Gump et Cie, le nouveau roman de Winston Groom

A défaut d’avoir enfin droit à une réédition française de Forrest Gump, l’extraordinaire roman écrit par Winston Groom et dont Hollywood avait tiré un fort joli film avec Tom Hanks, les lecteurs de l’hexagone peuvent quand même se faire un petit plaisir lecture avec la suite des aventures de notre personnage préféré. Gump & Cie est paru le mois dernier aux éditions du Cherche-Midi et la surprise a rapidement laissé place au ravissement tant je garde un bon souvenir du premier livre. Certes, près de quinze années se sont écoulées depuis ma lecture du précédent roman, mais j’étais plus que prête à replonger dans les péripéties plus que mouvementées de ce gentil simplet américain au grand cœur. J’ai donc pu passer quelques belles soirées de retrouvailles avec ce personnage émouvant que j’ai l’impression d’avoir quitté seulement hier.

Forrest a décidément une vie bien mouvementée, et c’est en plein deuil qu’on le retrouve. Après avoir retrouvé Jenny à la fin du premier livre et découvert l’existence de son fils, le petit Forrest, notre héros doit désormais faire face à un nouveau défi : être père. Car même si le petit Forrest a été confié à la garde de sa grand-mère après la mort de Jenny, c’est à Forrest qu’il revient de subvenir à ses besoins et de tisser une relation avec ce petit-garçon qui ne le connaît pas du tout. Et puisque son exploitation de crevettes a fait faillite, Forrest doit repartir sur les routes en quête d’un travail stable. Un challenge bien difficile pour ce gaffeur magnifique qui se retrouve homme de ménage dans un club de strip-tease, footballeur professionnel, vendeur d’encyclopédies, chimiste amateur pour Coca-Cola, éleveur de porcs, conseiller militaire auprès du président américain et même trader à Waal-Street. Mais à chaque fois, l’aventure professionnelle tourne court à la faveur d’imbroglios incroyables : explosion d’une usine de méthanisation, chute du mur de Berlin, guerre en Irak, procès devant le Congrès des Etats-Unis, retrouvailles avec un vieil ami singe… Forrest a toujours autant de mal à rester en place, et surtout à trouver sa place dans ce monde qui ne croit plus aux doux rêveurs.

Quel plaisir de retrouver Forrest ! J’avais adoré le premier livre dont je garde un souvenir ému. J’avais tellement ri en le lisant (notamment le passage avec Raquel Welch !) que j’avais un peu peur que cette suite ne soit pas à la hauteur de mes attentes. Bonne nouvelle : ce nouvel opus est tout aussi bon que le premier. Même s’il est légèrement moins drôle, il fait plus de place aux émotions, et donc la lecture est tout aussi plaisante.

Avec ce Gump & cie, on retrouve Forrest exactement là où on l’avait quitté dans le premier livre, c’est-à-dire au moment où il découvre qu’il a eu un fils avec Jenny, son amour de jeunesse. Mais si vous n’avez pas lu le premier livre (qui est désormais introuvable en français), pas de panique : on peut très bien comprendre l’histoire et les personnages sans avoir lu le précédent roman. Pour ceux qui, en revanche, avaient lu le premier roman, ils auront comme moi la sensation de reprendre leur lecture là où ils l’avaient laissé.

Les nouvelles péripéties de Forrest nous font traverser les années 1980 et 1990. Des Etats-Unis en Europe en passant par le Moyen-Orient, on passe en revue les événements les plus marquants de ces deux décennies et on croise au passage quelques personnalités incongrues comme Saddam Hussein (avec qui, disons-le tout net, Forrest ne va pas sympathiser !). Ce mélange entre fiction et histoire véritable était déjà l’un des points forts du premier livre, et ça marche toujours aussi bien. Winston Groom nous fait regarder la grande histoire par le petit bout de la lorgnette. On participe à de grands moments, mais à hauteur d’homme, avec la naïveté qui caractérise Forrest et l’empêche très souvent de bien saisir les enjeux des situations dans lesquelles il se trouve.

L’autre point fort de ce nouveau roman, c’est la relation qui se noue entre Forrest et son fils, le petit Forrest. Ironie du sort, le gamin est un génie. Forrest a d’autant plus de mal à établir une relation père-fils avec lui qu’il ne sont pas souvent ensemble, et quand ils se retrouvent ils ont bien du mal à établir le dialogue. Mais la bonne volonté de Forrest et son don pour les gaffes heureuses lui permettent, là aussi, de sauver la situation. Cette partie du récit est très belle, délicate et forte en émotion, surtout quand on se rappelle les quelques relations très fortes que Forrest avait tissé dans le premier livre, avec Jenny ou même avec le sergent Dan.

Au fil de ses aventures et de ses rencontres, Forrest vit un certain nombre de péripéties mais il rencontre aussi beaucoup de gens. Des personnes sur la vie desquelles il va avoir un impact très fort, même si c’est parfois involontaire. C’est certainement à cette galerie de personnages très hauts en couleurs que l’on doit le titre de ce livre Gump & Cie. Et c’est aussi un bel hommage rendu à la manière dont ce personnage naïf et touchant a réussi à toucher la vie de tant de lecteurs à travers le monde. Le retrouver a été un grand plaisir de lecture, et pour ceux d’entre vous qui ne connaissent que le film, je pense vraiment que ce roman sera une belle découverte qui vous mènera au plus près de ce héros pas comme les autres.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Gump et Cie, le nouveau roman de Winston Groom

  1. Merci pour cette découverte! J’ai regardé le film des milliers de fois avec autant de plaisir et là quelle est ma surprise quand je découvre grâce à toi qu’il y a un livre (suite)!! Il ne me reste plus qu’à l’ajouter à ma Wish List et je le fais de suite. Bizzz, Elaurie.

    J'aime

  2. Petite Plume dit :

    Je ne savais pas qu’il y avait un roman à l’origine du film ! La honte. Par contre, je trouve ça aberrant qu’ils n’éditent plus le tome 1. J’espère que la sortie de la suite les incitera à le faire !

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Aucune honte à avoir : c’est l’un des secrets les mieux gardés de la littérature ! J’espère effectivement que Le Livre de poche (qui éditait le premier roman) finira par rééditer le premier livre car il était encore meilleur que le film. Croisons les doigts et faisons un vœu au Père Noël !!

      Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s