Peut-on vraiment lire plus de 100 livres par an ?

Le début d’année 2023 a été marqué par une énième polémique autour de la lecture sur les réseaux sociaux. Après avoir subi les commentaires condescendants, voire carrément haineux, et après le classement chahuté du livre préféré des Français en décembre dernier, janvier a commencé dans le même élan. Avec les avis très désobligeants et irrespectueux de certains individus qui, visiblement, n’ont rien de mieux à faire que d’empêcher les lecteurs de savoureux leurs livres. Le sujet ? Vous l’avez peut-être loupé : des bloggeuses et bloggeurs (principalement anglophones, mais il y a aussi eu des cas dans la blogosphère française) se sont fait attaqués à cause de la publication de leurs bilans lectures. Soit disant parce qu’il serait impossible de lire autant de livres en une année. Je voudrais bien dire que je suis fatiguée et toujours aussi atterrée par ce type de commentaires. Sauf qu’à un moment donné, le silence ne suffit pas. Et comme je fais moi-même partie de cette catégorie de bibliovores qu’on surnomme « les gros lecteurs », je me suis dit que j’allais prendre le clavier pour évoquer le sujet avec vous.

Peut-on vraiment lire plus de 100 livres par an ? Bah oui !

Il y a 365 jours par an, et même s’il faut bien travailler dans la vie, ça reste faisable de prendre du temps pour bouquiner régulièrement.

Le temps consacré aux divertissements varie d’une personne à l’autre. Mais en moyenne, les Français passent plusieurs heures par jour devant leurs écrans, smartphones et compagnie. Si vous convertissez le temps passé à regarder Netflix ou faire défiler les vidéos TikTok, et que vous le convertissez en temps de lecture, vous vous rendez alors compte que c’est tout à fait possible de lire beaucoup de livres en une année. D’ailleurs, si les fans de série comptaient le nombre d’épisodes qu’ils visionnent en un an, je pense qu’ils seraient les premiers choqués par le nombre final !

Lire, ça prend du temps. Et tout le monde ne lit pas à la même vitesse. Je fais partie de la catégorie de personnes qui lisent plutôt vite. Mais je sais que tout le monde n’est pas comme moi. Et c’est donc la raison pour laquelle je lis pas mal de livres en une année (108 en 2022). En moyenne, je lis 2 livres par semaine. C’est un plaisir, une routine. Et à vrai dire je ne compte pas spécialement les heures passées à lire. Pour moi, c’est juste un délassement comme un autre.

« Oui mais est-ce que lire des romans de merde, ça compte vraiment ? »

Et oui, nous sommes en 2023, et il y a toujours autant de personnes promptes à émettre des jugements de valeur sur la lecture. Bienvenue dans le monde de demain !

Je l’écris en plaisantant, mais après avoir lu certains commentaires sur Twitter, je me suis sentie vraiment mal pour les bloggeuses qui étaient exposées à ce genre de commentaires toxiques. Des personnes qui visiblement ne lisaient même pas leurs chroniques se sont carrément permis de dire que les romances étaient des livres indignes d’être médiatisés. Et encore, je vous donne la version soft des critiques irrespectueuses. Et bien évidemment, ces gens insistaient sur le fait qu’on ne devrait pas se vanter d’en lire autant. [Ici, merci d’imaginer l’emoji de la tête rouge en colère pour bien visualiser mon ressenti sur la question]

J’adore ces gens qui défendent avec ardeur les grands classiques de la littérature… alors qu’ils n’ouvrent pas un livre dans l’année. Avez-vous remarqué que ce sont souvent les mêmes qui sont les plus prompts à dénigrer le dernier récipiendaire du Prix Nobel de littérature ?

Evidemment, vous allez me faire remarquer que les comportements toxiques sont légions sur le web. C’est malheureux, mais c’est une réalité.

Ce qui me frappe dans tout ça, c’est l’acharnement systématique dès qu’il s’agit de littérature. Qu’il s’agisse de la couleur de peau des comédiens pour les adaptations, des livres jugés trop populaires ou de tout autre sujet qui a un lien avec la lecture, j’ai l’impression que certains individus n’attendent qu’un nouveau prétexte pour tenter de confisquer la lecture et la réduire seulement à une vision étriquée de ce que devrait la grande littérature.

Et ça me pose un problème pour plusieurs raisons. D’abord parce que la société n’a pas le droit de nous dicter ce qu’il est de bon ton de lire et d’apprécier. Ensuite parce que la pression sociale n’est certainement pas le meilleur moyen d’encourager les gens à lire des classiques. Au contraire, on a l’impression que les livres nous sont confisqués et que leur accès nous est refusé. Et enfin parce que la littérature est une matière vivante, et pas figée dans le temps. Les classiques du prochain siècle se cachent parmi les parutions actuelles. Et à moins d’être capable de lire l’avenir dans les feuilles de thé, on ne peut pas prédire quels seront les livres dont l’impact culturel légitimera plus tard le statut de « classique ».

Au passage, je rappelle que la littérature de divertissement a aussi le droit d’exister. Et elle n’a pas à légitimer sa place chaque fois qu’une bande d’hystériques se saisit d’un clavier pour déverser sa bile contre les romans à l’eau de rose, les bons sentiments et autres sagas fantastiques pas assez bonnes à leur goût.

La morale de notre histoire

Fondamentalement, ce débat me met hors de moi parce qu’il cherche à véhiculer une vision restrictive de la littérature. Et surtout, il en profite pour stigmatiser des lectrices et des lecteurs dont les goûts sont jugés comme « dégénérés ». Nos lectures ne sont pas assez bien pour vous ? Et bien passez votre chemin.

La raison pour laquelle j’ai fondé le blog Alivreouvert au départ, c’était pour partager mon intérêt pour des livres qui n’avaient pas ou trop peu de couverture médiatique. Des auteurs qui n’intéressaient pas la presse. Qu’on ne voyait jamais à la télévision. Je voulais tendre une perche à d’autres passionnés de lecture, et fonder un espace d’expression et de partage autour de notre curiosité commune.

Plus que jamais, la blogosphère est un espace de résistance et de bienveillance pour la lecture, parce que le reste de l’espace médiatique reste soit indifférent soit hostile. Et c’est pourquoi j’ai voulu traiter le sujet, parce que j’estime que ça reste important de propager un message de bienveillance. Je me souviens d’une lectrice qui m’avait dit qu’elle commandait ses romances sur Amazon parce qu’elle avait peur que son libraire la juge. Et ça m’avait choqué. J’étais désolée pour elle, que la lecture soit associée à un sentiment de honte ou de rejet. Je ne souhaite ça à aucune lectrice, à aucun lecteur.

Etant moi-même une lectrice habituée aux chemins de traverse, j’ai envie d’encourager un maximum de personnes à suivre leurs envies de lecture sans se préoccuper du reste du monde. Cette année encore, c’est la motivation qui dictera la ligne éditoriale de mon blog. Et j’espère que vous serez au rendez-vous pour partager cette passion de la lecture dans le respect et la bienveillance.

Merci à toutes & tous.

50 réflexions sur “Peut-on vraiment lire plus de 100 livres par an ?

  1. Naïma Hassert dit :

    Tout à fait d’accord avec toi! La lecture doit être un plaisir avant tout, pas un moyen d’essayer de se placer au-dessus des autres ou, au contraire, de se diminuer. Franchement, la vie est trop courte, et il y a trop de bons livres (peu importe notre définition de « bons livres »)!

    Aimé par 2 personnes

  2. Matatoune dit :

    L’oiseau bleu, ou autres reseaux, c’est comme le café du commerce de l’ancien temps sauf que les écrits restent et ceux qui les écrivent se cachent derrière. Ne perdons pas notre temps à justifier notre passion ! Qu’est ce que cela peut leur faire qu’on lise autant de livre ! On ne vit pas ensemble ! Et, pourquoi faudrait-il en lire que quelques uns jugés sérieux ou acceptables ? Ils n’ont rien compris au plaisir de lire ! Tant pis pour eux ! Étriqué tu es! Étriqué tu le resteras ! Alors, laissons les à leur mépris et réjouissons nous de nous régaler du plaisir de découvrir les mots qu’un(une) autre à mis sur notre chemin ! Bonne continuation livresque ! 😉

    Aimé par 3 personnes

  3. Marion dit :

    J’ignorais l’existence de cette polémique mais je suis tout à fait d’accord avec toi ! Certaines personnes ont tendance à croire que si eux ne prennent pas le temps de lire, personne ne devrait le faire … Et ça créé un conflit qui (si on réfléchit bien) reflète peut-être la jalousie des autres de ne pas lire plus. C’est dommage de voir que jusque dans la lecture, les gens vont se comparer et dénigrer les autres.

    Aimé par 3 personnes

    • Alivreouvert dit :

      C’est intéressant ce que tu soulignes : la notion de jalousie. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai effectivement l’impression qu’il y a une amertume, une rancune contre les lecteurs, comme si on étaient tous des snobs parce qu’on aime lire. Alors que ce qui compte, c’est de se divertir comme on l’entend. Qu’importe si on aime lire, regarder des séries ou jouer à des jeux vidéo. Fondamentalement, nous sommes tous liés par notre passion pour les bonnes histoires qui nous immergent dans un autre univers. Aucun besoin d’être haineux les uns envers les autres.

      Aimé par 5 personnes

  4. Aurelie dit :

    Bonjour, je suis entièrement d’accord avec ton article ainsi qu’avec les commentaires.
    Je suis moi aussi une fervente lectrice, entre autres, des livres de romance et romances de Noël.
    Et je me fiche royalement que cela plaise ou pas. Personnellement, ce genre littéraire me fait du bien et c’est là l’essentiel.
    Bonne continuation 😉

    Aimé par 2 personnes

  5. Maman lyonnaise dit :

    A croire que plus on vit dans un pays libre, plus certains n’ont d’autre occupation que d’attaquer la liberté des autres.
    Un serpent qui se mord la queue et surtout, à qui le débat sert-il ? C’est étrange, tout de même, cette attitude. Je pense qu’il ne faut pas chercher d’explication, il n’y en a aucune de valable ou sensée.
    Lire nuit gravement à l’ignorance, c’est peut-être la seule réponse que ces personnes malveillantes et désoeuvrées mériteraient.

    Aimé par 1 personne

  6. Ma Lecturothèque dit :

    Mais oui, laissez les gens lire ce qu’ils veulent et arrêtez donc de juger ! Je ne suis pas fan des romances et des livres de développement personnel, et alors ? Ca reste des bouquins donc ça compte, et si ça plaît aux gens de lire ces genres, tant mieux. La lecture est un plaisir, donc on lit pour notre plaisir, pas pour celui des autres. Bref, avec moi, tu prêches une convaincue ! Je suis consternée de voir qu’il y a une polémique sur ça et sur le nombre de lectures. Je suis à presque 150 lectures dans l’année mais je compte les lectures dites graphiques mais, même sans, je dois être autour de 60-65 romans. Je lis le matin et dans les transports, le soir au lit. D’autres lisent tandis que je vais faire du sport ou faire du point de croix ; chacun·e gère son temps comme il ou elle l’entend, c’est tout. Comment la question de la faisabilité peut-elle se poser ?

    Aimé par 2 personnes

  7. Angelique dit :

    Hello. Je découvre la polémique en te lisant et finalement, je ne passe pas de temps sur les réseaux sociaux, du coup, je lis beaucoup (tout comme toi).
    Netflix, j’ai pas. La télé, je n’ai même pas de récepteur et ça me laisse du temps pour lire, faire de la randonnée, m’occuper de mes chevaux.
    J’aime lire les chroniques littératures sur les blogs qui me font sortir de ma zone de confort.
    Les autres font ce qu’ils veulent, mais puisque je suis psychologue, je précise quand même que le QI moyen est en chute libre et qu’il est possible que Tik tok contribue à la d’échéance (la romance reste une lecture…).
    Bref.
    Je te souhaite une excellente soirée.

    Aimé par 2 personnes

  8. Mario Thibault dit :

    Très bon article qui résume très bien ma pensée. En 2022 , j’ai lu quelques 122 livres, y compris quelques BD et livres de références, un bilan dont je suis quand même fière, et ce malgré le travail, les heures sur la route, les autres activités, les imprévus de la vie, la vie de famille, la maladie( merci, Covid, mal de dos, arthroses…) bref, tout ce qui gobe du temps et de l’énergie, donc. à travers tout ça, réussir à lire reste un défi en lui-même, dans mon cas 😉. Mais ce n’est vraiment pas du stress pour moi, ça me permet de me changer les idées, de découvrir pleins de choses, de me comprendre moi-même. Et c’est plate à dire, mais il reste toujours du monde chicanier , peux importe le domaine , qui ne cherche…que la chicane, mais bon, c’est pas dur de fermer la page , et d’aller voir ailleurs des choses plus intéressantes, comme ton blog 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Commedansunlivre dit :

    Je suis passée à côté de la polémique. En même temps, je n’ai pas Twitter. Mais les commentaires sur FB concernant « Le livre préféré des français » m’a déjà amplement suffi. Et comme tu dis, ce sont souvent ceux qui ne lisent pas qui ouvrent leur bouche, pour rester polie.

    Aimé par 1 personne

  10. Lullaby dit :

    Etant bibliothécaire, et qui défend donc la pluralité des littératures parce qu’on reçoit tout types de lecteurs, avec tout types de goûts littéraires, de ceux qui viennent emprunter toutes les semaines aux « petits » lecteurs, voire qui ne font que passer pour jeter un oeil aux étagères, je ne peux qu’applaudir ce coup de gueule !

    J’aime

  11. lepetitmondedeclemweb dit :

    Super article 🙂 Je n’étais pas du tout au courant de toute cette polémique sur Twitter, mais malheureusement même si cela me désole, je crois que cela ne m’étonne plus tellement. C’est véritablement un déversoir très souvent sans fondement… Et je suis tout à fait d’accord avec toi : la lecture doit avant tout rester un plaisir, que l’on lise 15 ou plus de 100 romans par an ! De la même manière, je ne comprends pas que l’on puisse juger certains genres littéraires … Surtout que comme tu le soulignes très justement, c’est très souvent le jugement de personnes qui n’ouvrent même pas un livre dans l’année… Sans vouloir faire la vieille aigrie (du haut de mes 25 ans ahah), je trouve qu’aujourd’hui, tout le monde critique sans cesse, plutôt que d’encourager des choses positives, telle que la lecture ! Bravo pour ce coup de gueule !

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      Merci beaucoup ! Et tu as raison de le rappeler, le plus important c’est d’encourager les choses positives. C’est contre-productif de critiquer les lectures des gens tout en se désolant que de moins en moins de personnes lisent (un fait qui, d’ailleurs, n’est pas avéré).

      Aimé par 1 personne

  12. Fattorius dit :

    J’arrive sur votre blog depuis chez Light & Smell…
    Et oui: il est tout à fait possible de lire plus de cent livres par an (j’en suis une preuve vivante parmi plein d’autres, je suis comme vous un lecteur qui dévore – « lecteur cannibale », avait dit quelqu’un de moi!), même si ça peut paraître impossible à certains. Vous avez raison: il suffit d’en prendre le temps, sur d’autres activités telles que celles liées aux écrans. Sans oublier que ça dépend comment on compte: certains livres sont plus vite lus que d’autres, par exemple les bonnes vieilles bandes dessinées.
    Sur ce, je vais me promener sur votre blog – bonne journée à vous!

    J’aime

  13. lalectricelunatique dit :

    Article extrêmement intéressant et Ô combien important !
    Ce qui m’énerve le plus dans tout ça, c’est que certains se permettent de juger ce que tu lis. Personne ne vient juger les personnes qui ne lisent que de la littérature blanche ou qui ne jurent que par les prix littéraires juste parce qu’il y a le bandeau dessus. Alors pourquoi Diable ils se permettent de critiquer ceux qui lisent pour le plaisir de découvrir des œuvres qui les font vibrer (et non pas parce que ça passe dans telle émission ou à la radio). Laissons les gens lire ce qu’ils veulent, tout simplement 🙂

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      Ton commentaire met justement le doigt sur le fond du problème. En France, on associe encore beaucoup la lecture à une certaine valorisation sociale. Il faut lire « les bons livres » pour être pris au sérieux. D’ailleurs, quand on regarde les infos, beaucoup de personnes sont interviewées… devant des bibliothèques ! Si tu regardes les infos à l’étranger, ça n’existe pas. Donc on continue de faire la morale en croyant défendre la littérature, alors qu’en fait on adopte une posture qui cherche à réduire le champ d’expression de la littérature en collant une étiquette négative sur tous les ouvrages de divertissement. Merci beaucoup pour ton commentaire qui a permis d’aborder ce sujet important 🙂

      Aimé par 1 personne

  14. ducotedechezcyan dit :

    Les gens qui ont autant de temps pour déverser de la haine et de la condescendance sur les réseaux sociaux ne doivent pas en avoir beaucoup pour lire…
    Je n’ai jamais lu Virginie Grimaldi, mais j’ai cru comprendre qu’elle écrivait des romans feel good? A mon avis, c’est ça qu’il faudrait souligner: les lecteurs ont envie de lire quelque chose de réconfortant après les années difficiles qu’on vient (et qu’on continue) de vivre. Je n’ai pas l’impression qu’on trouve ça dans Germinal, Les Misérables ou La Peste…
    Comme si les auteurs classiques n’avaient jamais été décriés à leurs époques…

    J’aime

    • Alivreouvert dit :

      C’est très vrai : à toutes les époques, il y a des auteurs décriés, jugés pas assez bien… Or ça ne les empêche pas de devenir des classiques pour certains. Et c’est vrai aussi qu’une large part du lectorat actuel trouve dans ces nouveaux romans populaires des vertus qui sont peu présentes dans les classiques. Avec une actu aussi anxiogène, on a envie de faire une cure d’optimisme et de chaleur humaine de temps en temps !

      Aimé par 1 personne

  15. vinushka64 dit :

    Je n’ai pas vu la polémique. Je n’ai pas Twitter mais il y a ce type de réflexions sur Instagram ou Facebook donc j’imagine bien. Je suis tombée sur des groupes de lecteurs parfois peu bienveillants… soit le livre est considéré comme de bas étage, soit la personne elle-même est visée : « elle a pas de vie ». On vient partager une passion et c’est très anxiogène. Je pense qu’il y a de l’amertume là-dedans. C’est triste d’en arriver là. De plus, j’ai remarqué que ceux qui critiquent les autres ne produisent eux-mêmes aucun contenu (par exp ils se plaignent en mode « niania il y a trop de livres feelgood sur le groupe, c’est pas de la littérature » alors je clique pour voir ce que cette personne a posté et surprise, rien du tout! Alors qu’ils pourraient incarner le changement qu’ils voudraient voir, proposer leurs livres incontournables de manière bienveillante, mais non, c’est plus facile de cracher son venin). J’ai même vu que le fait d’avoir une PAL faisait de nous des faux lecteurs (je cherche encore la logique). Iels sont très inventifs pour dénigrer les pratiques des autres.

    J’aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s