romance culinaire - Alivreouvert.net

Focus sur la romance culinaire

Les anglo-saxons l’appellent la Cooking Romance (ou la Culinary Romance, ça dépend des pays), et chez nous ce genre est encore largement méconnu. Pourtant, quelques livres se sont déjà faits remarquer par les lectrices attentives. De quoi ça parle ? Comment reconnaître une romance culinaire ? Quels sont les auteurs et les livres à découvrir ? Est-ce que c’est bien d’ailleurs ? Aujourd’hui, je vous dis tout ce qu’il y a à savoir sur ce sous-genre des comédies romantiques pour lequel j’ai un petit faible.

La romance culinaire : c’est quoi ?

A l’instar de l’écrasante majorité des sous-genres de la romance, la romance culinaire est originaire des pays anglo-saxons. Concrètement, il s’agit d’une romance (un livre qui raconte une histoire d’amour donc) dans laquelle un des personnages (ou les deux) est passionné par la cuisine ou la pâtisserie (ou même l’oenologie, ça tombe dans la même catégorie).  On mélange les deux ingrédients pour livrer une histoire qui sent bon le gâteau au chocolat et les petits plats faits maison.

Je crois que l’une des raisons fondamentales pour laquelle les deux éléments fonctionnent bien ensemble, c’est parce qu’ils expriment un certain épicurisme qui va bien avec ce type de romans. On lit des romances pour se faire plaisir. D’ailleurs, Celeste Bradley, qui écrit des romances historiques, m’avait expliqué qu’elle pensait que la romance historique était comme du « chocolat pour le cerveau ».

Quand est-ce que tout a commencé ?

J’ai cherché, mais je n’ai pas trouvé précisément le « premier » livre de romance culinaire. C’est trop dur de sortir LE livre qui aurait été le premier. Le genre a vraiment pris son essor au début des années 2000, lorsque la frénésie culinaire s’est emparé de nos écrans de tv. Pourtant, la romance culinaire existait déjà avant, et on peut facilement en trouver des exemples, même s’ils sont rares. Dans les années 1980, Nora Roberts (qui est quand même la plus grosse vendeuse de romance dans le monde) a signé la série de romans Great Chefs. Chaque tome se focalisait sur un chef cuisinier sur le point de trouver l’amour.

Dans les années 2000, tout s’est accéléré. L’enthousiasme du grand public pour la cuisine et la pâtisserie a donné plus de visibilité à la romance culinaire. Et les romancières ont multiplié les romans à succès, aux Etats-Unis, en Angleterre et même au Canada. Le résultat fut une réussite ! On peut dire, sans mauvais jeu de mots, que la mayonnaise a rapidement pris. Devant le succès des premiers romans, les éditeurs ont commencé à s’intéresser à ce mélange détonnant. Et la mode a été lancée pour de bon.

La romance culinaire : un genre littéraire à croquer !

Désormais, la romance culinaire a pignon sur rue… même si on ne la reconnait pas toujours en temps que genre à part entière. En France, les éditeurs ne communiquent pas vraiment sur ce sous-genre littéraire. Ils évoquent la romance, mais sans entrer dans le détail. D’ailleurs, les romancières anglo-saxonnes ont largement tendance à flouter les limites. Il n’est pas rare que dans une série de plusieurs romances, un tome soit une romance culinaire, alors que ce n’est pas forcément le cas des autres livres. On peut donc se retrouver à lire une romance culinaire sans s’en rendre compte. Si vous avez lu la trilogie Snow Cristal de Sarah Morgan, vous avez peut-être remarqué que le second tome de la trilogie est une romance culinaire.

L’intérêt de la romance culinaire, c’est que c’est un plaisir déculpabilisant. On se fait plaisir, et les romancières glissent même parfois des recettes de gâteaux ou de pains ou d’autres choses entre deux chapitres. Je trouve que ça permet de créer une belle connivence avec les lectrices. D’un point de vue littéraire, les héroïnes des romances culinaires ont aussi un avantage de taille. Ce sont des filles qui apprécient la bonne cuisine, de partager des petits plats faits maison. On est dans une vision généreuse et sympathique du personnage… A des années lumières des héroïnes de chick lit obsédées par leurs fringues et les derniers régimes détox à la mode ! C’es peut-être la raison pour laquelle la romance culinaire a connu une telle success story au tournant des années 2000. Elle a apporté une autre vision des personnages féminins modernes, plus en adéquation avec les lectrices. Des personnages féminins plus authentiques, en quelque sorte.

Quoi lire comme romance culinaire ?

La bonne nouvelle, c’est que si ce genre vous intéresse, il y a plein de belles choses à découvrir ! Et dans plein de styles différents : des comédies, des livres aux accents plus graves, des histoires avec des personnages de tous âges, des histoires d’amitié, de seconde chance, de changement de vie… Je vous propose une liste pas du tout exhaustive de mes livres préférés pour découvrir la romance culinaire :

  • La Vie épicée de Charlotte Lavigne, de Nathalie Roy : 4 tomes pour cette Bridget Jones passionnée de cuisine. L’histoire se déroule au Québec et Charlotte est vraiment irrésistible d’humour et de gaffes.
  • La Petite Boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan : 3 romans pour cette série qui se déroule sur une île pleine de charme, habitée par des habitants hauts en couleurs.
  • Une saison au bord de l’eau, de Jenny Colgan : 3 romans à découvrir dans cette série dépaysante, avec une héroïne qui plaque tout pour retourner cuisiner sur son île natale en Ecosse.
  • La Meilleure d’entre nous, de Sarah Vaughan : 4 femmes qui ne se connaissent pas sont réunies à la faveur d’un concours de pâtisserie. Et chacune a une bonne raison de participer. Une histoire inspirante et pleine de tendresse.

J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir la romance culinaire. Ce sont vraiment des lectures sympas, et beaucoup moins « nunuche » qu’il n’y paraît.

Belle lecture !

 

 

11 réflexions sur “Focus sur la romance culinaire

  1. L'ourse bibliophile dit :

    J’ignorais totalement que c’était un sous-genre à part entière. Je connais la plupart des titres que tu cites en fin d’articles car ils ont eu un gros succès mais j’ignorais qu’ils s’inscrivaient dans une mouvance précise. Sans être très portée sur la romance, j’avoue que le concept et le cadre de ces histoires me plaisent bien (gourmande que je suis).

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Je suis aussi gourmande, c’est la raison pour laquelle je voulais vraiment parler de ce sous-genre. En France, il n’est pas connu, mais dans les pays anglophones il y a encore plus de romans dans cette veine. Il y a aussi des romances/crimes culinaires et j’adore ce mélange, ça fonctionne hyper bien. Une excellente série de livres va d’ailleurs être prochainement publiée en France. J’en parlerais en avril sur le blog.

      Aimé par 1 personne

  2. Petite Plume dit :

    Merci pour cet article super intéressant ! C’est vrai qu’on voit pas mal de romans mêlant romance et milieu culinaire mais je ne m’étais jamais fait la réflexion qu’ils constituaient un genre à part entière !
    J’ai beaucoup aimé La petite boulangerie du bout du monde et La pâtissière de Long Island dans ce style !

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s