A la racine du mal, roman policier d’Ann Granger

Je crois que je vous ai tellement parlé de ma passion pour les cosy mysteries que vous devez commencer à en avoir assez ! Pas de chance pour vous : en ce moment, j’en lis pas mal ! Je fais une véritable cure de bonnes intrigues. Et le dernier en date, c’est A la racine du mal, le petit dernier de la série des enquêtes de Carter & Campbell, écrite par Ann Granger et publiée chez 10/18. Si vous ne connaissez pas la romancière britannique, sachez qu’elle est fabuleuse : ses histoires policières sont très bien ficelées, et en plus ses romans sont particulièrement plaisants à lire. Ce nouvel opus ne fait pas exception à la règle. Et il ménage même quelques surprises !

Mon résumé du livre

Racine-MalTom Palmer est malade. Le médecin légiste qui aide habituellement les forces de l’ordre dans leurs enquêtes est en arrêt maladie. Et pour reprendre des forces, il décide qu’une balade en forêt est idéale pour s’aérer un peu et respirer à fond. Malheureusement pour lui, en lieu et place de la promenade revigorante, Tom tombe nez à nez avec le cadavre d’un homme tué d’un coup de fusil de chasse ! Et rapidement, le naturel revient au galop : avant même que la police n’arrive sur place, Tom se rend bien compte que quelque chose cloche. Non seulement l’homme n’est probablement pas mort dans les bois, mais le médecin légiste est sûr qu’il s’agit d’une mise en scène pour maquiller un meurtre et faire croire au suicide. Lancés sur la piste d’un tueur. Carter et Campbell décident donc de mener l’enquête pour identifier leur victime, Carl, un londonien qui a passé son enfance dans une demeure des environs. Mais en fouillant le passé familial de la victime, il s’avère rapidement que les tensions autour d’un héritage ont été au coeur d’une brouille. De quoi donner des envies de meurtre ? Carter et Campbell vont devoir ruser pour découvrir la vérité qui se cache derrière les secrets de famille.

Mon avis sur A la racine du mal

Ce nouvel opus des enquêtes de Carter et Campbell commence d’une manière doublement originale. D’abord, l’histoire commence bien avant l’arrivée en scène de la police, avec la famille de la victime. Ensuite, Tom Palmer, le médecin légiste, joue un rôle central dans cette nouvelle enquête. Ce qui offre une nouvelle dynamique bienvenue à la saga.

En temps que personnage secondaire, on avait déjà croisé Tom dans les précédents romans policiers de la série. Le médecin légiste est un ami de Jess Campbell. Et leur relation ne manque pas de créer parfois des tensions entre Campbell et Ian Carter, qui n’apprécie pas trop la proximité de l’enquêtrice avec Palmer. Du coup, Tom est en quelque sorte un élément perturbateur dans la relation de Carter et Campbell, et ça apporte pas mal d’intérêt à l’histoire entre ces deux personnages, dont la relation oscille entre « strictement professionnel » et « vaguement amical ».

Evidemment, puisque Tom n’est pas un enquêteur professionnel (et qu’en plus il est malade), ses tentatives pour aider l’enquête ont tendance à être empruntes de gaffes. Mais la chance lui sourit aussi. Et avec un certain humour, Ann Granger s’amuse à utiliser Tom pour trouver par hasard des indices décisifs. Il devient donc un témoin/enquêteur bien utile. Et ses scènes apportent pas mal d’humour à l’histoire, ce qui est particulièrement bien trouvé de la part de la romancière.

Comme toujours, l’intrigue policière est vraiment bien pensée. Et j’avoue que même si j’avais des soupçons, je n’avais aucune idée du mécanisme détaillé du meurtre. J’avais donc hâte de découvrir la solution au mystère. Je n’ai pas été déçue, et Ann Granger nous tient vraiment en haleine jusqu’à la fin du roman. D’ailleurs, sans vous spoiler, j’ai l’impression que cette fin laisse présager de nouveaux éléments à découvrir dans le prochain tome car elle laisse planer le doute sur un point.

A la racine du mal : une idée lecture pour qui ?

Les amateurs de romans policiers vont se régaler avec cette histoire très bien ficelée, teintée d’un humour bien dosé et de péripéties haletantes. Comme toujours, Ann Granger manipule habilement l’esprit de son lectorat. Elle nous oriente en douceur vers de fausses pistes (à moins qu’elles ne soient les bonnes !) et se joue de notre esprit d’observation pour nous surprendre quand on s’y attend le moins.

A la manière d’Agatha Christie, son point fort, ce n’est pas seulement d’inventer un mécanisme de meurtre bien mystérieux. C’est aussi et surtout de creuser la psychologie de ses personnages, de passer à la loupe les relations ambiguës entre eux… Bref tous ces éléments qui expliquent comment et pourquoi quelqu’un bascule et finit par commettre un meurtre. Impossible de deviner par avance qui est coupable, car tout le monde à l’air normal dans les livres d’Ann Granger. Et c’est ce qui fait que la lecture de ses romans est à ce point addictive !

Pour celles et ceux d’entre vous qui n’ont pas lu les tomes précédents de la série, je précise que ce n’est pas obligatoire. Vous n’aurez aucun mal à comprendre qui est qui et à situer les relations entre les personnages. Pas besoin d’avoir lu les autres livres pour apprécier cette histoire.

Alors bonne lecture !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s