Le Monde comme il me parle, d’Olivier de Kersauson

kersausonJe ne savais pas qu’Olivier de Kersauson était un bon auteur. Ce qui est dommage car je me suis privée du plaisir de sa plume, de son texte, de son talent, de sa poésie… Mais heureusement pour moi, le temps de lire n’est jamais perdu. Et la patience est souvent récompensée par une bonne lecture.

C’est par hasard que ce nouveau livre Le Monde comme il me parle est venu jusqu’à moi. Il ne m’a fallu que la première phrase du livre pour être séduite et plonger toute entière dans ses pages. Jugez plutôt : « Le plaisir est ma seule ambition. » Une musséiste comme moi ne pouvait pas passer à côté de ce superbe incipit sans avoir envie de lire la suite.

Ce livre n’est pas une autobiograhie, c’est un recueil d’émerveillements. Pour expliquer un peu de quoi ça parle, j’ai envie de vous citer le joli titre d’une chanson récente de Vanessa Paradis (désolée si l’amalgame est un peu déstabilisant !) : les espaces et les sentiments. Ce livre n’est pas un roman, pas une autobiographie, et pourtant Kersauson parle de lui. De ce  rapport au monde qu’il entretient depuis des décennies maintenant, pour le plaisir de vivre libre, loin de la société des hommes. Il parle de son vécu, de ce que la mer lui a apporté, des hommes qu’il a croisé sur l’eau, de la lumière qui l’a frappé… Autant d’images qui nous font voir un horizon inconnu et fascinant.

Le merveilleux est présent à toutes les pages. La pudeur aussi. Voici un auteur, un vrai. Quelqu’un qui n’a pas besoin de sortir les violons pour faire vivre l’émotion. Il écrit certainement comme il parle : avec vérité, sincérité et passion. Et au fil des pages, on remarque même un vrai plaisir de l’écriture. Ce livre est bien écrit. Pas de formules stylisées pour faire « comme si ». Les mots sont directs, beaux, préoccupés de la vérité à dire. Des mots enivrants.

Ce livre se lit presque comme un conte tant il est vrai que le lecteur bascule dans un autre univers, où presque plus rien n’a de lien avec notre monde réel. Ceux qui ont déjà pris le large ne seront pas surpris ; ils se sentiront chez eux. Les terriens (comme moi) sentiront soudain le souffle de l’aventure passer dans leurs cheveux.

Dans ce livre, Olivier de Kersauson évoque son enfance, ses débuts dans le monde marin… Quelques très belles pages sont consacrées à Tabarly, celui sans qui l’aventure n’aurait pas été la même. On passe le Cap Horne, on voit les vagues déferler contre le bateau… Kersauson raconte une vie d’aventure à travers quelques fulgurances, des souvenirs forts en émotion.

Il est presque inutile de préciser à quel point cette lecture m’a transporté. Oui, transporté vers un horizon inconnu. J’ai refermé ce livre en ayant tout de suite l’envie de prendre la mer, de partir à l’aventure. Ce livre m’a enthousiasmé comme je n’ai pas été enthousiasmée par un livre depuis quelques temps déjà. Le sens du merveilleux m’a frappé, la lumière aussi. Olivier de Kersauson est un homme qui connaît le sens de l’inspiration. Qualité essentielle qui fait les grands auteurs.

2 réflexions sur “Le Monde comme il me parle, d’Olivier de Kersauson

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s