Anne : la nouvelle série Netflix adaptée des romans de Lucy Maud Montgomery

En France on ne s’en rend pas bien compte, et pourtant Lucy Maud Montgomery tient une place prépondérante dans la littérature anglo-saxonne où elle est considérée comme l’un des meilleures écrivains classiques. Cette canadienne de la fin du XIXe siècle est principalement connue pour sa saga Anne qui s’étale sur plusieurs dizaines d’années et compte pas moins de sept livres. Des livres qui font l’objet d’une véritable passion chez les lecteurs anglo-saxons, et particulièrement les canadiens qui sont très fiers de leur romancière nationale. Plusieurs adaptations des livres ont déjà été faites pour la télévision et le cinéma, ce n’est donc pas réellement une surprise que la plateforme Netflix ait décidé à son tour de créer une série inspirée par Anne, l’une des orphelines les plus célèbres de la littérature de langue anglaise. Depuis décembre et l’annonce de cette nouvelle série Netflix, je trépignais d’impatience car j’adore les romans de Lucy Maud Montgomery et ils m’accompagnent depuis mes onze ans : c’est dire à quel point j’y tiens ! Ma patience a été récompensée puisque la série est disponible en visionnage depuis fin avril et je l’ai enfin regardé cette semaine… en deux jours, montre en main !

L’île du prince Edouard se trouve sur la côte est du Canada et elle ressemble à un petit bout de paradis. Pour ses habitants, la vie y est paisible et pleine des petites joies de la vie quotidienne. Pour la jeune Anne qui débarque à peine, c’est surtout la promesse d’une toute nouvelle vie. Orpheline, elle attend que ses nouveaux parents adoptifs viennent la chercher à la gare. Elle sait que Matthew et Marilla Cuthbert sont un peu âgés, qu’ils sont frère et sœur, qu’aucun ne s’est jamais marié et qu’ils sont désormais prêts à adopter une petite fille… sauf qu’il y a eu erreur sur ce dernier point : c’est en fait un petit garçon que les Cuthbert voulaient pour les aider à la ferme des Pignons Verts. Quand le timide Matthew arrive à la gare et trouve Anne, cette drôle de gamine de onze ans qui parle tout le temps, il ne sait pas trop quoi faire et la ramène tout de même. Après bien des tergiversations, les Cuthbert décident finalement de garder cette fillette qui a trop d’imagination pour son propre bien. Mais si elle ne représente pas l’aide agricole tant attendue, Anne a d’autres talents, à commencer par celui de s’attirer les ennuis ! Avec elle, c’est sûr que la vie n’est jamais ennuyeuse et les Cuthbert disent adieu pour de bon à la monotonie de leur ancienne vie tandis qu’Anne découvre enfin ce que c’est que d’avoir une famille.

Quand mes grands-parents m’ont offert le premier livre de Lucy Maud Montgomery, j’avais onze ans. Depuis, j’ai lu les sept livres de la saga… et je les ai même relu plusieurs fois. Pendant mon bac, j’étais tellement stressée par les épreuves que le soir avant de m’endormir, je relisais les aventures d’Anne pour me calmer les nerfs. Et ça a marché ! (c’est-à-dire que j’ai eu mon bac sans faire de crise de nerfs !) Donc Anne fait partie de ma vie depuis longtemps. Je la connais par cœur et c’est ce qui explique mon enthousiasme face à cette nouvelle adaptation. D’autant que la dernière série en date n’était vraiment pas fidèle aux livres !

De prime abord, Anne est une série qui respecte bien les romans de Lucy Maud Montgomery. Dès les premières images, je me suis retrouvée plongée au cœur des paysages que j’avais imaginé des dizaines de fois en lisant leur description. La magie opère sans le moindre problème. Et d’ailleurs dans son ensemble, le premier épisode respect fidèlement la trame narrative du début du premier livre. Cette première saison est d’ailleurs centrée sur le premier roman, Anne et la maison aux Pignons Verts, ce qui fait que les lecteurs se sentent tout de suite en territoire connu. C’est à partir du second épisode que les choses se corsent !

Force est de reconnaître que les producteurs et les scénaristes de séries sont apparemment fâchés avec les livres d’Anne puisqu’encore une fois, nous avons droit à une adaptation qui prend beaucoup de libertés avec les romans. Il est clair dès le second épisode que les scénaristes ont cru bon d’ajouter des éléments qui n’étaient pas présents dans l’histoire. Si ces éléments étaient pertinents, ça ne me poserait pas de problème, mais en l’occurrence ce qui me dérange c’est que la nature optimiste de l’histoire se trouve maltraitée pour laisser la place à quelque chose de beaucoup plus réaliste. Exit la légèreté : bienvenue dans la gravité ! Apparemment, les scénaristes sont des fans de Dickens qui considèrent que l’histoire d’une orpheline doit forcément s’accompagner d’une cohorte de drames atroces. Cet aspect des choses m’a beaucoup déçue car quiconque a déjà lu un roman de Lucy Maud Montgomery sait que cette romancière a construit une œuvre résolument optimiste, charmante et pleine de joie de vivre. Les drames n’en sont pas absents, mais on ne s’appesantit jamais dessus car la vie reprend toujours ses droits. Personnellement, j’ai toujours trouvé que c’était l’un des traits fondamentaux de l’histoire et que l’intention de la romancière était de remonter le moral de ses lecteurs plutôt que le plomber !

Passons sur cette vision moderne et triste d’un monde où l’optimisme est devenu synonyme de candeur… Autre nouveauté dans l’histoire : elle est désormais ouvertement féministe ! Là aussi, j’ai été surprise, mais dans le bon sens du terme. C’est vrai que dans les livres, Anne est une fille dégourdie qui fait des études, a un métier et est parfois regardé bizarrement par les autres habitants car elle ne correspond pas à l’idée qu’on se fait d’une jeune fille bien comme il faut. Elle a trop d’imagination, elle est trop indépendante, elle est trop intelligente… là où les filles de son âge ne sont sensées rêvées qu’au mariage comme forme de carrière. Le discours progressiste qui est tenu dans la série n’est pas présent ouvertement dans les livres, mais il y en a effectivement des traces. Cette nouvelle lecture permet donc de souligner en quoi les livres et les positions défendues par Lucy Maud Montgomery étaient en avance sur son temps, et c’est une bonne chose de le rappeler.

D’une manière générale, j’ai été très surprise par les nombreux changements opérés dans l’histoire, dont certains ne me semblent pas pertinents. Je me fais un peu de soucis pour la suite de la série et je me demande ce qu’il adviendra finalement de notre jeune orpheline. Mais je suis aussi obligée de reconnaître que, malgré cette relecture assez sombre et grave, j’ai regardé les sept épisodes en seulement deux jours. Les personnes qui connaissent les livres auront la sensation étrange de visionner une adaptation qui vise entre Charles Dickens et Simone de Beauvoir ; mais les gens qui n’ont jamais lu les livres n’auront pas ce genre d’embarras. Ils découvriront une série de très bonne facture, à l’histoire passionnante et aux décors naturels vertigineux de splendeur. Donc l’un dans l’autre, Anne est une série qui mérite qu’on lui donne sa chance.

Publicités
Cet article a été publié dans Séries télé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Anne : la nouvelle série Netflix adaptée des romans de Lucy Maud Montgomery

  1. Catherine dit :

    Je ne connais pas cette serie de livre mais j’ai vu la « pub » pour la serie et me demandais justement de quoi ca parlait et tu reponds tres bien a ma question, merci pour ca 😉
    Je regarderais un episode pourquoi pas et vu que je fais partie de la categorie de ceux qui n’ont pas lu les livres, la decouverte sera totale!

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Alors très belle découverte. Je pense que la série a des arguments pour convaincre ceux qui n’ont pas lu les livres, donc tu devrais passer un bon moment. Mais si tu as l’occasion et que tu les trouve, les livres sont vraiment bien meilleurs !!

      Aimé par 1 personne

  2. Chuangzuo dit :

    Est-ce meilleur que les films des années 80 ?

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Les téléfilms des années 80 étaient très sympas et surtout l’actrice qui jouait Anne était formidable mais ils n’étaient pas vraiment fidèles aux livres non plus (la période historique n’était pas respecté et l’histoire était très mélangée). Je dirais que ces téléfilms restent malgré tout meilleurs parce qu’ils sont plus dans l’esprit du livre, avec beaucoup d’optimisme et de joie de vivre.

      J'aime

      • Morgane dit :

        Je n’ai pas lu les livres mais j’avais beaucoup apprécié les films, notamment pour son actrice principale. J’adore le personnage d’Anne, ses idées et son imagination débordante. C’est selon moi un des personnages les plus inspirants de la littérature au même titre que Peter Pan ou l’Alice de Alice au pays des merveilles.

        J'aime

  3. En tout cas, ton article donne envie de lire les livres (que je ne connaissais pas non plus.) !
    Un peu moins de regarder la série…

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Merci ! Les livres sont vraiment géniaux, je te les conseille vivement ! La série est un peu décevante, mais si tu as l’occasion de la regarder, tu la trouveras peut-être bien vu que tu ne pourrais pas comparer avec les livres.

      Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s