L’âge d’or hollywoodien se dévoile à livre ouvert

Dans à peu près un mois, ce sera le top départ du festival du film de Cannes, et pourtant en avril, c’est la fête du cinéma avant l’heure dans les librairies. Hasard du calendrier, deux jolis livres qui parlent de cinéma (et surtout de femmes dans le cinéma) sortent chez deux maisons d’édition différentes. Et ça tombe bien : depuis que je les ai repéré tous les deux, il y a déjà quelques semaines, je trépigne d’impatience. L’un des deux livres est sonsacré à Frances Marion, l’une des scénaristes les plus importantes de l’époque du cinéma muet. L’autre est la première parution en France de l’autobiographie de l’actrice Hedy Lamarr, une femme fatale sur grand écran qui, dans la vraie vie, a inventé le wi-fi… non, ce n’est pas une blague !

C’est grâce à deux documentaires des soeurs Clara et Julia Kuperberg que j’ai découvert ces deux femmes fabuleuses. Frances Marion était l’une des femmes citées dans l’excellent documentaire Et la femme créa Hollywood. Si vous ne l’avez jamais vu, trouvez un moyen de rapidement vous le procurer : c’est le meilleur documentaire que j’ai vu de ma vie ! Il retrace l’histoire (évidemment passée sous silence) des femmes qui ont participé à l’invention du cinéma et de son industrie. Autant dire que c’était une véritable mine d’or en matière d’histoires passionnantes car ces femmes n’avaient pas froid aux yeux pour se lancer ainsi dans l’aventure du cinéma, à une époque où elles n’avaient même pas le droit de travailler ou de voter. Autre documentaire des soeurs Kuperberg : Les espions qui venaient d’Hollywood. Ce film palpitant retraçait l’histoire des personnalités de Hollywwod, acteurs, producteurs et réalisateurs, qui se sont mobilisés pendant la Deuxième Guerre mondiale et ont accompli des missions parfois cruciales pour sauver des vies. Au détour des nombreuses personnalités citées, les soeurs Kuperberg abordaient l’histoire très mouvementée de l’actrice Hedy Lamarr, une des plus grandes beautés de son époque qui était également dotée d’une formidable intelligence.

Les éditions Albin Michel et Séguier doivent partager mon opinion en ce qui concerne le caractère fascinants de ces femmes, puisque les deux maisons viennent de publier des livres en rapport avec elles. J’aurais bientôt l’occasion de vous les chroniquer sur le blog, mais je vous laisse prendre une longueur d’avance avec la présentation de chacun des ouvrages. J’espère avoir attisé votre curiosité !

Hollywood boulevard, de Mélanie Benjamin

« Frances Marion a tout quitté pour suivre sa vocation : écrire des histoires pour un nouvel art, qui consiste à projeter des images en mouvement sur un écran. Mary Pickord est une actrice dont les boucles blondes et la grâce juvénile lui valent déjà le surnom de « La petite fiancée de l’Amérique ». Toutes deux vont nouer une amitié hors norme et participer à cette révolution qu’est la naissance du cinéma. Mais, dans un monde dominé par les hommes, on voit d’un mauvais oeil l’ambition et l’indépendance de ces deux femmes… »

Ecstasy and me, la folle autobiographie d’Hedy Lamarr

« Autriche, 1933. La jeune Hedy Lamarr se met à nu dans le film Extase et, simulant un orgasme, devient la première actrice X de l’histoire. Le scandale est mondial. Mais quelques années plus tard, après bien des aventures dignes d’un roman d’espionnage, la voici à Hollywood où elle est sacrée « plus belle femme du monde ». Elle tourne alors aux cotés de Clark Gable et Spencer Tracy, sous la direction de grands réalisateurs comme Cecil B. DeMille ou Victor Fleming. Beauté vénéneuse, filmographie fournie et amants célèbres : Hedy Lamarr avait tout pour figurer au panthéon des reines du cinéma, entre Greta Garbo et Marlene Dietrich. Mais elle semble avoir joué de malchance… Peut-être était-elle trop sulfureuse pour l’Amérique puritaine des années 1940 ? Elle fuit son premier époux, déguisée en prostituée ; se maria six fois ; revendiqua sa bisexualité ; prit pour amants les plus grands noms d’Hollywood ; abusa de la chirurgie esthétique ; dilapida sa fortune ; se retira de la vie publique à quarante ans, ne réapparaissant qu’au gré de ses condamnations pour vol à l’étalage. »

Publicités
Cet article a été publié dans Les Parutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’âge d’or hollywoodien se dévoile à livre ouvert

  1. Hollywood boulevard est dans la WL ! 😉

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s