5 classiques pour (re)commencer à lire

Les classiques de la littérature française vont-ils redevenir à la mode ? En début d’année, il y a eu une véritable lupin-mania grâce à la série Netflix. C’est cool de voir une nouvelle génération de lectrices et de lecteurs s’intéresser à l’œuvre de Maurice Leblanc. Mais il y a tellement d’autres beaux classiques qui méritent d’être lus !

Ici, je n’ai pas envie de parler des classiques maintenus sous assistance respiratoire grâce à l’éducation nationale. Je veux parler des livres qui font vraiment plaisir à lire. Des livres qu’on peut lire de son plein gré et qui vont vous faire vibrer, vous enthousiasme, vous émouvoir, vous tenir en haleine… Bref, des classiques qui ne sont pas ringards !

Bien sûr cette liste de 5 romans est totalement subjective. En même temps, c’est un peu le principe d’un blog ! Mais je préfère m’intéresser à des livres que j’aime sincèrement plutôt qu’à des livres qui font bien sur un CV culturel. Sans plus attendre, voici donc mon top 5 des classiques français qui vont vous donner envie de bouquiner au calme.

Le Comte de Monte-Cristo, d’Alexandre Dumas

J’adore l’écriture d’Alexandre Dumas. Et Les Trois Mousquetaires est vraiment un roman qui vaut le détour. Mais c’est quand même une histoire de cape et d’épée, donc un livre qui peut ne pas plaire à tout le monde. Le Comte de Monte-Cristo est nettement moins cocardier, ce qui en fait une histoire plus proche du lectorat moderne. Et surtout, c’est la plus formidable histoire de vengeance !

Il y a quelque chose d’implacable dans ce roman, hanté par la figure d’Edmond Dantec, un personnage charismatique auquel on finit par s’identifier. En lisant ce livre, on peut se permettre de laisser libre cours à nos pires travers. Et si j’avais le pouvoir de me venger des gens qui m’ont fait du tord, qu’est-ce que je ferais ? Cette question est posée de façon pertinente et spectaculaire par ce roman. C’est à la fois un livre très fin dans la psychologie de ses personnages, et très éblouissant dans sa narration. Vraiment, on ne s’ennuie pas !

Le Tour du monde en 80 jours, de Jules Verne

On commence fort avec un roman qui est contournable pour moi. Je l’ai adoré et la relecture a été tout aussi agréable. Pourtant, je ne connais qu’une personne dans mon entourage qui a réellement lu ce livre. Tout le monde croit savoir de quoi il s’agit. Mais Le Tour du monde en 80 jours n’est pas un simple voyage sympathique. C’est une course contre la montre effrénée, avec tellement de péripéties qu’on ne peut plus les compter. On vit les aventures en même temps que les trois personnages principaux. Et on en ressort passablement échevelé !

C’est un livre que j’ai envie de conseiller à tout le monde. Parce que, quel que soit votre genre habituel de lecture, je pense que vous serez enchantés par ce voyage à bout de souffle aux quatre coins du globe.

Au Bonheur des dames, d’Emile Zola

Mon livre préféré d’Emile Zola a un petit côté « chick lit » sur les bords. Aujourd’hui, on parlerait de success story de l’héroïne. Denise n’est pas une héroïne au sens romanesque du terme, mais l’histoire de cette jeune orpheline provinciale qui monte à Paris trouver du travail comme vendeuse est forcément touchante. Surtout, on plonge avec réalisme dans le monde d’un grand magasin parisien… enfin, un réalisme qui n’a rien d’effrayant contrairement à d’autres romans de Zola ! (Si vous avez lu la scène de l’accouchement dans Pot Bouille, vous savez de quoi je parle, et le compatis sincèrement avec vous !)

Au Bonheur des dames est une belle histoire. C’est un roman avec un point de vue féminin, qui aborde des sujets de société sans jamais être indigeste. Je n’ai pas lu tous les romans d’Emile Zola, mais c’est de très loin le plus facile d’accès. Et comme l’histoire est prenante, honnêtement ça vaut le détour.

Les Faux-Fuyants, de Françoise Sagan

On cite toujours Bonjour Tristesse… mais franchement, Françoise Sagan a écrit beaucoup d’autres choses. Et certains de ses livres moins connus sous tout autant (sinon plus !) enthousiasmants que Bonjour Tristesse. C’est le cas du très mésestimé Les Faux-Fuyants. L’histoire se passe au moment de la défaite française en 1944. C’est l’exode. Des parisiens bobos avant l’heure sont jetés sur les routes de province pour quitter la capitale. A la faveur d’un bombardement, la voiture est accidentée et leur chauffeur est tué. La poisse quoi.  Heureusement, ils trouvent refuge dans une ferme isolée. Là, le faussé culturel devient une source de quiproquos et de scènes à mourir de rires. Parisiens BC-BG et gens de la terre cohabitent sur fond de Seconde Guerre mondiale. Le résultat est une histoire totalement loufoque.

Ce livre mérite d’être lu. Il est court, divertissant, et surtout il rend un superbe hommage à l’humour acide et mordant de Sagan. Elle était une plume indocile. Et c’est bon de se le rappeler ! La fin du livre est l’une des fins les plus réussies et les plus surprenantes de toute la littérature française. Et rien que pour ça, il faut que vous lisiez Les Faux-Fuyants :

L’Amant, de Marguerite Duras

J’adore ce livre pour tout un tas de raisons ! Déjà parce que je suis très sensible à l’écriture de Marguerite Duras. Elle a une sensorialité qui lui est propre. Les images sont nettes, et on ressent vraiment de l’intérieur les scènes qu’elle convoque dans son écriture. Ensuite, L’Amant est un livre qui continue d’être terriblement en avance sur son temps. Ce qui est un peu triste, maintenant que je l’écris !

L’Amant évoque un souvenir autobiographique de la romancière. Mais plus globalement, il parle de l’éveil des jeunes femmes à la sexualité. Il ne s’agit pas de montrer la femme comme un objet du désir (façon 50 nuances de machinchose). Ici, il est question de la femme comme sujet du désir. C’est quelque chose qui a beaucoup choqué le lectorat en 1984, à la parution du livre. Mais il était temps que la littérature française change de regard sur les femmes. L’un des avantages de ce livre, c’est que c’est un roman très court (à ne pas confondre avec L’Amant de Chine du Nord, de la même autrice). Il se lit vite. Il n’est pas dur d’accès. Et il y a des passages éblouissants de tendresse et de nostalgie.

Je n’ai choisi que 5 livres ; je ne voulais pas que ce classement soit indigeste. Vous aurez peut-être remarqué que les livres sont classés pas chronologie, et non par préférence personnelle. J’ai hâte de savoir quels sont, pour vous, les classiques de la littérature française susceptibles de donner envie de lire au plus grand nombre. Les livres capables d’enthousiasmer les nouvelles générations de lectrices et de lecteurs.

A vous maintenant de partager vos classiques français !

8 réflexions sur “5 classiques pour (re)commencer à lire

  1. L'ourse bibliophile dit :

    Je te rejoins totalement pour Le Comte de Monte Cristo (j’ai tellement envie de le relire depuis le temps…) et L’amant qui a longtemps été l’un de mes livres de chevet.
    Quant à Zola et Verne, si je n’ai pas lu ces deux-là, j’adore ces auteurs, donc très bon choix !
    Par contre, je ne connais pas du tout Les faux-fuyants, donc je vais noter ce titre ! Merci pour la découverte !
    Bon, personnellement, je ne suis pas forcément de très bon conseil vu que j’aime beaucoup les classiques la plupart du temps (Flaubert, je te vois…). N’en ayant pas vraiment étudié en cours (à mon grand désarroi), je n’ai jamais été traumatisée par une oeuvre culte. ^^

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s