Goldeneye : la villa paradisiaque de Ian Fleming

Goldeneye

La Jamaïque est un vrai petit coin de paradis… surtout quand on est britannique, qu’on aime les climats chauds et qu’on a envie de tout envoyer balader ! C’est un peu dans cet état d’esprit que Ian Fleming, le sulfureux créateur du non moins sulfureux James Bond, a acheté un terrain dans les années 1940 sur l’île de la Jamaïque. Il ne s’agissait pas vraiment d’un exil, mais plutôt de l’envie d’évoluer sous un climat chaud et de prendre le temps d’écrire au calme. Goldeneye est donc née de cette envie de grand large, et la propriété n’a pas cessé de faire frissonner l’imagination des fans de Fleming. Car la villa est à l’image de son célèbre propriétaire : elle a eu une vie bien agitée !

En 1946, Ian Fleming n’est pas encore un auteur à succès. Rendu à la vie civile après la fin de la guerre, cet ancien officier des services de renseignements britanniques ne sait pas tenir en place. Blasé de la vie anglaise, et souhaitant mettre le plus de distance entre lui et une mère trop encombrante avec laquelle il entretient une relation qui aurait laissé Freud dubitatif, Ian Fleming décide de faire ses valises et de partir se mettre au chaud. Il jette son dévolu sur la Jamaïque, son soleil et ses plages de sable fin. Il acquiert alors un terrain qui faisait partie de la grande propriété Golden Cloud, sur la côte nord de l’île. Fleming décide d’y faire construire une villa qui surplombera la baie d’Oracabessa et sa petite plage privée. Il dessine lui-même les plans d’une maison assez simple avec trois chambres, une piscine et un très vaste jardin.

goldeneye-2

A partir de là, Ian Fleming va passer deux mois par an à Goldeneye, et ce chaque année. Même après son mariage puis la naissance de son fils, Ian Flemming ne change pas ses habitudes. Et c’est à Goldeneye qu’il travaille sur son grand projet : l’écriture d’un roman baptisé Casino Royal qui paraît en 1952 et présente James Bond au monde. L’engouement est immédiat et pendant douze années, Ian Fleming gardera le rythme d’écrire chacun de ses romans pendant ses deux mois de villégiature à Goldeneye. Son bureau d’écriture, immortalisé sur de nombreuses photos, est encore visible dans son bureau de la villa.

Le nom de Goldeneye laisse les biographes de Fleming un peu songeurs. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, aucun roman ne s’intitule Goldeneye. Le premier film tourné avec Pierce Brosnan s’appelait effectivement Goldeneye, mais seulement en hommage à Fleming car c’était un scénario original. Les raisons pour lesquelles il a lui-même baptisé sa villa de ce nom restent très obscures, mais après tout Fleming était un homme de mystère. Ce qu’on sait, c’est que le domaine auquel Fleming a acheté le terrain s’appelait Golden Cloud. On sait aussi que pendant la guerre, Fleming avait mis au point un plan d’intervention militaire au cas où l’armée nazie envahirait l’Espagne… et ce plan avait pour nom de code Goldeneye. On sait enfin que Ian Fleming avait beaucoup apprécié le roman de Carson McCuller paru en 1941 et intitulé Reflections in a Golden Eye.

Goldeneye-3

Outre le fait que Fleming écrivait ses romans dans cette villa, la propriété est également liée à l’univers de James Bond car les tournages Docteur No et Vivre et laisser mourir ont eu lieu à proximité. Autant d’éléments qui font de cette villa un point central de la légende James Bond. Après la mort de Fleming et puis de leur fils unique, la veuve de Fleming n’a pas souhaité garder la maison et elle a fini par la vendre. L’heureux acquéreur n’était autre que le chanteur Bob Marley. Avouez que ça ne s’invente pas ! Mais le musicien n’en profita pas longtemps et la maison fut revendue assez rapidement au fondateur du label de musique Island Records, Chris Blackwell. Avec son sens inné des affaires, Blackwell s’est vite rendu compte que Goldeneye pourrait devenir une vraie mine d’or et il décida d’entreprendre des travaux sur la propriété. Il racheta certains terrains attenants et fit construire quelques cottages dans les années 1980. Il transforma alors officiellement Goldeneye en Villa Fleming pour en faire un lieu touristique.

Moyennant finance, vous avez donc aujourd’hui la possibilité de venir passer quelques jours de vacances sur la propriété. Vous pourrez visiter la villa, vous baigner dans la piscine, profiter du jardin et de la plage privée… bref, mettre vos pas dans ceux de James Bond et de son créateur.

Advertisements
Cet article a été publié dans Lieux célèbres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s