A quelle fréquence triez-vous vos livres ?

bookish

Il y avait longtemps que je n’avais pas fait d’article sur le classement et le rangement des livres dans une bibliothèque. C’est vrai que j’en ai déjà écrit un certain nombre, mais regardons les choses en face : le sujet est inépuisable. Nous passerons sur la quête du système de classement idéal qui ressemble à s’y méprendre à la quête du Graal, et nous allons aujourd’hui nous pencher sur une question cruciale : à quelle fréquence faut-il trier ses livres ? Parce que oui, malheureusement on ne peut pas toujours tout garder et il faut se résoudre à dire adieu à certains livres. Si je m’écoutais, je garderais tout. Mais je vis en région parisienne et la place me manque. Je suis donc contrainte de faire régulièrement du tri et je donne les livres dont je ne veux plus grâce à la boîte à livres de mon quartier. Mais la question demeure posée : faut-il attendre l’éboulement dans la bibliothèque ou bien y’a-t-il une fréquence idéale pour trier ses livres ?

Trier ses livres en état d’urgence

Boum !! Il est trois heure du matin et vous êtes réveillé en sursaut par un bruit étrange qui vient de votre salon. Une fois la lumière allumée, vous découvrez que vos étagères surchargées de livres viennent de s’écrouler, emportant dans leur dégringolade des piles de livres exsangues. Soyons francs : aucun lecteur ne rêve de se retrouver dans cette situation ! Pourtant ne croyez pas que j’exagère : à force de surcharger les étagères de votre bibliothèque, les planches commencent à travailler, et un beau jour même Billy (les habitués d’Ikea auront compris la blague) ne peut plus rien pour vous !

J’avoue que j’ai longtemps été comme ça. J’entassais tout et je priais le saint-patron des lecteurs pour que ça tienne. Fort heureusement pour moi, aucune de mes bibliothèques ni de mes étagères ne s’est jamais écroulée en pleine nuit. Une chance vu que j’ai longtemps dormi avec deux étagères pleines de livres au-dessus de mon lit ! Mais avec le temps, j’en suis venue à me dire qu’il valait peut-être mieux anticiper la catastrophe plutôt que prendre le risque de finir aux urgences avec le crâne ouvert (d’autant que je me suis ouvert la tête quand j’étais enfant et que j’en garde un très mauvais souvenir ; mais je vous rassure : aucun livre n’était impliqué).

Trier ses livres quand on déménage

La première fois que j’ai effectué un vrai grand tri de mes possessions livresques, ça a été à l’occasion d’un déménagement. Et là, pour la première fois de ma vie, je me suis rendue compte que j’avais beaucoup de livres… mais alors vraiment beaucoup de livres ! Il a fallu faire des piles, tout bien ranger, tout préparer pour la migration dans la nouvelle maison. Et c’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je n’avais pas envie de tout garder. En faisant défiler sous mes yeux tous mes livres, je me suis aperçue que j’avais gardé certains d’entre eux par réflexe, mais pas par envie. Certains livres que je n’avais pas aimé étaient encore là, avec moi, alors que je savais pertinemment que je ne les relirais jamais.

Ce déménagement a été le déclic. A cette occasion, j’ai fait un grand tri et j’ai donné pas mal de livres. Sur le moment, la sensation de me défaire d’autant de livres à la fois a été bizarre. Un peu comme si je les abandonnais sur le bas côté de la route. Mais au final j’ai été très heureuse d’attaquer ma nouvelle vie sans excès de bagages. Je veux dire par là que ces livres ne revêtaient aucune signification ou importance particulière à mes yeux. Ils n’avaient pas compté personnellement et n’occupaient donc pas la même place (émotionnelle) dans ma vie que les autres livres que j’avais aimé. Sans compter qu’en donnant ces livres, je pense finalement avoir fait une bonne action. Ces livres ont certainement trouvé des lecteurs capables de les apprécier.

Trier ses livres à date fixe

Après cette expérience de déménagement et de tri drastique, j’ai décidé de faire régulièrement du tri dans mes livres afin de ne plus me laisser envahir par des livres que je n’aime pas vraiment. Heureusement que je me suis tenue à cette bonne résolution vu qu’entre-temps il y a eu le blog ! Je pense objectivement qu’à part mes années de fac en Lettres Modernes, je n’ai jamais autant lu de livres que maintenant. En moyenne, je lis presque deux livres par semaine parce qu’il faut bien nourrir ce blog… et parce que j’aime ça ! Mais à la fin de l’année, ça fait près de 80 livres qu’il faut bien ranger quelque part !

J’en suis donc venue à procéder régulièrement à un tri dans mes lectures récentes. Dès que j’ai fini un livre, je le range dans un sac : mon sac de tri. Concrètement, ce n’est qu’un grand cabas pour les courses. Et tous les deux-trois mois, je sors tous les livres du sac pour faire mon tri. Je reprend les livres un par un et je réfléchis sérieusement. Ais-je aimé ce livre ? Oui, mais à quel point ? Est-ce que j’ai vraiment envie de le garder ? Est-ce que je pourrais le relire ? Une fois que le livre a coché oui à toutes ces questions existentielles, il a le droit de rejoindre la bibliothèque. C’est un peu comme une quarantaine. Et je préfère me donner le temps de la réflexion car ça permet d’y voir plus clair. Parfois, on est très emballé par un livre à la fin de la lecture, et finalement son souvenir s’estompe très vite.

En ce qui concerne les livres que je ne garde pas, je vais au bout de ma rue et je les range dans la boîte à livres que la mairie a installé là l’année dernière. Il faut bien dire que ça a changé ma vie, parce qu’avant il fallait que j’aille plus loin et les sacs de livres pesaient lourd ! Comme ça, même si je n’ai pas beaucoup aimé un livre, je luis offre une seconde chance tout en faisant plaisir aux autres lecteurs de mon quartier.

Ne pas trier ses livres

Il y a des lecteurs qui ne se compliquent pas autant la vie et qui gardent simplement tout ce qu’ils ont lu. Soit parce qu’ils aiment tous les livres qu’ils ont lus, soit parce qu’ils possèdent un manoir gothique vie et qu’il faut bien remplir les pièces, soit parce que ce sont des fétichistes de l’accumulation. Je ne juge pas, je dresse un portrait ! Quelles que soient leurs raisons, certains lecteurs ne trient jamais leurs livres et je n’ai pas l’impression qu’ils s’en portent plus mal. Trier, c’est quelque chose de très personnel.

D’ailleurs, je vais être complètement honnête : si j’avais la place, je crois que je garderais tout, même les livres que je n’ai que moyennement aimé. Parce que, quel que soit mon ressenti sur ces livres, ils ont fait parti de mon chemin de lectrice, de ma vie. Et pour moi, c’est déjà une raison suffisante de les garder. Je pense que ça fait aussi partie de la lecture de sortir son exemplaire de L’Education sentimentale des tréfonds de sa bibliothèque, ne serait-ce que pour s’exclamer : « Ah, j’ai détesté ce livre ! » (ça faisait longtemps que je ne m’étais pas moqué de L’Education sentimentale, ça fait du bien !).

Et puis je crois qu’au fond de moi il y a toujours cette petite fille de huit ans qui a vu un jour La Belle et la Bête de Disney en rêvant qu’un jour, elle aussi elle aurait une pièce entière remplie de livres. Et quand ce jour arrivera, il me faudra tous les livres de ma vie pour la remplir !

Mais au fait : et vous, à quelle fréquence triez-vous vos livres ?

Advertisements
Cet article a été publié dans Ranger sa bibliothèque. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour A quelle fréquence triez-vous vos livres ?

  1. Le tri, chez moi, c’est… de temps en temps. Et encore, pour l’instant, ceux que je ne souhaite pas garder s’accumulent dans une zone de non droiten attendant de les vendre/donner -__-

    J'aime

  2. Avant je ne triais jamais jamais! Mais depuis que je n’ai plus de place et que je bouge régulièrement une partie de mes livres entre chez moi et chez mes parents, je trie à chaque fois que j’en ressens le besoin! Et si je n’ai vraiment pas aimé un livre je le met direct en boîte à lire! Il y a deux mois j’ai sorti une centaine de livres de mes étagères, ça m’a fait bizarre mais depuis je me sens plus légère ^^

    J'aime

  3. Ely dit :

    J avoue,je ne trie jamais mes livres . Cela commence à envahir mon espace vital mais je ne peux m’y résoudre.. je pense que je vais commencer à en semer quelquew uns à droite, à gauche..
    Bonne nuit Ely

    J'aime

  4. Moi aussi je fais régulièrement un tri dans ma bibliothèque, j’aime la ranger, la regarder et parfois je tombe sur un livre que je n’ai plus envie de voir et hop… Même si moi aussi je rêve d’avoir la biblio de Belle =)

    J'aime

  5. Je fais le tri régulièrement. Je n’ai pas toujours été comme ça, mais depuis 2007 j’essaie d’épurer mon appartement au maximum.

    Et depuis peu, j’ai une nouvelle occasion de faire le tri : mon événement Le 14 février, je donne un livre!.

    J'aime

  6. Clelie Holmes dit :

    J’adore cet article ! Personnellement, je me retrouve plutôt dans la catégorie des « accumulateurs » de livres… D’ailleurs, ce que tu dis à la fin de l’article me parle beaucoup : je n’aime pas m’en défaire car ils font partie d’un certain cheminement… Attention, je ne dis pas que je ne me suis jamais débarrassée de certaines croûtes (et qui méritaient plus la poubelle que la boîte à livres…), mais je suis très attachée au livre en tant qu’objet… Cela dit, chez moi, il y en a partout… et leur rangement devient un peu problématique… 🙂 Je n’ai pas encore la bibliothèque de la belle et la bête, mais qui sait… un jour ? 😉

    J'aime

  7. citizencrane1 dit :

    Le gros tri, ça a été quand j’ai quitté la maison de mes parents et qu’il a fallu choisir parmi mes deux cents livres ceux qui allaient rentrer dans ma valise (je compte pas les bd et les ouvrages documentaires, que j’avais déjà choisi de ne pas emporter). Une cinquantaine de livres, seulement ceux que je n’avais pas lu et ceux que j’aurai sûrement envie de relire. J’ai essayé de vendre le reste le plus possible mais finalement, ça a pourri dans un grenier.

    Depuis, j’en achète un peu de temps en temps et ça prend pas trop de place, donc un tri n’est pas d’actualité. Je désherberai peut-être ceux que j’ai en électronique, mais je trouve toujours bien d’avoir Baudelaire ou Dostoïevski en vu sur une étagère (marqueur social power!). A terme seuls les livres non tombés dans le domaine public seront sur mes étagères et le reste sur Calibre!
    A côté de ça, je bosse en bibliothèque, je suis inscrit dans d’autres biblitohèques, j’ai moins besoin de posséder des livres (après tout, la propriété c’est le vol, vive l’anarchie, tout ça tout ça).

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s