Que faisiez-vous il y a 20 ans ?

Il y a vingt, j’allais au cinéma avec mes parents et mon frère pour voir le tout premier film Harry Potter : et le premier film de la trilogie du Seigneur des Anneaux ! Cette année, en ce joli mois de décembre où la menace pandémique plane encore au-dessus de nos têtes, le souvenir a quelque chose d’émouvant. En l’espace d’une semaine, nous allons célébrer les vingt ans de deux films qui ont eu un impact considérable sur toute une génération de lectrices et lecteurs à travers le monde. Des films qui ont encouragé des enfants à découvrir des livres. Et de là, à entrer dans le monde fabuleux de la lecture.

2001 : odyssée fantastique

Le mois de décembre 2001 a été particulièrement enthousiasmant pour les cinéphiles français. Nous avons tous découvert sur les grands écrans des films qui allaient nous suivre pendant des années. Quand j’en parle autour de moi, il y a vraiment peu de gens qui n’ont vu aucun film des deux sagas. Et globalement, entre les sorties ciné, les spin-off, les livres, les collections de vêtements thématiques dans les grandes enseignes et les hashtags récurrents sur les réseaux sociaux, c’est difficile de ne pas savoir que Harry Potter et Le Seigneur des anneaux existent !

Pourtant à l’époque, c’était loin d’être gagné. Le public français n’était pas encore touché par le goût de la fantasy. Et les livres eux-mêmes étaient encore relativement confidentiels. Le quatrième tome de Harry Potter venait tout juste de sortir, mais en considérait encore que c’était de la littérature pour la jeunesse. D’ailleurs, l’expression « Young Adult » n’était pas encore utilisée à l’époque. Et je me souviens que les adultes qui lisaient Harry Potter avaient droit à des moqueries bien senties de la part des lecteurs « sérieux ». On n’imaginait pas, en France, avec notre vision étriquée de la littérature, que des oeuvres de fantasy pouvaient avoir un intérêt. Et à l’époque, personne n’aurait imaginé que ce serait possible que des milliers de lecteurs mineurs veuillent faire la queue la nuit, dans les rues, devant des librairies, tout ça pour pouvoir acheter un roman de 800 pages… en version originale !

La Pottermania me manque un peu parfois…

Je l’avoue : des fois je repense à cette époque. Et je me dis qu’en tant que lectrice, j’ai eu énormément de chance de vivre des années traversées par un tel enthousiasme littéraire. Certes, tous les fans des films n’ont pas entamé la lecture des romans. Mais quand même, ces adaptations sur grand écran ont donné n formidable élan à la lecture. Ils ont mis en lumière des oeuvres littéraires d’une grande qualité. Et surtout, en France, ils ont aidé à réhabiliter les littératures de l’imaginaire. En suscitant la curiosité et l’affection d’une nouvelle génération de lectrices et lecteurs, les films ont permis aux littératures de l’imaginaire de revivre, et de rencontrer un lectorat passionné, prêt prendre leur défense et assurer leur avenir.

Aujourd’hui, en me promenant dans les librairies, je vous régulièrement des romans Young Adult et de saga de fantasy. C’est devenu normal d’en trouver. Pourtant ça n’a pas toujours été le cas. Et pour rappel, quand des gens vous disent qu’ils ont lu Le Seigneur des anneaux quand ils étaient jeunes… c’est souvent un mensonge et du pur snobisme ! Car en fait, mettre la main sur une édition française du Seigneur des anneaux en France, avant 2000, c’était presque mission impossible. La saga n’avait jamais pu se faire connaître dans l’Hexagone. Comme toujours, on partait du principe que si c’était de l’imaginaire, c’était pour les enfants… comprendre : ça n’avait pas d’intérêt littéraire !

L’opportunisme commercial a changé la donne. Et tout d’un coup, le succès des films a encourager chacun à promouvoir des romans dont les films étaient tirés. Ce fut aussi le cas avec Narnia. Des livres édités au lendemain de la Seconde Guerre mondiale devenaient soudain des best-sellers dans les libraires françaises. En fait, le début des années 2000, ça a vraiment été la revanche des littératures de l’imaginaire.

Et maintenant, qu’est-ce qu’il en reste ?

J’ai commencé à lire les Harry Potter après avoir vu le premier film. J’ai été fidèle à la saga jusqu’au dernier tome (qui m’a brisé le coeur !). J’ai lu Le Seigneur des anneaux après avoir vu le premier film. Les éditions France Loisir avaient édité un énoooorme livre avec les trois romans, plus les notes complémentaires de Tolkien sur l’histoire de la Terre du Milieu, de ses peuples et de ses langues. Un ouvrage colossal, idéal pour se muscler les bras tant il est lourd ! La lecture a été un peu laborieuse, mais j’ai adoré plonger dans cette histoire. Un jour, j’aimerais vraiment prendre le temps de le relire.

Après avoir lu ces livres, j’ai navigué un peu dans le Young Adult. Et au fil des années, j’ai lu de très belles choses. Comme j’étais déjà une lectrice avant le séisme littéraire de 2001, je ne peux pas dire que je suis entrée dans la lecture à cause de ces deux univers. Mais je sais que c’est le cas de beaucoup d’autres personnes. Des non lecteurs, intimidés par la chose écrite, ont été attirés par ces histoires qui leur parlaient. Ils ont pris leur courage à deux mains et commencé à lire les livres. Ce faisant, ils ont découvert que la lecture n’était pas une arme de violence psychologique inventée pour humilier les élèves à l’école. Ils ont découvert cette notion de « plaisir de lire » qui leur était étrangère. Et la plupart ont continué sur leur lancée. Certains sont restés dans la zone du Young Adult. Et d’autres ont dérivé vers d’autres territoires littéraires. Chacun à leur façon, ils ont assuré la transmission de ces histoires aux prochaines générations. Et maintenant que les ados de 2001 deviennent à leur tour parents, ces histoires sont au coeur de ce qu’ils ont envie de partager avec leurs enfants.

Même si je n’ai pas été fan de toutes les adaptations de Harry Potter, je garde une profonde affection pour ces films. Je les revoit régulièrement avec plaisir. Et ma passion pour Le Seigneur des anneaux ne s’est jamais éteinte. Chaque année, pendant les vacances de Noël, je revois avec bonheur la trilogie (que je possède en DVD). Ce sont des classiques. Ils correspondent à une période enthousiasmante de ma vie de lectrice. Et je suis heureuse que l’émotion demeure encore intacte.

Je souhaite donc un très joyeux anniversaire à ces films. Et je partage ce très joyeux anniversaire des vingt avec toutes les personnes qui, comme moi, ont vécu ce choc formidable et en gardent encore aujourd’hui un souvenir vivace et ému. C’est un don particulier, à l’échelle de toute une génération, d’avoir pu être ainsi réunis par un imaginaire aussi inspirant.

13 réflexions sur “Que faisiez-vous il y a 20 ans ?

  1. Mario Thibault dit :

    Oui, une belle époque, mais surtout que je me souviens….que je commençais à travailler pour Hydro-Québec, la compagnie dans laquelle je suis encore, un travail que j’adore, même si parfois la direction prends des décisions assez bizarres…mais bon, je ne suis qu’électricien, après tout 😉 .

    Aimé par 1 personne

  2. Steven dit :

    Je me retrouve tellement dans cet article en ce qui concerne la folie Harry Potter. Je me revois fébrile à chaque sortie que ma mère assurait avec efficacité. Je revois la galère des précommandes en libraire et j’imagine les moments de queue qu’elle subissait pendant que moi j’étais en cours ! J’ai de plus en plus envie d’une relecture d’ailleurs 😉

    J’aime

      • Steven dit :

        Ah mais si ça peut te rassurer, j’ai déjà effectué plusieurs relecture de la saga entière et j’avoue qu’en ce moment – nostalgie et saison obligent – j’ai une forte envie de retrouver cet univers 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Alivreouvert dit :

        C’est vrai que c’est une lecture de saison ! Et replonger dans l’univers, c’est aussi replonger dans mon passé de lectrice. Il y a quelque chose de très autobiographique dans les lectures de jeunesse. ça nous rappelle toute une époque et c’est beau. Belle lecture à toi !

        Aimé par 1 personne

  3. Ma Lecturothèque dit :

    Que de souvenirs ! Et pour le coup, j’ai vraiment lu le SDA quand j’étais jeune, puisque j’avais 11 ans (mais j’avais déjà vu le premier film, contrairement à HP qui est sorti après ma découverte du roman ^^).
    Superbe article. Et bon anniversaire à ces films =)

    J’aime

  4. L'ourse bibliophile dit :

    C’est un superbe article. Personnellement, je n’ai pas découvert les films de LOTR à leur sortie et j’avais découvert les HP un peu avant la sortir du premier film, mais je me suis quand même retrouvée dans la magie de cette époque. Tu as eu de la chance de les découvrir en même temps, je comprends ton émotion !

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s