Où vivaient les gens heureux, roman de Joyce Maynard

Ma rencontre avec Joyce Maynard remonte maintenant à quelques années. A l’occasion de la parution de son livre Les Règles d’usage, j’avais été invitée par son éditeur à une petite rencontre informelle. Pour l’occasion, j’avais lu le livre. Et je l’avais adoré à tel point que j’avais couru en librairie en acheter un autre : Prête à tout. Un roman également lu très rapidement, tant j’étais scotchée aussi bien par l’histoire que par la qualité de l’écriture. Mais le choc de la lecture n’était rien comparé à la rencontre avec Joyce Maynard elle-même. Une romancière solaire, généreuse, habitée par une invincible joie de vivre. Autant de choses que j’ai retrouvé avec plaisir dans son dernier roman paru en France : Où vivaient les gens heureux. Un livre dont elle admet elle-même qu’elle préfère le titre français, tant il est emprunt de poésie.

Mon résumé du livre

Ou-vivaient-pocheEleanor a toujours eu l’habitude d’être seule. De ses années d’enfance marquée par le chaos du couple parental jusqu’à l’âge adulte, en passant par l’adolescence, marquée par le choc terrible de la mort de ses parents dans un accident. Orpheline de bonne heure, Eleanor a toujours rêvé de s’ancrer quelque part, de laisser enfin pousser ses racines. Le coup de foudre se présente un jour sous la forme d’une ferme, au bout d’un chemin, dans une campagne boisée et reculée. Là, au fil des années, Eleanor va enfin pouvoir se construire la vie qu’elle a toujours souhaité : rencontrer un homme, se marier, fonder une famille… Mais la réalité apporte aussi bien des déceptions. Et au fil du temps passé, Eleanore devra apprendre à faire la paix avec les démons du passer pour ne pas perdre définitivement le bonheur qu’elle a construit.

Mon avis sur Où vivaient les gens heureux

Si vous n’avez jamais lu de roman de Joyce Maynard, c’est difficile pour moi de bien vous retranscrire la beauté de son écriture. Une écriture sincère, avec le soucis du mot juste et de du sentiment authentique. Joyce Maynard n’écrit pas pour faire joli mais pour faire raisonner son histoire avec les sentiments de son lectorat. Et c’est ce qui est purement magique avec ses livres.

Où vivaient les gens heureux est un roman très personnel, sans être pour autant auto-biographique. Car même si Joyce Maynard aborde des sujets qu’elle connaît bien (le couple, la famille, le deuil, le divorce…), elle ne cherche pas à parler d’elle. Et surtout, elle écrit avec le soucis constant de laisser de la place à ses lectrices et lecteurs. Elle nous laisse prendre place dans l’histoire, l’investir avec notre propre ressenti. Personnellement, je me suis vraiment sentie vivre aux côtés d’Eleanor. Sa douleur était la mienne, et vice versa. Ce qui est une expérience de lecture à la fois troublante et profondément réconfortante.

Le roman se déroule de façon très linéaire, comme une biographie. On observe à la loupe la vie d’Eleanor et de sa famille. Les espoirs, les joies, les coups durs, les désillusions, les moments où elle perd pied et ceux où elle surmonte les obstacles. Où vivaient les gens heureux scrute au plus près la vraie vie d’une femme dont on sent qu’elle pourrait être nous, ou une amie, ou un membre de notre famille. Ce n’est pas un livre qui cherche à être spectaculaire ou à verser dans le voyeurisme. Au contraire, il raconte l’histoire de cette femme avec pudeur et justesse. Et c’est ce que j’ai trouvé très émouvant.

Joyce Maynard nous fait pénétrer dans l’intimité d’une famille pendant plusieurs années. Et elle souligne combien l’expérience vécue peut transformer quelqu’un. Elle rappelle à quel point il est important de ne pas s’encombrer avec les douleurs du passé. Et surtout, combien le pardon est vital pour avancer dans la vie est espérer mener une existence épanouie. C’est vrai que ce sont des thèmes universels. Mais j’ai la sensation qu’ils n’ont jamais été aussi bien compris et mis en écriture qu’avec ce livre.

Où vivaient les gens heureux : une idée lecture pour qui ?

C’est un livre que je recommande en priorité aux personnes qui ont envie de découvrir Joyce Maynard. C’est indéniablement un des auteurs américains vivants les plus intéressants. C’est vrai qu’elle n’est pas aussi médiatisée que d’autres, mais elle écrit sur la vraie vie, sur les vrais gens. Et elle le fait avec une telle poésie, une telle acuité et une telle bienveillance qu’il faut vraiment encourager plus de gens à la découvrir.

Si vous êtes un peu curieux, je pense que vous ne serez pas déçus par votre lecture. Où vivaient les gens heureux est une excellente porte d’entrée pour aller à la rencontre de cette romancière si brillante. C’est aussi un vrai voyage dans le temps et l’espace, comme seuls les très grands romans savent nous en offrir.

Bonne lecture.

3 réflexions sur “Où vivaient les gens heureux, roman de Joyce Maynard

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s