Journal d’un vampire en pyjama, roman de Mathias Malzieu

Journal-vampire-pyjamaMathias Malzieu, c’est bien sûr le chanteur bondissant du groupe de rock Dionysos. Mais les lecteurs un peu curieux se souviendront que c’est aussi un auteur qui a déjà plusieurs livres à son actif, dont le splendide Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi. C’est avec ce roman que je l’avais découvert, et j’avais été profondément touchée par la beauté et l’originalité du texte. Alors évidemment, quand j’ai vu qu’un nouveau livre sortait en février, je me suis littéralement ruée dessus… enfin, dès qu’il est arrivé dans ma boîte aux lettres ! Et voilà comment ce Journal d’un vampire en pyjama a été une lecture surprenante, atypique… mais que pouvait-on attendre d’autre de la part de Mathias Malzieu ?

Tout commence en novembre 2013. Une période qui devrait être particulièrement festive pour Mathias Malzieu avec la sortie d’un film adapté de son livre. Sauf que le cœur n’y est pas… l’énergie surtout. Un bilan de santé plus tard, la vérité tombe comme un couperet sous la forme d’un diagnostic très sombre : une maladie très rare de la moelle osseuse qui affaiblit tout le système immunitaire et va nécessiter un traitement très lourd, sans garantie de résultat positif. Commence alors un long parcours pour le chanteur survolté. Un parcours en forme de tempête, le long duquel il pourra compter sur le soutien des siens, mais aussi et surtout sur son imagination, la poésie, son énergie et la musique pour traverser la pire des épreuves. Enfermé dans une chambre-bulle, il dialogue avec des personnages imaginaires, tord le coup à la réalité à force de poésie, remet sa vie entre les mains des nymphirmières. Bref, il continue à vivre de toutes ses forces.

Alors évidemment, le sujet du livre n’est pas facile. Mais alors, pas facile du tout. On parle de maladie grave, de bilans sanguins, on apprend plein de choses sur le fonctionnement des services spécialisés des hôpitaux de Paris qu’on n’aimerait mieux ne pas savoir. En cela, le début du livre pourrait être un peu déstabilisant s’il n’y avait pas l’écriture de Mathias Malzieu pour sauver la situation. Il parle de lui à la première personne, de son expérience, et c’est un peu son journal de bord de l’hospitalisation qu’il nous présente. Mais il y a beaucoup plus dans ce livre.

Déjà, on retrouve avec bonheur l’énergie débordante de Mathias Malzieu qu’on pouvait voir dans ses autres livres. La plume est agitée de poésie, d’imaginaire, de passion, d’enthousiasme… autant de qualité qui permettent de se raccrocher à l’optimisme, même quand la situation est très noire. Mathias Malzieu aborde des thèmes d’autant plus intimes qu’il s’agit de lui, de son histoire. Pourtant, pas une seule fois le récit ne verse dans le sensationnalisme ou le misérabilisme. Bien au contraire, l’auteur est du genre à toujours voir le verre à moitié plein. Plein de belles choses, plein d’amour, plein d’espoir.

Les chapitres sont très courts, ce qui permet de suivre le parcours de Mathias avec beaucoup de facilité : de rendez-vous à l’hôpital aux moments passés chez lui au calme, des passages où il espère aux coups de blues. Ce n’est pas seulement le parcours médical qu’on découvre, c’est surtout le parcours de l’humain quand il est jeté au milieu des ténèbres et qu’il ne peut plus compter que sur sa propre lumière pour s’en sortir. En cela, la lecture est très plaisante parce que ce n’est jamais difficile de lire les mots. C’est au contraire très fluide, et même sans avoir été confronté soi-même à ce qu’il décrit, l’histoire de Mathias trouve un écho en nous. Parce que nous avons tous peur de mourir, et aussi parce que rien de la souffrance humaine ne nous est égal. On ne peut pas rester de marbre face à ce genre de récit.

Heureusement pour les lecteurs qui sont mal à l’aise en face de seringues (même si elles ne sont qu’écrites et pas réelles), ce texte ne cherche pas du tout à nous oppresser. Le lecteur est invité à faire un voyage. Mais c’est un voyage qui est quand même marqué par le sceau de la fiction. La poésie est convoquée à chaque page pour rendre le mal supportable. Mathias Malzieu joue avec les mots comme un magicien qui réordonne le monde à sa façon, pour en faire une féerie. Les choses font moins peur, et surtout les choses importantes sautent vraiment aux yeux, avec leur beauté et leur cortège d’espoirs.

J’imagine qu’il est difficile de convaincre des lecteurs qui ont envie de se détendre de lire un livre qui parle d’une maladie grave vécue au jour le jour pendant un an. Mais au-delà du thème médical de cette histoire, ce dont nous parle Mathias Malzieu, c’est de notre propre humanité. Nous sommes des êtres fragiles, avec une date de péremption, mais dans le temps qui nous est imparti tant de choses merveilleuses peuvent arriver. C’est la raison pour laquelle ce livre met à ce point l’accent sur l’espoir, l’amour, le rêve, la poésie, l’enthousiasme, l’importance du bonheur. Je ne sais pas si j’ai déjà lu un livre aussi lumineux et optimiste que celui-là. Je vous souhaite de le découvrir à votre tour.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Journal d’un vampire en pyjama, roman de Mathias Malzieu

  1. Je viens juste de commencer ma lecture 🙂

    J'aime

  2. Lumineux, c’est vraiment le mot !

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Les meilleurs livres de 2016 : bilan à mi-parcours | A livre ouvert

  4. Ping : Les livres à retenir en 2016 : mon best-of | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s