Les Derniers Jours de l’émerveillement, roman de Graham Moore

Pour une fois, je ne vais pas vous parler d’un livre que j’avais envie de lire… mais d’un roman qui est arrivé à moi un peu par hasard. Au moment de la rentrée littéraire, j’avais fait une liste de tous les romans qui me faisaient envie… et Les Derniers Jours de l’émerveillement n’en faisait pas partie ! Une histoire qui retrace la guerre des brevets autour de l’ampoule électrique ? Non, j’étais prête à passer mon tour. Et pourtant, quelques semaines après j’ai commencé à entendre parler de ce livre en surfant sur des blogs littéraires. A chaque fois, c’était le même coup de coeur qui célébrait un roman palpitant. Du coup, ça a été l’occasion de me remettre en question. Avais-je juggé trop hâtivement le roman de Graham Moore ? Apparemment oui. Ma curiosité ayant finalement eu raison de mon indécision, j’ai donc décidé de lire ce livre et de comprendre enfin pourquoi tout le monde parlait de cette petite pépite parue discrètement au Cherche-Midi.

La fin du XIXe siècle à New York correspond à une nouvelle révolution industrielle sur le point de changer la marche du monde. Tandis que le téléphone a été inventé quelques années auparavant, c’est désormais la fée électricité qui accapare les informations. Thomas Edison, le génial inventeur américain, et George Westinghouse, un riche industriel ayant fait fortune avec les trains, se livrent une guerre sans merci autour d’une question cruciale : qui a donc inventé l’ampoule électrique ? ALors que les rues de Nw York commencent à peine à s’illuminer et que le marché démarre à peine, il semble que l’avenir du monde soit bien dans cette lumière artificielle. Jeté au beau milieu de cette bataille juridique sans précédent, le jeune avocat Paul Cravagh voit là l’occasion de faire ses preuves dans son cabinet et de gagner du galon. Néophyte en matière d’électricité, il va rapidement découvrir un monde scientifique en ébullition autour de cette innovation quasi magique. Il va aussi se frotter aux tempéraments bien trempés des différents inventeurs rencontrés au fil de son affaire, le plus bizarre d’entre eux étant un serbe du nom de Nikola Tesla, esprit brillant mais complètement déconnecté de la société des hommes. Il pourrait pourtant influer sur le cours de cette affaire hors du commun en inventant un nouveau système électrique révolutionnaire !

Avec un pavé de presque 600 pages et une histoire entièrement basée sur la guerre des brevets autour de l’ampoule électrique, Graham Moore n’avait vraiment que deux choix devant lui : soit échouer magistralement en écrivant un bouquin à périr d’ennui, soit réussir brillamment en offrant aux lecteurs une histoire passionnante dont on ne peut plus se détacher. Heureusement pour l’auteur, il se trouve que son roman tombe dans la seconde catégorie !

Loin d’être un bouquin poussiéreux sur une sombre histoire juridique inintéressante, Les Derniers Jours de l’émerveillement dévoile en fait une histoire hautement addictive, tirée d’événements réels, qui retrace avec brio les enjeux de l’électrification du monde moderne. Tant d’un point de vue scientifique, économique, social et dosons-le tout de go d’un point de vue romantique, l’invention de l’électricité a été un événement majeur qui a complètement modifié notre mode de vie ainsi que les paysages urbains. Et plus précisément, c’est l’ampoule électrique, si petite mais si précieuse, qui est entrée dans nos vies à ce moment-là alors que les gens étaient encore habitués à la bougie et à la lampe à huile.

Avec beaucoup d’élégance et une solide connaissance technique de son sujet, Graham Moore nous convie à un voyage dans le temps unique en son genre. On plonge dans les arcanes d’une affaire juridique… sauf qu’il est question de bien plus que de la paternité du brevet de l’ampoule électrique. C’est la marche de l’histoire humaine qui est au coeur de ce roman. Graham Moore évoque avec talent la notion d’invention à travers trois figures charismatiques, riches en mystères et en contradictions : Thomas Edison, un inventeur superstar qui fait penser à Steve Jobs ; Georges Westinghouse, capitaine d’industrie qui a la conviction que notre mode de vie est en train de changer pour le meilleur ; et Nikola Tesla, pur génie obsédé par l’invention mais qui se désintéresse des conséquences matérielles.

Bien que l’histoire soit très dense, on la suit avec beaucoup d’aisance car l’écriture de Graham Moore est allerte, vive et vraiment très plaisante. Le découpage du roman en revanche m’a laissée un peu perplexe : les chapitres sont très courts, parfois trop, ce qui casse inutilement le rythme de lecture. La faut sûrement au fait que Graham Moore est scénariste à la base. Mais il n’empêche que son roman se dévore d’une traite ! Il ne nous noie jamais sous des détails techniques et parvient parfaitement à faire revivre l’effervescence new-yorkaise de la fin du XIXe siècle. Son livre est un roman aussi passionnant que dépaysant, à mi-chemin entre le roman policier et le roman historique.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les Derniers Jours de l’émerveillement, roman de Graham Moore

  1. Imagimarion dit :

    C’est un article très intéressant qui m’a convaincue !

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s