Les brumes de Key West, roman de Vanessa Lafaye

Avec sa belle couverture verte, ses palmiers et sa photo d’une plage paradisiaque, inutile de vous dire que Les Brumes de Key West est un roman qui promet l’évasion ! C’est une bonne chose, parce qu’avec les vacances qui arrivent à grand pas, j’ai envie de voyager, de partir au soleil et de me détendre tout simplement. Je ne parle même pas de la Coupe du monde de football qui bat actuellement son plein ! Ce n’est pas le premier roman de Vanessa Lafaye que les éditions Belfond publient, mais c’est le premier que je lis. Et comme j’avais entendu beaucoup de bien de son précédent livre, Dans la chaleur de l’été, je dois dire que j’étais très curieuse de découvrir le petit dernier de la romancière américaine. Du coup, direction la Floride pour une histoire qui promet de nous faire voyager dans le temps !

Nous sommes en 1993, et Alicia Cortez quitte sa maison pour ce qui ressemble à une paisible promenade. Sauf que la vieille dame a un plan bien précis en tête : armée d’un revolver, elle est décidée à tuer un homme. Pourquoi un tel geste ? C’est la question que les forces de police se posent quand ils arrivent sur les lieux du crime. Pourtant Alicia avait une bonne raison de tuer cet homme, une raison venue tout droit de son passé. Car quand la jeune cubaine a débarqué à Key West, dans les années 1920, elle voulait se construire une nouvelle vie, loin des drames, et repartir de zéro. Elle n’imaginait pas la vie trépidante qui allait l’attendre, à la tête d’une maison close, confrontée à la Prohibition, séduite par un homme revenu des tranchées françaises… mais surtout en but à l’hostilité d’une petite organisation effrayante : le Ku Klux Klan.

Normalement, avec un résumé pareil, vous allez avoir envie, vous aussi, de vous plonger dans les pages du roman de Vanessa Lafaye. Quand je vous disais que Les brumes de Key West était un roman dépaysant, je ne vous racontais pas d’histoires : on voyage de l’autre côté de l’océan Atlantique, sur la belle côté de Floride, et on fait un bond dans le temps pour atterrir en plein cœur d’une Amérique en crise.

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire des Brumes de Key West. L’idée de raconter toute l’histoire en flashback n’a rien de très original, et pourtant ça fonctionne très bien parce que le geste de la vieille dame, au tout début de l’histoire, pique notre curiosité de lecteur. On joue le jeu en se demandant comment la douce Alicia va finir par devenir une meurtrière à près de 90 ans. Et à la fin du roman, l’histoire retombe parfaitement sur ses pieds pour nous offrir une fin très belle, à la fois tendre et nostalgique.

Entre les deux, en revanche, il y a un peu moins d’originalité. Paradoxalement, l’histoire d’Alicia n’est pas l’aspect le plus intéressant de l’intrigue. Elle va devoir s’inventer une nouvelle vie, se heurter à de nombreux obstacles… contre toute attente, elle va trouver l’amour… si comme moi vous avez l’habitude de lire régulièrement des romans féminins, vous connaissez la chanson. C’est plaisant, mais il n’y a rien de bien nouveau.

Le vrai point fort du livre vient du cadre général de l’histoire et de plusieurs personnages secondaires. Vanessa Lafaye sait exactement de quoi elle parle quand elle choisit de nous faire découvrir la Floride des années 1920. Malgré le soleil exotique, cette côte est ravagée par la misère, la violence et par le racisme. On est loin du glamour actuel ! Et on ressent très bien le danger qui rôde dans cette ville qui grouille de vie. La Prohibition sert de toile de fond à une société en pleine mutation… une société qui va accoucher du redoutable Ku Klux Klan, une organisation pour la suprématie blanche qui n’hésite pas à avoir recours à la violence pour faire passer ses idées. On en apprend beaucoup sur cet aspect de l’histoire américaine que nous, lecteurs français, connaissons souvent mal. Cette histoire est particulièrement touchante à cause des destins brisés par la haine et le racisme, et elle est évoquée avec beaucoup de pudeur et de pertinence à travers un personnage, celui du jeune Dwayne, dont on va suivre la parcours très intéressant dans le sillage d’Alicia.

Même si ce livre manque un peu d’originalité, ses nombreuses qualités en ont fait une lecture vraiment intéressante. Et d’ailleurs je l’ai lu très rapidement, ce qui est quand même un très bon signe ! Plus qu’un roman féminin, c’est surtout un roman historique très bien documenté qui nous propose de découvrir un amour interdit dans une Amérique plus divisée que jamais. Une histoire d’autant plus touchante qu’elle est racontée avec beaucoup de justesse par Vanessa Lafaye, qui a le bon goût de ne pas en rajouter. Loin de nous servir une histoire romantique larmoyante, elle s’attache au contraire à nous montrer des personnages forts qui font le choix de se battre pour ce en quoi ils croient.

Publicités

5 réflexions sur “Les brumes de Key West, roman de Vanessa Lafaye

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s