Liste de lectures de l’été : pourquoi pas un classique ?

livre-montreQuand on est à la chasse à la bonne idée lecture, tout est bon à prendre et ça peut être l’occasion de se tourner vers l’inattendu, la surprise, le petit recoin de la bibliothèque dans lequel on ne pensait pas regarder. Car à force de lire les livres nés de l’actualité, on en oublie parfois (moi la première), le bonheur que peut représenter un bon vieux classique de la Littérature française. Je vous propose donc aujourd’hui une liste d’idées lectures spécialement dédiée aux classiques à côté desquels il serait vraiment dommage de passer !

Balzac, La Fille aux yeux d’or : Quand on prononce le nom de Balzac, La Fille aux yeux d’or n’est absolument pas le premier livre auquel on pense. Le Père Goriot arrive certainement en tête du referendum ! Pour autant, plusieurs trésors se cachent au cœur de l’œuvre balzacienne, et en ce qui me concerne, j’ai un faible tout particulier pour La Fille aux yeux d’or. Il s’agit d’une courte histoire, presque une nouvelle, qui fait partie du cycle des Treize, cette organisation clandestine dans Paris, dont les différents personnages reviennent au fil des histoires pour que l’on suive leurs aventures. Dans cette histoire, l’amour se mêle au mystère, et un triangle amoureux va se former, déchainant les passions autour d’une jeune fille dont les yeux sont irrésistibles. Le texte est magnifique, et si l’on croise effectivement quelques descriptions assez longues dans le plus pur style balzacien, elles empruntent ici une forme très picturale : ce texte ressemble à la description d’un tableau. Les mots nous donnent à voir des scènes, des visages, sentir des odeurs… Cette histoire est portée par une belle énergie aux accents poétiques très plaisants. En plus, grâce à son format court, cette histoire peut plaire à tout le monde, même à des lecteurs qui ont gardé un mauvais souvenir des classiques de la littérature française. Ouvrez ce livre, c’est une perle rare qui vous plaira.

Zola, Au Bonheur des dames : Bon, il faut bien avouer que je ne suis pas une très grande fan de Zola. Il y a même certains livres de lui que je déteste. J’en suis restée à la scène d’accouchement absolument atroce à la fin de Pot-Bouille, ce qui m’a vacciné à vie contre l’envie de replonger dans les pages des romans de Zola. Pourtant, force est de constater qu’il y en a un qui reste cher à mon cœur. C’est le premier livre de Zola que j’ai lu dans ma vie, et il m’a beaucoup plût (j’ai même déjà eu l’occasion de le relire avec un plaisir intacte) : Au Bonheur des dames. Cette histoire est un peu la success story de Denise, une jeune fille débarquée à Paris qui veut trouver un emploi dans un magasin de vêtements. Elle va passer d’une petite boutique sordide de quartier au premier grand magasin parisien, au sein duquel elle montera les échelons et finira même par connaître l’amour. Un peu une histoire de Cendrillon. Le personnage de Denise est très attachant, assez fort, et on a un grand plaisir à la suivre dans cette initiation à la vie parisienne et au monde du travail. Pour info, sachez que c’est le magasin Le Bon Marché qui a servi d’inspiration à Zola pour le cadre de ce roman. Si vous passez dans ce magasin de la rive gauche, n’hésitez pas à monter au tout dernier étage, sous la verrière : vous découvrirez la fabuleuse librairie !

Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves : Quand on parle des grands classiques de la Littérature française, on n’échappe pas aux histoires d’amour tant elles sont légion dans notre patrimoine littéraire. Et l’une des plus emblématiques reste pour moi La Princesse de Clèves. En ce qui concerne la lecture de ce livre, je remarque que le point de vue des lecteurs est toujours très tranché : soit ils adorent, soit ils détestent. Autrement dit, voilà une histoire à laquelle vous allez adhérer ou pas, mais il n’y a pas de demi-mesure. Plus que l’histoire, l’enjeu de ce roman, ce sont les personnages. Récit d’un triangle amoureux prix dans la tourmente à l’époque de la cour du Roi Soleil, ce roman nous raconte l’histoire de la jeune princesse de Clèves, mariée par la force des choses à un époux plus vieux qu’elle n’aime pas (mais qui est tout de même bien sympathique). Les choses pourraient en rester au stade du mariage de raison, sauf que lors d’un bal, la toute jeune épouse va rencontrer un homme, le très séduisant duc de Nemours. Entre eux, le coup de foudre est immédiat, mais la morale se dresse pourtant. La princesse de Clèves peut-elle se résoudre à l’adultère ? Vous le saurez en lisant cet excellent roman. On parle toujours d’Orgueil et Préjugés, mais en France aussi nous avons de belles histoires d’amour pour vibrer avec des héros de papier. L’écriture est très belle et nous donne à voir de près un cœur déchiré par l’amour et le devoir.

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac : C’est à Musset (génie infini et immortel que j’admire et que j’adore) que l’on doit le concept très avant-gardiste de « spectacle dans un fauteuil ». Il voulait dire par là qu’on pouvait aussi prendre du plaisir à lire du théâtre, et que l’on n’avait pas forcément besoin d’une représentation pour profiter de la qualité d’une pièce. En fait, il disait cela surtout pour ses propres pièces, mais ce conseil de lecture est tout de même valable pour de nombreuses pièces dont les textes se prêtent bien à une lecture en solitaire. C’est en particulier le cas pour Cyrano de Bergerac. Impossible de me lasser de cette pièce que j’ai lu plusieurs fois et que j’ai vue deux fois sur scène. C’est une histoire d’amour, mais plus que ça, c’est une histoire d’amour de soi-même. Au fil des scènes, Cyrano est confronté au regard des autres dont il triomphe assez facilement, et à son propre regard, beaucoup plus cruel, contre lequel il n’arrive pas à lutter. Cette faiblesse va l’empêcher d’être aimé, mais pas d’aimer. Et à travers le personnage de Christian, il va faire naître une œuvre de marionnettiste, vivant pas procuration l’histoire d’amour dont il ne pense pas être digne. Cette très belle histoire est intemporelle, et l’on ne peut pas lire cette pièce sans se prendre de tendresse pour son personnage principal. Chaque fois que j’ai vu la pièce sur scène, j’ai pleuré à la fin. Mais je ne vous en dis pas plus, lisez-le !

Baudelaire, Les Fleurs du mal : Un peu de poésie dans ce monde de brutes ! Si vous savez déjà que vous n’allez pas prendre beaucoup de temps pour lire cet été parce que vous préférez flâner sur les marchés ou jouer au beach rugby, je vous conseille de vous orienter vers un format adapté. On ne pense pas forcément à lire de la poésie, et pourtant certains recueils sont une source intarissable d’émerveillement. La poésie, plus pour moi qu’une démarche d’expression, c’est la beauté des mots. Un prétexte pour s’émerveiller devant la beauté de notre langue, s’abandonner à la sensualité des phrases, naviguer sur les flots de la beauté grammaticale… L’un des sommets du plaisir poétique pour moi, c’est le très beau recueil de Baudelaire Les Fleurs du mal. Plusieurs textes ont ma préférence, mais mon coup de cœur absolu, c’est L’Horloge, un très beau texte sur le temps qui passe et la condition d’Homme. Au fil des pages, j’aime aussi beaucoup le Chant d’automne, et bien sûr l’un des poèmes les plus connus de Baudelaire Le Chat. Les textes de Baudelaire sont assez variés ce qui en rend la lecture plaisante. On ne sombre pas à chaque page dans la souffrance et la désespérance, ce qui est toujours une bonne chose quand on lit à la plage ! Et puis il y a quelque chose de magique qui se passe dans les pages des Fleurs du mal : au gré de la lecture, chacun finit par tomber amoureux d’un texte particulier. Et c’est pour ce poème là que l’on relit après l’ouvrage. Du reste, on peut picorer le recueil sans forcément tout lire, ni lire dans l’ordre. La poésie invite à un autre rythme de balade : le chemin de traverse. En cela, elle demeure une célébration sans cesse renouvelée de la liberté littéraire et du plaisir de lire.

Je vous souhaite donc de très belles vacances et d’encore plus belles lectures.

Publicités
Cet article, publié dans Listes d'idées de lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Liste de lectures de l’été : pourquoi pas un classique ?

  1. Ping : Comment passer des vacances littéraires ? | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s