Tous au gîte, le nouveau roman de Monika Peetz

Tous-au-giteIl y a deux ans, les éditions Presses de la Cité m’avaient envoyé un roman étonnant, d’une romancière allemande que je ne connaissais pas : c’était En route pour Compostelle, écrit par Monika Peetz. Ce livre avait été une belle découverte inattendue. L’année dernière, la suite du roman est parue en France : Jeûne et jolie. Toujours aussi bien ! On y retrouvait nos personnages principaux, cinq femmes amies depuis des années et se soutenant malgré les épreuves de la vie. Cette histoire d’amitié, tendance chick lit mais plus mûre, dévoilait avec beaucoup de talent la tendresse, la tristesse mais aussi l’humour qui jalonnent la vie et l’amitié. Evidemment, quand j’ai su que le troisième tome allait paraître en France, j’ai trépigné d’impatience, attendant le facteur avec ferveur pour qu’il m’apporte la suite de l’histoire. Ce nouveau roman s’intitule Tous au gîte… et il est encore meilleur que les deux précédents !

La vie des dames du mardi est sur le point de connaître un changement important : Kiki, la plus jeune de la bande, et son compagnon ont décidé de déménager. Ils quittent Cologne pour aller s’installer à la campagne. Là-bas, au milieu de nulle part, ils ont déniché une vieille école en ruine et projettent de la retaper pour en faire un gîte. Beau projet… sauf que rien ne se passe comme prévu. Et quand Kiki se retrouve vraiment submergée de problèmes, elle décide d’appeler ses amies à la rescousse. Les dames du mardi ne sont pas femmes à rester sur la touche : elles montent donc une expédition et débarquent à la campagne pour sauver leur amie du naufrage. Mais les choses vont être un peu plus difficiles que prévues : une tempête, un toit qui fuit, des poules récalcitrantes, des voisins peu accommodants… Sans compter que les dames du mardi ont aussi leurs problèmes : Estelle est en guerre contre sa belle-fille, Eva est en pleine crise maritale, Judith s’est mise à la voyance, et Caroline, qui a été l’avocate d’un criminel dans un procès retentissant, reçoit des menaces de mort… Quand un inconnu débarque et se met à rôder près des dames du mardi, les esprits ne sont pas loin de s’échauffer…

Les dames du mardi tiennent leur nom de leur rituel immuable : depuis des années, les amies se retrouvent tous les mardis pour déjeuner ensemble. C’est à peu près tout ce que vous avez besoin de savoir pour lire ce roman ! En effet, pas besoin d’avoir forcément lu les deux tomes précédents pour comprendre l’histoire ou les personnages car Monika Peetz raconte son histoire de façon adroite, en rappelant certains éléments pertinents pour aider la compréhension. Evidemment, en ce qui me concerne, je vous conseille de lire tout de même les deux romans précédents car ils sont tout bonnement excellents (et ils existent en poche, alors aucune excuse !).

Dans le premier roman où on faisait connaissance avec la bande d’amies, et le pèlerinage pour Compostelle servait de toile de fond pour ces cinq femmes dont les vies respectives étaient ébranlées. Elles se remettaient en question et avaient besoin de se retrouver. Le cheminement était surtout émotionnel, et c’était la force du roman. Dans le second tome, Monika Peetz, pour ne pas se répéter, avait décider de les envoyer en cure détox et le propos du livre était différent, plus comique : on avait cinq femmes confrontées au regard de la société, au vieillissement. Le livre prenait une dimension plus large. Ce nouveau livre est un bon équilibre entre les deux : on retrouve les dames du mardi en pleine crise car elles ont chacune des problèmes à affronter. L’un d’eux est d’ailleurs la confiance, y compris entre amies. C’est un thème très fort dans le livre, qui rend les personnages plus réels et d’autant plus touchants.

A côté de ça, l’histoire réserve beaucoup de passages très drôles et toujours très crédibles. Les différences de tempérament des amies donnent des scènes de dispute savoureuses, ce qui ménage pas mal de rebondissement. La bonne idée du livre, c’est aussi d’aller un peu dans le suspens en inventant une « histoire policière » autour du personnage de Caroline. La partie qui la concerne, avec les menaces de mort qu’elle reçoit, crée pas mal de tension et apporte de la richesse au livre. On alterne entre des moments légers de rigolade entre amies, des espaces de réflexion personnelle où chaque femme remet en question les choix de sa vie, et des passages en rapport avec une intrigue à suspens. L’ensemble est donc bien construit et forcément très prenant.

J’ai adoré ce livre et je l’ai dévoré en seulement deux soirées. Je n’arrivais plus à le lâcher tellement je voulais savoir le fin mot de l’histoire. Monika Peetz réussit un roman vibrant, plein de bonne humeur, mais aussi ancré dans la réalité. Ces femmes ne sont pas des héroïnes de roman : elles sont « vraies », on pourrait les croiser dans la rue. C’est donc très facile de s’identifier à elles, à leurs problèmes et à leur manière de prendre la vie. On passe un excellent moment avec les dames du mardi, et on voudrait forcément être l’une des leurs. Une réussite sur toute la ligne !

Advertisements
Cet article a été publié dans Chick lit. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tous au gîte, le nouveau roman de Monika Peetz

  1. Je ne connaissais pas du tout cette petite série de roman mais je pense que je vais m’y pencher de plus près, ça a l’air d’être de bons livres de détente ! 🙂 Merci pour la découverte !

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s