Croc-Blanc : du roman de Jack London à la fresque sur grand écran

croc-blancLa vie est bien faite : juste au moment où la météo nous annonce une vague de froid et de la neige en France, je vous parle d’une histoire qui se déroule dans le grand nord des Etats-Unis. Je ne l’ai pas fait exprès : c’est un hasard du calendrier ! Je pensais simplement que ce serait sympa de parler de cette formidable histoire en janvier, car c’est un peu de saison, et la météo a finalement fait le reste pour nous plonger dans une ambiance propice au voyage. Croc-Blanc est un monument de la littérature occidentale, même s’il est moins lu aujourd’hui qu’il y a encore quelques dizaines d’années. Probablement parce que l’oeuvre de Jack London, son auteur, est très ancrée dans une période, ce qui l’a fait vieillir prématurément. Il n’empêche que cette histoire d’amitié entre un chien-loup et un jeune homme continue de fasciner, la preuve en image avec une très belle adaptation sortie sur les écrans en 1991.

L’Alaska est un territoire rude, mais c’est aussi une terre de promesse pour ceux qui rêvent d’une vie meilleur. Depuis qu’on y a trouvé de l’or, des chercheurs d’or des quatre coins des Etats-Unis viennent y tenter leur chance. Mais à quel prix ? Jack est un jeune homme qui arrive à peine en Alaska. Il ne connaît rien au métier de chercheur d’or, ne connaît personne sur place et ne s’attendait pas à être confronté à une nature si violente. Il est venu reprendre l’ancienne concession de son père et espère bien faire fortune. Il fait la connaissance de deux hommes qui deviennent ses compagnons de voyage. Une nuit, leur campement est attaqué par une meute de loups. L’un des compagnons de Jack parvient à mettre les loups en fuite et même à un blesser un… Il s’avère que c’est une femelle et qu’elle chassait pour nourrir son petit. Lorsque la mère meurt de ses blessures, le petit doit survivre tout seul. Il se fait finalement capturer par des hommes et finit par grandir pour être entraîner aux combats de chien. Lui qui est un chien-loup (né d’un croisement entre les deux espèces) se révèle bon pour se battre. Un jour, Jack se rend en ville et découvre les combats de chien, alors que le chien-loup est gravement blessé, le jeune homme intervient pour écourter le combat et emporter l’animal avec lui. Il le ramène chez lui, le soigne, et petit à petit la confiance s’installe entre eux.

La première chose à dire sur cet film, c’est que Croc-Blanc est une très belle histoire. Jack London avait le goût de la nature en même temps qu’une réelle obsession pour la nature humaine. Les deux ensembles font des merveilles et dévoilent une histoire passionnante, authentique et très émouvante. Du coup, Croc-Blanc est autant un film pour les adultes que pour les plus jeunes spectateurs. Ce n’est pas seulement une belle histoire d’amitié entre un jeune homme et un animal qui pourrait plaire aux enfants, c’est un vrai film sur l’appel de la nature et la vérité de la compassion.

croc-blanc-1991

Ce qui est intéressant à remarquer, c’est que le film présente beaucoup de différences avec le roman écrit par Jack London. On trouve plus de thèmes dans le film, et notamment la notion de découverte, d’apprentissage de la vie. Il y a un parallèle important entre l’histoire de Jack, un jeune homme livré à lui-même qui découvre l’hostilité de la nature et de la société des hommes, et celle de Croc-Blanc, un chien-loup isolé, sans meute à lui, qui n’appartient à aucun groupe. Chacun des deux va découvrir la réalité de la vie d’une manière plutôt violente. Mais chacun des deux va trouver sur sa route une opportunité d’être sauvé. Et la relation qui s’établit entre les deux prouve que l’homme peut faire preuve de compassion envers les animaux, qu’il peut les protéger et veiller sur eux. Juste retour des choses : les animaux peuvent être pour nous de merveilleux alliés, capables de nous sauver dans certains cas.

Finalement, même si le film s’éloigne beaucoup de l’intrigue du roman de Jack London, il préserve son état d’esprit en célébrant cette nature indomptable face à laquelle l’homme doit savoir rester humble. Non seulement la nature est notre élément naturel (un élément qu’il n’est pas bon de perdre de vue), mais c’est aussi un moyen de nous ramener à ce qui est essentiel dans notre humanité : notre aptitude à nous ouvrir au monde, à nous intéresser aux autres, et finalement à trouver notre place.

Un mot encore pour vous dire que ce film a été tourné en décors naturels et que le résultat est une pure merveille. Les paysages du film sont un enchantement. Ils dévoilent des horizons de neige, de nature indomptée et splendide. Outre le dépaysement du décor, on ne peut pas résister à Croc-Blanc : le chien-loup trouvé pour camper le personnage principal du film est magnifique et on le suit avec passion dans toutes ses aventures.

Au final, Croc-Blanc est vraiment un film qui vaut le détour, et qui pourra émouvoir les spectateurs quel que soit leur âge. Même si vous croyez connaître l’histoire, vous risquez d’être surpris par la richesse des nombreux thèmes abordés. Et puis surtout, on ne peut pas résister aux deux protagonistes et à cette histoire d’amitié hors-normes. Ce film donne des envies d’ailleurs, de se reconnecter à la nature… tous ces clichés qu’on nous vend à longueur de temps dans les magazines. Sauf que Jack London en parlait déjà il y a plus d’un siècle et qu’il avait raison : l’homme doit trouver sa place pour se sentir en paix dans le monde.

Publicités
Cet article a été publié dans Films. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s