’époque où on commence à s’intéresser aux joies de la plage. Tout ce cadre social favorise le développement de la lecture pendant les vacances.

lecture-plage-vintage

Alors c’est quoi le Beach Read ?

Très simplement, le Beach Read sert au départ à désigner tous les livres qui sont susceptibles de plaire aux vacanciers. La catégorie a longtemps été connotée de façon négative, comme nos fameux « romans de gare » en France. On imagine des livres médiocres, remplis de clichés et mal écrits, mais facile à lire en diagonale sur la plage, entre deux baignades.

Depuis les années 1960 et le développement du marketing éditorial, la catégorie Beach Read a connu un regain d’intérêt chez les éditeurs anglo-saxons. Pour une raison tout simple : l’été est une période pendant laquelle il y a plus d’acheteurs de livres que le reste de l’année. C’est la période des lecteurs occasionnels. De deux qui n’ont pas le temps de lire le reste de l’année, et qui vont se faire plaisir en bouquinant pendant quelques semaines. Il fallait donc attirer le chaland avec des livres sympas, sans prise de tête, qui promettent un moment fun et relaxant.

Encore aujourd’hui, le Beach Read n’a pas forcément bonne presse, notamment auprès des auteurs qui vivent souvent cette étiquette comme une insulte. En France, où les éditeurs sont plus frileux avec ce type d’étiquettes, nous n’avons pas vraiment d’équivalents. Certains livres publiés au printemps et à l’été seront peut-être présentés comme des lectures idéales pour la période estivale, mais on n’en fait pas des tonnes non plus. Les lectures estivales font davantage l’objet de sélections dans la presse… et sur les blogs !

Et sinon, c’est quel genre de livres ? Est-ce qu’ils sont vraiment mauvais ?

Non, ils ne sont pas forcément mauvais. Au contraire ! Le Beach Read est en fait une étiquette commerciale. Mais elle recouvre tellement de livres différents qu’on ne peut pas en conclure qu’il s’agit forcément de mauvais livres.
Globalement, un Beach Read est un roman. Et c’est une histoire divertissante. Il peut s’agir de comédie romantique ou de thriller, il n’y a aucune limite aux genres littéraires concernés. D’ailleurs, un des exemples les plus célèbres de Beach Read est en fait Les Dents de la mer !

Comment le Beach Read est devenu un genre malgré lui

Audible-dents de la merLe détail vraiment intéressant, c’est qu’avec le temps certains auteurs ont fini par se jouer de l’étiquette de Beach Read. Et quitte à être lu l’été, à la plage, pourquoi ne pas carrément planter le décor et jouer avec le lecteur ? Je citais plus haut le cas des Dents de la mer, et c’est vrai que le roman de Peter Benchley publié en 1974 a vraiment fait sensation. A tel point qu’il a été immédiatement adapté au cinéma. Le résumé ? Une petit ville côtière vit dans la crainte à cause d’un grand requin qui chasse sur sa côté, en pleine période touristique. Pour les personnes qui ont lu le livre à la plage, il n’y a pas dû y avoir beaucoup de baignades cet été-là !

Si certains auteurs de thrillers se laissent parfois tenter par le Beach Read, ce sont surtout les autrices de romance qui ont le plus investi ce terrain de jeu. La plage est un cadre romantique, alors pourquoi ne pas en profiter ? Les comédies romantiques qui se déroulent dans un cadre de rêve sont désormais légion, et elles s’inspirent toutes, d’une manière ou d’une autre, de la tendance Beach Read.

Alors peut-on dire pour autant que le Beach Read est devenu un genre littéraire à part entière ? Difficile à dire. En tout cas, ce qui n’était qu’une étiquette commerciale est devenue une vraie source d’inspiration, et certains auteurs ont su utiliser cette étiquette d’une façon intelligente et vraiment créative. C’est notamment le cas d’Emily Henry, dont le roman Beach Read a été traduit en France cette année sous le titre Comme dans un roman d’été. Bel exercice de la part de la traductrice qui a réussi à trouvé un joli équivalent à l’expression en français.

Maintenant, vous savez tout sur le Beach Read ! Qui est tenté par la découverte ?

12 réflexions sur “Le Beach Read : le genre littéraire qui n’en est pas un !

  1. Steven dit :

    Article très intéressant car je ne connaissais absolument pas ce genre/sous genre qui, finalement, se veut assez large et dans lequel beaucoup de lecture peuvent s’y retrouver du moment que la légèreté est présente et assumée.

    J'aime

  2. Tay dit :

    Merci beaucoup j’ai adoré lire ton article super interessant !
    Comme les romans de gare, ce genre littéraire mérite également tout notre respect et attention, car une pépite peut s’y cacher, de plus il est toujours très agréable de lire un livre détente en vacances.

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s