Le Mystère de la dame en noir, roman policier de Bruno Iacopo

mystère-dame-noirLorsque j’ai fait mon petit tour des nouveautés livresques en début de mois, j’ai tout de suite été attirée par un roman chez Albin Michel : Le Mystère de la dame en noir. D’abord, je me suis dit que l’éditeur avait fait une erreur : le titre du célèbre roman de Gaston Leroux, c’est Le Parfum de la dame en noir, précédé du Mystère de la chambre jaune. Mais en fait, pas du tout : il s’agissait d’un autre livre. En regardant de près, j’ai découvert qu’un romancier italien, Bruno Iacopo, avait eu une idée brillante : imaginer une histoire dans laquelle Arsène Lupin, Sherlock Holmes et Irène Adler se rencontrent pendant leur adolescence, deviennent amis, et résolvent des crimes ensemble. J’ai trouvé ça tellement génial que j’ai lu le livre !

En ce mois de juillet 1870, la jeune Irène Adler se prépare à passer des vacances ennuyeuses. Sa mère et elle viennent d’arriver à Saint-Malo, au bord de l’océan, tandis que son père est resté travailler à Paris. Rapidement, Irène fait la connaissance d’un garçon singulier : Sherlock Holmes. Pas très doué pour les relations avec les autres, ce garçon fascinant est doué d’une intelligence hors-norme et s’avère finalement un camarade sympathique. Il présente Irène à un ami à lui, Arsène Lupin, un habitant du coin dont la malice est la première qualité. Le trio explore Saint-Malo en s’amusant… jusqu’au jour où il découvre le cadavre d’un homme inconnu sur la plage. D’autres tourneraient les talons et retourneraient aux occupations du quotidien. Mais les trois amis voient là l’occasion de résoudre une énigme. Ils se lancent donc dans une enquête aussi passionnante que dangereuse.

Normalement, ce livre est présenté comme un roman jeunesse recommandé à partir de 10 ans. Franchement, on peut le lire même à l’âge adulte tellement l’histoire est prenante ! Je suis même un peu jalouse de me dire que les ados d’aujourd’hui ont la chance de découvrir ce genre de livres alors que moi, à leur âge, on essayait encore de me faire lire Les Malheurs de Sophie. Eh bien Sophie n’a qu’à bien se tenir, parce que la concurrence est rude avec cet excellent roman !

En premier lieu, il faut saluer le coup de génie de Bruno Iacopo. L’auteur italien (dont je n’avais jamais entendu parler) a eu l’idée de regrouper en une seule histoire Arsène Lupin, Sherlock Holmes et Irène Adler. Cette dernière est peut-être moins connue du public car c’est un personnage mineur dans une enquête de Sherlock Holmes. Elle laisse tout de même une sacrée impression sur le célèbre détective puisqu’il se met à la surnommer « la femme » en signe de dévotion. Ce qui a entraîné une certaine admiration chez les fans de Sherlock Holmes et poussé quelques auteurs à inventer des aventures à Irène. Mais là, le trio est inédit (à ma connaissance).

Ce trio de personnages adolescents fonctionne très bien. Ils ont des points communs, notamment leur intelligence, leur obstination et leur indocilité. Mais ils ont aussi des différences qui sont fascinantes à observer dans l’histoire. L’alchimie fonctionne à merveille et certains dialogues entre eux font vraiment mouche. En plus, le fait de les prendre au moment de l’adolescence permet de faire d’habiles clins d’oeil à leurs futures aventures respectives, ce qui ne manque pas d’amener beaucoup d’humour à certains passages.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, elle est bien ficelée et elle présente beaucoup de rebondissements. Pour un lecteur adulte habitué aux romans policiers, ça manquera peut-être un peu de gravité, mais nul doute qu’un ado se laissera prendre très facilement par cette intrigue. En ce qui me concerne, j’ai joué le jeu avec grand plaisir parce que les personnages sont tellement attachants qu’on pourrait les suivre n’importe où.

L’écriture est aussi très soignée, avec beaucoup de rythmes, de dialogues, de peps. On sent que l’auteur maîtrise bien son sujet. il va à l’essentiel en offrant une histoire divertissante et de qualité. J’ai trouvé les chapitres un peu courts, mais je pense que c’est l’une des différences entre un roman adulte et un roman ado. En fait, ça ne m’a pas vraiment gêné vu que ça participer encore à donner du rythme au livre ; c’est juste que je ne suis pas habituée. Les romanciers « adultes » devraient parfois penser à faire la même chose !

Cette lecture a été très plaisante et j’ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de nos trois personnages. Le Mystère de la dame en noir est un roman policier très bien ficelé, et il rend un bel hommage aux créations d’Arthur Conan Doyle et de Maurice Leblanc. Je précise que, même si le titre est une référence évidente aux livres de Gaston Leroux, il n’y a en fait aucune autre référence dans le déroulé de l’histoire et on ne vois pas apparaître Rouletabille. Enfin, je vous préviens que ce livre est en fait le premier tome d’une saga. Le deuxième opus, Dernier Acte à l’Opéra, paraîtra en mars. Albin Michel nous a gâté avec cette nouvelle série.

Publicités
Cet article a été publié dans Jeunesse & Young Adult. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s