L’interprète grec, histoire policière d’Arthur Conan Doyle

interprete-grecJe commence la chronique du jour par un petit point bibliophilique. Dans tout le canon des aventures de Sherlock Holmes, on trouve des histoires de tailles très différentes. Certaines peuvent être considérées comme de vrais romans policiers ; c’est par exemple le cas d’Une Etude en rouge, du Signe des quatre ou du Chien des Baskerville. D’autres sont des nouvelles plus ou moins longues. Et même si ces histoires sont généralement moins connues que leurs illustres grandes soeurs, elles n’en méritent pas moins l’attention des lecteurs. D’autant que certaines d’entre elles nous offrent des informations très intéressantes sur notre détective préféré. C’est le cas de L’interprète grec. Une histoire courte mais palpitante où un morceau de la vie privée de Sherlock Holmes se dévoile devant nous.

Par une journée particulièrement calme (et donc ennuyeuse), Sherlock Holmes et le docteur Watson discutent entre eux des talents naturels. Au détour de la conversation, Watson est choqué d’apprendre que Sherlock a en fait un frère aîné prénommé Mycroft. Sherlock lui propose de lui présenter ce frère dont il dit lui-même qu’il est encore plus intelligent que lui. Une visite au club de gentlemen de Mycroft plus tard, le docteur Watson fait enfin la connaissance de ce génie incroyable. Et justement, Mycroft a une affaire à soumettre à son frère : l’un de ses voisins, un grec qui travaille comme interprète, s’est récemment trouvé mêlé à une affaire louche dans laquelle la vie d’un homme pourrait bien être en danger.

Vous l’aurez compris, L’interprète grec est l’histoire qui marque l’entée en scène du personnage de Mycroft Holmes. Si ce personnage hautement sympathique a fini par prendre une part importante dans le coeur des fans, c’est davantage grâce aux récentes adaptations qui l’ont mis en lumière que grâce aux histoires écrites par Arthur Conan Doyle. Dans les livres, Mycroft n’apparaît presque jamais. D’où la surprise de Watson… et celle du lecteur ! Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre un nouveau membre de la famille Holmes !

Outre cet aspect biographique, cette nouvelle assez courte présente plusieurs arguments très intéressants pour attirer les lecteurs. D’abord parce qu’une partie de l’intrigue est un pur récit : l’interprète grec raconte son histoire à Sherlock, et elle prend presque la moitié de la nouvelle. Ce procédé narratif retarde un maximum le début de l’enquête de Sherlock, ce qui apporte beaucoup de suspens et fait monter la tension. Dans le même temps, l’exposé de l’histoire place le lecteur directement à la place du détective : nous avons absolument tous les éléments en main pour déduire et comprendre ce qui se passe.

Ensuite, cette nouvelle offre un dénouement assez original par rapport aux autres enquêtes de Sherlock Holmes. En fait, à part l’histoire mettant en scène Irène Adler, aucune autre histoire ne se termine de cette façon. Evidemment, je ne vais pas vous dévoiler le fin mot de l’intrigue, mais disons qu’on est loin du happy end. Autre piste intéressante de réflexion : cette histoire fait entrer en scène le personnage de Mycroft… et ce n’est vraisemblablement pas sans raison. Car en fait, dans la chronologie des histoires de Sherlock Holmes, L’Interprète Grec est l’avant-dernière histoire avant Le Dernier Problème, c’est-à-dire la fameuse histoire où Sherlock meurt. Autant dire que pour les fans, on est au coeur du mythe littéraire !

J’ai toujours beaucoup aimé la nouvelle de L’Interprète grec et je l’ai récemment relu avec plaisir. C’est ce qui m’a donné envie de la partager avec vous. En plus, les lecteurs français sont chanceux : les éditions Folio éditent plusieurs histoires de Sherlock Holmes dans des petits formats à 2 euros seulement, et cette histoire est disponible. Donc si vous avez envie de vous faire un petit plaisir sherlockien, je vous la conseille vivement. Si vous n’avez jamais lu aucune histoire de Sherlock Holmes, sachez qu’elle est un peu atypique, et c’est peut-être justement ce qui pourrait vous plaire.

Bonne lecture !

Publicités
Cet article a été publié dans Roman policier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’interprète grec, histoire policière d’Arthur Conan Doyle

  1. WordsAndPeace dit :

    Dans le carde du Classics Club, je me suis donné comme but de lire tout Sherlock Holmes, et je pense que je vais le faire avec des livres audio uniquement. Je viens donc de commencer à écouter A Study in Scarlet (lu par Simon Prebble). Je vais les écouter dans l’ordre chronologique de publication.
    En parallèle, je lis l’excellent The Sherlock Holmes Books, publié par DK, une collection fantastique par ailleurs, sur beaucoup de sujets. je n’ai pas l’impression qu’il soit disponible en France, dommage.

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Wahou c’est un très beau défi lecture !! J’avais adoré Une étude en rouge ainsi que toutes les autres histoires. J’ai commencé à lire des histoires de Sherlock Holmes à 11 ans et je ne m’en suis jamais lassée !

      J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s