Qu’est-ce que le Steampunk ?

steampunk-1

Dans le cadre du mois consacré au cinéma, j’ai eu envie de vous faire découvrir un genre littéraire qui a très tôt été adopté/adapté par le cinéma : le steampunk. Avec un nom barbare difficile à prononcer pour les lecteurs français, c’est vrai que ce n’est pas forcément le genre qu’on connaît le mieux. Chaînon manquant entre la fantasy et la science fiction, le steampunk souffre du même mal que ses illustres aînés : le manque de reconnaissance des milieux littéraires français. Mais fort heureusement, le vent tourne, et certaines maisons d’édition commencent à proposer des ouvrages de steampunk en français, comme par exemple l’excellente maison Bragelonne. L’occasion de faire preuve de curiosité…

Vous avez dit steampunk ?

Le mot ressemble à une incantation de conte de fée ou quelque chose comme ça. Il y a une chose de vraie, c’est que ce mot a été inventé. C’est un mot valise qui date des années 1980, date à laquelle des gens malins se sont dit que ce serait bien de donner un nom à un mouvement qui commençait à ressembler à un genre littéraire à part entière. Du coup, ils ont trouvé steampunk, littéralement « punk à vapeur ». Ce n’est pas très éclairant ? Et si je vous dis qu’en français on parle de rétrofuturisme, est-ce que ça vous aide ?

Au départ, le steampunk émerge comme un enfant bâtard issu du croisement de la science fiction et de la fantasy. Deux genres qui ont beaucoup en commun sur le fond comme sur la forme. En effet, la fantasy et la science fiction développent des imaginaires puissants dans la forme, et présentent souvent des critiques ou des interrogations sociales dans le fond. Des oeuvres qui parlent de leur temps tout en faisant semblant de parler d’autre chose. Le steampunk est donc un genre qui emprunte l’esthétique de la fantasy et les thèmes de la science fiction. Ses histoires se déroulent toujours dans une réalité alternative, une uchronie, aux airs de Belle Epoque ou d’époque victorienne. Le cadre de référence est la fin du XIXe siècle, à l’époque de la révolution industrielle. Sauf que dans ce cadre classique, le steampunk dévoile des éléments modernes voire futuriste comme des ordinateurs ou des machines à voyager dans le temps. Il peut même emprunter au genre fantastique des magiciens, des fées ou des sorcières. L’idée générale, c’est que le steampunk adore mélanger les genres.

steampunk-2

L’héritage des grands noms

Mais le steampunk n’est pas venu au monde en un seul jour. Dans l’histoire de la littérature occidentale, il y a déjà eu des oeuvres au look rétrofuturiste, et ce bien avant les années 1980. Les plus célèbres sont évidemment le Vingt-mille lieues sous les mers de Jules Verne ainsi que La Machine à voyager dans le temps de l’auteur H.G. Wells. Les deux romanciers inventent dans leurs histoires des éléments irréalistes pour leur temps, tout en décrivant par ailleurs une époque classique. La collision entre ces deux aspects rend les romans fascinants et leur donne une richesse unique.

Concrètement, le steampunk, ça parle de quoi ? Et ça ressemble à quoi ?

En tant que genre en lien avec la science fiction et la fantasy, le steampunk est un genre qui brasse des thèmes très larges, mais son fond de commerce reste l’idée d’un monde en crise. Il fait presque systématiquement référence à l’époque de la révolution industrielle, une période où la société vit encore avec des codes très traditionnels, tandis que la technologie commence à émerger, offrant de formidables opportunités à l’humanité.

Esthétiquement, c’est un genre très riche qui aime la flamboyance et l’exubérance. Les costumes de l’époque victorienne côtoient des machines électriques, des automates et autres inventions surprenantes. C’est le royaume de l’imaginaire. Si vous voulez bien vous représenter ce genre, faites donc un saut à la station de métro Arts et Métiers à Paris : avec ses cuivres lustrés et ses boulons apparents, c’est tout à fait ça !

steampunk-3

Bon d’accord, mais comment ça marche ?

Dans les faits, il existe deux grandes catégories d’ouvrages steampunk : ceux qui inventent des univers complets (sortes de croisements entre une société au style victorien/Belle Epoque et un monde plutôt futuriste) ou ceux qui font référence à des oeuvres victoriennes qui existent. Ainsi, Sherlock Holmes est l’un des personnages préférés du genre steampunk : de nombreux auteurs imaginent le célèbre détective aux prises avec des automates diaboliques ou d’autres choses du genre. Mais la plus célèbre histoire est sans doute La Ligue des gentlemen extraordinaires inventée par l’auteur de BD Alan Moore. Dans cette histoire, Alan Moore a l’idée de rassembler une unité secrète d’élite : Alan Quatermain, le docteur Jekyll, Dorian Grey, le capitaine Nemo et bien d’autres pour faire face à des menaces très modernes comme des bombes ou autres machines de la mort.

Le Steampunk sur les écrans

Très tôt, le steampunk a séduit les écrans de télévision et de cinéma. A cause de sa dimension esthétique et de sa façon ludique de mélanger les styles, il est accessible à un très large public. D’ailleurs, l’un de ses premiers hauts faits d’arme fut le succès de la série télévisée Wild Wild West (souvenez-vous : Les Mystères de l’Ouest) : dans un décor de far west, deux héros se confrontaient à des criminels plein de ressources, et les gadgets anachroniques étaient monnaie courante. C’était déjà du steampunk !

enchantementsListe de lecture pour les curieux

Jusqu’à très récemment, c’était difficile de se procurer des oeuvres de steampunk en français. Mais depuis quelques temps, les maisons d’édition font l’effort de se diversifier et de mettre en valeur un patrimoine littéraire dans lequel plusieurs plumes françaises ont brillé. Vous pouvez par exemple vous diriger les yeux fermés (enfin non, parce que pour lire ce n’est pas pratique !) vers le catalogue des éditions Bragelonne qui se composent de nombreux titres intéressants comme Le Club Vesuvius de Mark Gatiss ou Une Etude en soie d’Emma Jane Holloway (qui met en scène les aventures de la nièce de Sherlock Holmes).

Du côté des livres à découvrir, je peux vous citer :

  • Les Enchantements d’Ambremer, un cycle du français de Pierre Pevel
  • La Machine à explorer l’espace, de Christopher Priest
  • Confessions d’un automate mangeur d’opium, de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit
  • La Machine à différences, de William Gibson et Bruce Sterling
  • Et pour les enfants, L’invention de Hugo Cabret, le roman de Brian Selznick

Je vous souhaite à tous de belles lectures, et j’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir ce genre surprenant qu’est le steampunk.

Publicités
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Qu’est-ce que le Steampunk ?

  1. Ping : Sommaire de Mai 2015 | A livre ouvert

  2. Ping : Panorama des littératures de l’imaginaire | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s