Couleurs de l’incendie, roman de Pierre Lemaitre

Décidément, les derniers mois ont été riches en actualités pour Pierre Lemaitre ! Non seulement son roman Au revoir là-haut a été adapté avec brio au cinéma pour devenir l’un des succès 2017 du cinéma français, mais en plus le film a reçu plus d’une dizaine de nominations pour la prochaine cérémonie des Césars. Encore mieux, Pierre Lemaitre a offert un beau cadeau à ses lecteurs en ce début d’année 2018 avec la parution de la suite d’Au revoir là-haut : Couleurs de l’incendie. Et, cerise sur le gâteau, le romancier a aussi profité de ce début d’année pour ouvrir son propre compte Twitter ! Bref, ça fait beaucoup de choses dont on peut se réjouir. Et justement, aujourd’hui je vais vous parler de ma lecture de Couleurs de l’incendie. Ce livre a inauguré ma nouvelle année de lecture, et franchement , je n’aurais pas pu tomber mieux !

Nous sommes en 1927, soit une dizaine d’années environ après les événements d’Au revoir là-haut. La famille Péricourt se remet doucement de la perte du jeune Edouard ainsi que de la fin calamiteuse du mariage de Madeleine. Mais d’autres épreuves attendent bientôt les Péricourt : le vieux Marcel Péricourt décède brutalement, laissant seuls sa fille Madeleine et son petit-fils Paul, ainsi que son frère Charles, un politicien sans grande envergure mais avec une véritable soif de pouvoir et d’argent. Et dans ces années 1920 menacées par une potentielle crise financière, la vie aisée de la famille Péricourt ne tient qu’à un fil. Madeleine va rapidement l’apprendre à ses dépens : ruinée, abandonnée de tous, seule pour élever son fils Paul handicapé, la jeune femme ne compte pourtant pas en rester là. Elle est bien décidée à utiliser toute la ressource de son intelligence et de sa force de caractère pour se venger de ceux qui ont fait du mal à sa famille. Car c’est un véritable complot qui a fait tomber les Péricourt, et c’est également par un complot que Madeleine entend obtenir sa vengeance.

Exit le sympathique Albert Maillart et son acolyte, le jeune et talentueux Edouard Pericourt : bonjour Madeleine ! Avec Couleurs de l’incendie, Pierre Lemaitre nous invite à suivre la saga de la famille Péricourt à travers les yeux d’une jeune femme, Madeleine, qui était l’un des personnages secondaires du précédent roman. Au fil des chapitres, elle s’était d’ailleurs révélée pour devenir l’un de mes personnages préférés, dévoilant des trésors d’intelligence là où je pensais au début avoir affaire à une gentille fille sans grand intérêt.

Madeleine devient la pierre angulaire du récit de Couleurs de l’incendie, mais pas toute seule. Avec son fils, Paul, on va suivre l’aventure des Péricourt, de leur ruine à leur vengeance, en passant par leur déclassement et la création d’un plan pour faire tomber ceux qui sont responsables de leur ruine. Un peu comme dans le premier roman, il s’agit donc d’une vengeance, mais avec des mécanismes assez complexes, principalement basés sur la psychologie des personnages.

En toile de fond, Pierre Lemaitre nous fait aussi revivre l’avènement du milieu financier à l’aube des années 1930. Il nous plonge dans une atmosphère où le danger rode à cause de l’avènement du fascisme en Italie et en Allemagne. Une nouvelle guerre couve, et on ne sait pas encore à quoi elle ressemblera. Mais dans cette course à la guerre, c’est aussi le monde moderne qui est en train de naître. C’est donc une période historique très intéressante et très riche qu’on découvre en toile de fond de cette nouvelle intrigue.

Globalement, je peux dire que si vous aviez aimé Au revoir là-haut, alors vous adorerez Couleurs de l’incendie. J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver le talent unique de conteur de Pierre Lemaitre. C’est très agréable de voir de quelle manière il a décidé de faire évoluer son histoire pour la transformer en fresque familiale. On y retrouve des éléments du roman historique, d’autres du roman policier, et enfin une grande finesse dans la psychologie des personnages, ce qui est un plaisir pour tout lecteur.

Même si Couleurs de l’incendie m’a semblé être un peu plus sombre qu’Au revoir là-haut, il est tout aussi fascinant. Du moment où on commence la lecture jusqu’à la dernière page, c’est impossible de lâcher ce livre : on veut forcément savoir ce qui va advenir ensuite. Du coup j’ai hâte de savoir ce que Pierre Lemaitre nous réserve pour la suite vu qu’il semblerait qu’un troisième roman vienne clôturer cette saga.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Couleurs de l’incendie, roman de Pierre Lemaitre

  1. Matatoune dit :

    Moi aussi, j’ai beaucoup aimé. Ma chronique est en cours …Mais cela va être dur après un tel article!

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s