A la croisée des mondes, le film adapté de la trilogie de Philip Pullman

Puisque je viens tout juste de refermer les pages de La Belle Sauvage, le tout nouveau roman écrit par Philip Pullman, et puisque les vacances de Noël sont déjà là, je n’ai pas pu résister à l’envie de revoir le film qui avait été adapté de la trilogie de l’auteur, A la croisée des mondes. Je ne sais pas pourquoi mais je gardais un bon souvenir de ce livre et surtout il me faisait penser à Noël. En même temps, avec toute cette neige, ces ours polaires et le souffle de l’aventure, il ne m’en faut pas plus pour penser à Noël !

Lyra vit à Oxford, entre les murs bien protégés de l’un des collèges des érudits. Mais la jeune orpheline trouve souvent le temps long au beau milieu de ces vieux messieurs assez ennuyeux. Les seuls moments où elle peut s’évader sont ceux qu’elle passe avec ses amis, les enfants des gitans, ou les rares occasions où son oncle, lord Asriel (Daniel Craig), vient lui rendre visite. Mais soudain la vie de la jeune fille va être complètement bouleversée : tandis que les enfants de gitans disparaissent mystérieusement, kidnappés par « les enfourneurs », l’oncle Asriel doit partir pour une expédition très dangereuse au pôle Nord. Les agents du magisterium, le pouvoir en place, ne souhaitent pas que ses recherches sur la poussière, une particule aux pouvoirs mystérieux, aboutissent. Encore plus étrange, une femme nommée madame Coulson (Nicole Kidman) vient un jour à Oxford et propose d’emmener Lyra en voyage avec elle. Une proposition trop belle pour être honnête et Lyra va bien vite comprendre qu’en fait la femme cherche à accaparer un pouvoir que Lyra possède sans le savoir…

Impossible de résumer en quelques lignes l’histoire de A la croisée des mondes, d’autant que le film ne fait qu’effleurer la richesse du monde merveilleux inventé par Philip Pullman. Dans cet univers parallèle au nôtre, les êtres humains sont chacun liés à un daemon, une créature animale qui est en fait la manifestation de leur âme. Autre fait intéressant, un ordre religieux à tendances fascistes est en place et tente par tous les moyens de réduire en miettes la liberté d’expression et la liberté de croyances pour imposer une foi unique. Dans ce monde où l’accès à la connaissance est menacée, il existe plusieurs pouvoirs encore mal connus et chacune des factions, le magisterium et les érudits, entendent bien mettre la main dessus pour remporter la bataille qui s’annonce.

Dans un contexte qui est aussi magique qu’inquiétant, on peut forcément plonger avec plaisir et se réjouir de découvrir un monde aussi original. Malheureusement, le film, visiblement pensé pour un public exclusivement enfantin, manque de souffle et ne parvient pas à rendre compte de la richesse des livres dont il est tiré. Car A la croisée des mondes n’est pas seulement une belle histoire pleine de mystères, c’est aussi (et surtout !) une œuvre très politique qui ose traiter de sujets qu’on ne croise pas souvent dans les ouvrages pour la jeunesse. Publié juste deux ans avant le premier Harry Potter, A la croisée des mondes a profondément marqué la génération de lecteurs qui l’a découvert à l’époque… pour devenir depuis un véritable phénomène littéraire mondial ! Les romans de la trilogie n’hésitent pas à aborder des thèmes très adultes, et c’est en partie ce qui en explique le succès.

Du coup, le film est une petite déception. Je ne sais pas pourquoi j’en ai gardé un si bon souvenir alors qu’en le revoyant la semaine dernière, je n’arrêtais pas de me dire que décidément ce film était très médiocre. Si vous avez autour de vous de jeunes enfants, la beauté du film et son histoire palpitante parviendront sans difficulté à les intéresser, mais pour les adultes, ils risquent de s’ennuyer à de nombreuses reprises. J’ajoute que les deux autres romans n’ont jamais été adaptés au cinéma, alors de toute manière si vous souhaitez connaître le fin mot de l’histoire, il faudra lire les livres !

Publicités
Cet article a été publié dans Films. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour A la croisée des mondes, le film adapté de la trilogie de Philip Pullman

  1. Kilda dit :

    Les livres sont vraiment tops !!!

    J'aime

  2. gabitobook dit :

    J’ai débuté le tome 3 et j’adore !

    J'aime

  3. Le film est agréable à regarder pour les plus jeunes, c’est vrai.
    C’est sur que niveau adaptation par contre, c’est assez médiocre!
    J’adore vraiment ces livres, j’ai hâte de découvrir La Belle Sauvage 🙂

    J'aime

  4. Clelie dit :

    Pareil ! J’avais gardé un excellent souvenir du film tant que je n’avais pas lu les romans… C’est vrai, il manque quelque chose de fondamental, et je pense aussi que c’est pour cette raison que le film A la Croisée des Mondes n’a jamais eu de suite… Cela dit, le film est très beau, mais loin, très loin du roman, qui est tellement riche… Il reste cependant un excellent visionnage pour les fêtes de fin d’année 🙂

    J'aime

  5. J’ai vu le film il y a assez longtemps et je l’avais trouvé comme toi plus que dispensable. Les livres en revanche, quel bonheur !

    J'aime

  6. Ping : La Belle Sauvage, roman de Philip Pullman | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s