Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Je me souviens très bien de la publication en France du livre Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Tout le monde ne parlait que de ce livre. Et comme il a un titre plutôt marquant, c’était difficile de faire abstraction de tout cet engouement. Par le passé, ça m’est arrivé de me laisser séduire par les sirènes du buzz médiatique. J’ai souvent été déçu. Le pire, ce fut incontestablement ma lecture de L’élégance du hérisson. Je n’ai toujours pas compris pourquoi les gens avaient aimé ce livre. Je suis totalement passée à côté de cette histoire. Du coup, malgré l’enthousiasme de ma mère qui avait lu Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, je n’ai pas lu le livre. Je me disais qu’un jour peut-être, j’en ouvrirais un exemplaire. Et bien voilà : c’est fait. Et j’ai franchement honte d’avoir attendu aussi longtemps car ce roman est un énorme coup de coeur.

Mon résumé du livre

En 1946, une correspondance un peu étrange commence entre Juliet, une écrivaine de Londres, et Dawsey Adams, un habitant de Guernesey. Dawsey a acheté un livre d’occasion ayant appartenu à Juliet. Il a adoré son auteur et cherche d’autres ouvrages de sa plume. Est-ce que Juliet pourrait le renseigner ? La jeune autrice, ravie de partager sa passion pour la lecture d’une façon aussi originale, répond aussitôt à Dawsey. Et au détour de leur correspondance, Dawsey finit par lui parler du cercle de lecture auquel il appartient. Un club de lecteurs fondé pendant l’Occupation à cause d’une histoire de cochon rôti. La lecture pour échapper aux nazis ? L’anecdote pique la curiosité de Juliet. Et la voilà qui se lance dans une formidable correspondance avec les autres membres du Cercle. Des personnalités hautes en couleurs, liées les unes aux autres par la douleur des années de guerre, mais aussi par une formidable camaraderie. Une seule personne manque à l’appel : Elizabeth, la jeune femme qui a eu l’idée du Cercle au départ. Une femme forte et inspirante, qui a été déportée pendant la guerre et dont personne ne sait ce qu’elle est devenue. Bientôt la curiosité de Juliet la force à prendre une décision un peu folle : quitter Londres et partir à la rencontre du petit monde de Guernesey.

Mon avis sur Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Il y a des livres qui portent en eux une incroyable chaleur humaine. Et en règle générale, on les reconnait dès les premières lignes, ces histoires dans lesquelles il fait bon vivre. Ces livres qui vont nous émouvoir et nous faire dévier de notre chemin de lecteurs. Il suffit de lire les premières pages, et cet instant déraisonnablement décisif fait immédiatement palpiter votre cœur. C’est exactement ça que j’ai ressenti en lisant Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Puisque ma mère l’avait lu avant moi, il y a déjà des années, je savais qu’il s’agissait d’un roman épistolaire. Et pour tout vous avouer, ça n’avait pas vraiment joué en la faveur de ce livre. D’après mon expérience, il n’y a que deux catégories de romans épistolaires : les chefs d’œuvre et les énormes ratages. Oui Montesquieu : je parle bien de tes Lettres Persanes !

Ici, le roman est captivant. Et ça tient à deux choses : déjà l’histoire en elle-même est hyper intéressante. Et en plus, les lettres sont particulièrement vivantes. Elles donnent un rythme formidable au récit. Et c’est impossible d’en finir une sans avoir envie de lire celle d’après. Si bien que je me suis retrouvée à être encore en train de lire à plus de deux heures du matin. Vous êtes prévenus !

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, j’ai adoré le mélange entre les aspects réalistes et le côté plus « grain de folie ». Le point de départ de toute cette correspondance est hautement improbable. De même que l’histoire du cochon rôti qui sert d’acte de naissance du cercle littéraire. Mais ce n’est pas grave. C’est gentiment déjanté, et ça fait rire. Bref, les deux autrices nous embarquent dans l’histoire avec jubilation.

Pour le reste, l’histoire a beau être très drôle et palpitante, elle porte aussi une très belle profondeur. Les témoignages de la période de l’Occupation à Guernesey sont très intéressantes. Je ne sais pas si les romancières se sont documentées, mais je pense que oui. Il y a une grande richesse de détails, et tout est raconté à hauteur d’homme. C’est très émouvant, saisissant même à certains passages. Il y a des témoignages qui m’ont vraiment ému aux larmes. Et j’ai trouvé que l’alternance entre ces passages tristes et les moments plus légers était vraiment un bel hommage rendu à tous les survivants qui ont dû trouver le moyen de reprendre leur vie après la guerre.

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates : une idée lecture pour qui ?

Pas de panique, ce livre n’est pas un roman historique sur la Seconde Guerre mondiale. Je le précise parce que le sujet pourrait faire craindre à certaines personnes de se lancer dans un roman lourd et déprimant. Ce n’est absolument pas le cas. Et d’ailleurs il y a beaucoup de bons romans historiques qui ne transformeront pas votre moment de lecture en chemin de croix. Mais c’est un autre sujet !

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est plutôt un roman fell-good, je dirais. C’est un livre solaire, porté par une belle énergie, une grande tendresse et une vision assez optimiste de la vie. Ce qui ne l’empêche pas de regarder les problèmes en face et d’aborder les drames. Les personnages sont fabuleux, l’histoire est touchante et originale. A la fin j’avais envie d’aller poser mes valises à Guernesey. Pour une fois, je comprends tout à fait l’engouement autour d’un livre. Et je dirais même plus : c’est entièrement mérité.

Alors si comme moi vous aviez des doutes, je vous conseille de tenter votre chance. Je pense que vous ne serez pas déçu par votre lecture.

Le Cercle littéraire

2 réflexions sur “Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Répondre à lepetitmondedeclemweb Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s