Mercy, Mary, Patty, roman de Lola Lafon

Maintenant qu’on commence à avoir un peu de recul sur la rentrée littéraire 2017 qui a eu lieu le mois dernier, je commence, comme vous j’imagine, à y voir un peu plus clair parmi les nombreuses nouveautés du moment. Et avec ce recul d’un mois de lecture, je peux désormais affirmer que pour moi, la bombe de cette rentrée littéraire cuvée 2017, a vraiment été le roman de Lola Lafon. Mercy, Mary, Patty est un roman époustouflant qui m’a beaucoup impressionné et que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher. Même après l’avoir refermé pour la dernière fois, il me colle encore à la peau. C’est une histoire puissante, une histoire vraie, portée par une écriture juste et forte. Le genre de roman dont on ne ressort pas complètement indemne. Le genre de livre qui vous rappelle pourquoi on aime lire au départ.

L’histoire commence en 1974 lorsqu’un groupe révolutionnaire américain kidnappe Patricia Hearst en Californie. La jeune fille n’est pas n’importe qui : c’est l’héritière de l’une des familles les plus riches, célèbres et puissantes des Etats-Unis. Son grand-père a bâti un empire médiatique et inspiré le film Citizen Kane d’Orson Welles. En l’espace de quelques mois, l’Amérique retient son souffle et suit le destin de Patricia. Mais loin d’être une victime brisée, Patricia se révèle sous un nouveau jour : elle adhère aux thèses défendues par ses ravisseurs et finit par rejoindre leurs rangs en devenant une combattante. Quand elle est finalement appréhendée par la justice, une question brûle toutes les lèvres : est-elle une victime ou une coupable ? Question qui hante Gene Neveva, professeure américaine temporairement exilée en France. Avec l’aide d’une jeune étudiante française, Violaine, elle va passer au crible tout le dossier de Patricia. Mais le portrait de la jeune fille de bonne famille qui tourne le dos à son destin pour reprendre sa liberté agit comme un miroir sur ces deux femmes qui sont aussi, chacune à leur façon, en quête d’identité.

Faut-il perdre tout repère pour parvenir à se trouver ? C’est un peu la question que Lola Lafon pose à travers le sujet passionnant de son nouveau roman. Mercy, Mary, Patty est d’ailleurs un roman assez dur à résumer car il est particulièrement riche et dense. L’auteure part d’un sujet vrai, à savoir l’histoire de Patricia Hearst mais aussi celle des kidnappings de femmes aux Etats-Unis, pour aborder beaucoup d’autres thèmes, en particulier celui de la quête d’identité, de la liberté, de la norme sociale, et finalement celui de la place des femmes dans la société moderne. Bref, il y a beaucoup de choses à en dire.

Mais je vais commencer par vous dire que ce roman se lit avec une facilité déconcertante. Les pages se tournaient automatiquement, je ne pouvais plus freiner ma lecture tant j’avais besoin de connaître la suite de l’histoire. Plonger dans ce roman, c’est un vertige palpitant à chaque page. Lola Lafon joue avec les faits réels et les mélange allègrement avec la fiction pour questionner efficacement notre rapport à la vérité, à ce que nous croyons, à nos certitudes. La romancière n’est jamais dans le jugement vis-à-vis de ses personnages. Elle nous tend un miroir pour que nous les découvrions par nous-mêmes. Elle nous laisse nous faire notre propre idée et ne tranche jamais rien. Tant mieux car le lecteur trouve rapidement sa place dans cette histoire, celle d’un témoin privilégie en train de suivre une enquête policière riche en rebondissements.

Si j’ai été particulièrement fascinée par le portrait de Patricia Hearst et sa trajectoire de victime/coupable/femme libre, j’ai aussi été très impressionnée par la manière dont Lola Lafon nous raconte l’histoire de Gene et Violaine, deux femmes à différents stades de leurs vies qui font connaissance avec Patricia grâce à l’enquête. Une rencontre pour de faux puisqu’un océan les sépare et qu’elles restent les spectatrices de l’histoire principale. Mais depuis leur rôle d’observatrices, elles sont elles aussi ébranlées par Patricia. Leurs certitudes vacillent et cette rencontre change profondément leur vie.

En faisant revivre les heures les plus sombres et les plus violentes des années 1970, Lola Lafon revisite non seulement une période très intéressante de l’histoire moderne, mais elle dresse aussi plusieurs portraits de femmes subtils et pertinents. Elle nous embarque pour un voyage haletant qui pose plus de questions qu’il ne propose de réponses. Mercy, Mary, Patty est un roman ouvert sur le monde qui lance un défi à ses lecteurs : accepter de regarder le chaos du monde tel qu’il est, dans sa violence et toute sa complexité. Car du moment où nous arrêtons d’être dans le jugement, nous pouvons enfin être dans la vérité.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature française. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s