Lucifer : quand le diable mène des enquêtes policières

lucifer

Parmi les pépites télévisuelles récemment découvertes, j’ai eu un énorme coup de coeur pour la saison 1 de la série Lucifer, dont la saison 2 est actuellement diffusée en France. Une série adaptée d’un comics américain qui mêle à peu près tout ce que j’aime dans des histoires : des enquêtes policières, des personnages hauts en couleurs, une trame générale qui ménage beaucoup de suspens, des rebondissements mais aussi une bonne dose d’humour. Comment résister à la beauté du diable, surtout s’il prend les traits du talentueux Tom Ellis ?

Lucifer en a assez de jouer le gardien des enfers, un lieu ô combien déprimant. Il décide donc de coller sa démission à Dieu, son cher père qui ne lui a jamais vraiment laissé sa chance. Direction : Los Angeles. Dans la ville des anges, Lucifer a décidé de prendre du bon temps en dirigeant une boîte de nuit. Tout se passe pour le mieux jusqu’au jour où l’une de ses protégées meurt assassinée sous ses yeux. Décidée à punir les coupables, Lucifer trouve le moyen de s’inviter dans l’enquête de l’inspecteur Chloé Decker, une jeune policière peu enthousiaste à l’idée de collaborer avec un civil pour le moins suspect. Grâce aux enquêtes de police, Lucifer trouve enfin de quoi tromper son ennui. Mieux : sa curiosité se trouve piquée au vif quand il découvre l’effet surprenant que l’inspecteur Decker a sur lui. Quand il est près d’elle, il perd tous ses pouvoirs d’ange et devient subitement mortel. Quel est donc le secret que cache cette mortelle par ailleurs charmante ? Pour mener son investigation, Lucifer va devoir déjouer les plans de son frère, l’ange Amenadiel que Dieu a envoyé sur Terre pour ramener Lucifer en enfer. Heureusement, Lucifer a un allié de poids : sa psy !

Aux origines, il y avait… une série de comics ! Si Lucifer trouve son point de départ dans la Bible (l’ange déchu se retrouve envoyé aux enfers après s’être rebellé contre Dieu), il a depuis fait une belle carrière dans la fiction, inspirant pas mal d’auteurs dans des genres parfois très différents. Neil Gaiman, scénariste et romancier de talent, ne s’est pas trompé sur le potentiel narratif du personnage quand il lui a inventé des aventures parmi les mortels. Mêlant habilement le style policier avec une touche de surnaturel, le résultat est une merveille.

La série Lucifer se trouve à un croisement des genres, et c’est ce qui la rend si passionnante à suivre. Chaque épisode propose une enquête policière que Lucifer et l’inspecteur Decker doivent résoudre. En parallèle, la saison est aussi bâtie autour d’une intrigue plus large qui tourne autour de Lucifer. Dans la première saison, il s’agit de trouver un accord avec Dieu pour rester sur Terre ; dans la seconde, il s’agit de retrouver un prisonnier qui s’est échappé de l’enfer et qui se trouve sur Terre. Avec ces deux niveaux d’intrigue, la série Lucifer propose donc une belle ambition narrative pour captiver tous les spectateurs.

L’autre énorme point fort, c’est bien sûr le personnage lui-même. Impossible de résister à ce diable bourré d’humour, lassé par son destin diabolique, qui décide de se reconvertir comme patron de boîte de nuit… un métier tellement plus palpitant ! Mais malgré son charme irrésistible, ses conquêtes et son humour ravageur, Lucifer a aussi pas mal de problèmes personnels pas réglés, notamment dans sa relation avec Dieu, ce père avec lequel il a du mal à communiquer. Dans la première enquête, Lucifer fait la connaissance d’une psy de Los Angeles qu’il va décider de consulter. La relation entre les deux est à mourir de rires ! Elle est persuadée d’avoir à faire à un cas intéressant, et il a souvent du mal à bien comprendre les conseils qu’elle lui donne. Le décalage entre les deux est un ressort comique particulièrement efficace.

Mais on a aussi droit à une touche de romance car la relation entre Lucifer et l’inspecteur de policer Chloé Decker est elle aussi très intéressante. L’attirance entre les deux fait des étincelles, ce qui créée souvent des situations explosives entre les deux. Ajoutons dans le tableau des personnages secondaires pas tristes : le frère Amenadiel (l’ange parfait qui obéit toujours à la volonté divine), Maze (un démon féminin qui sert de garde du corps à Lucifer et travaille partiellement comme barmaid), sans compter l’ex-mari de Chloé Decker qui voit d’un mauvais oeil qu’un type étrange lui tourne autour. On a un casting de rêve !

Cette série est un vrai plaisir car elle apporte un vrai coup de frais aux habituelles séries policières. Elle revisite avec beaucoup d’inventivité le « mythe » de Lucifer car cette figure s’est largement répandue dans la culture populaire, oscillant entre la représentation du mal et l’icône fascinante d’une forme de rébellion underground. La série exploite à fond toutes les références possibles : musique rock, culte sataniste, questionnement sur le sens du mal et de la tentation… On retrouve l’esthétique sombre et sexy des comics tout en étant plongé dans le cadre réaliste du Los Angeles d’aujourd’hui. Cette série plaira à tous les fans de séries policières. Elle est diaboliquement efficace !

Publicités
Cet article a été publié dans Séries télé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Lucifer : quand le diable mène des enquêtes policières

  1. Je ne connais pas et je te remercie de la découverte =)

    J'aime

  2. Quand le diable est sexy!!! Non plus sérieusement, j’adore cette série, les enquêtes sont rondement bien menées, les histoires de fond aussi et en plus c’est très drôle, j’adore l’humour de Lucifer! (comme quoi, il n’est pas que sexy!)

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s