Le roman historique est-il réservé aux vieux ?

plume-ecriture

En ce mois consacré au roman historique, je vous propose de réfléchir sur une question majeure et pourtant tabou : le roman historique est-il réservé aux vieux ? Je pose la question sans méchanceté, mais c’est vrai que parfois, les lecteurs ont une image peu flatteuse des romans policiers. On imagine des ouvrages poussiéreux et ennuyeux qui nous plonge dans un réalisme social sordide et nous donnent un cours d’histoire qui ne nous laisse aucun autre choix que de bailler. Non ! Le roman historique, malgré son manque de bonne publicité, n’est pas un genre réservé aux lecteurs âgés ! Je vous propose donc de m’accompagner dans ma réflexion pour dépasser les clichés et tordre le cou aux idées reçues. Faisons un peu le point.

Fauteuil en cuir et pipe en bois

Si je vous demande comme ça, à brûle-pourpoint, de me décrire le lecteur type de romans historiques, je risque de me retrouver confrontée à une image un peu déstabilisante : un vieux monsieur dans un fauteuil en cuir, en train de fumer la pipe tandis qu’il lit un ouvrage ennuyeux à mourir. Sans rire : vous pouvez faire mieux ! Ceci dit, je ne jette la pierre à personne. Moi-même, il y a encore quelques années (bon, un peu plus en fait), j’avais une image assez étriquée des romans historiques et je pensais qu’ils ne s’adressaient pas du tout à des gens de mon âge. D’où me vient cette idée ? Probablement du fait qu’autour de moi, aucun de mes amis ne lisaient ce genre de romans… alors que dans le même temps mes grands-parents en étaient friands. Du coup, je ne sais pas si c’est juste moi qui ait cette vision poussiéreuse du roman historique, mais mon expérience personnelle a fortement aiguillé mon jugement.

Toutefois, je ne pense pas être vraiment un cas isolé. Autour de moi, parmi les personnes de mon âge que je connais et qui lisent assez régulièrement, très peu d’entre elles lisent effectivement des romans historiques. Le choix de ce thème pour le mois d’avril a d’ailleurs un peu surpris dans mon entourage. Depuis le « Tu crois que ça va intéresser tes lecteurs ? » au « Qu’est-ce qu’il y a à dire sur le sujet ? ». D’accord, le roman historique n’est pas forcément le genre le plus glamour de toute la littérature, mais mérite-t-il vraiment de se faire ainsi lapider ? Certainement pas.

Les classiques sont les basiques

Après avoir réfléchi pendant près de deux semaines avant d’écrire cet article, j’ai dû me rendre à l’évidence. La raison pour laquelle le roman historique a mauvaise presse auprès des jeunes lecteurs, c’est certainement parce qu’ils le connaissent mal. Quand on y réfléchit deux secondes et qu’on prend le temps de taper « roman historique » sur Google, on remarque que les livres qui apparaissent sont tous des classiques intimidants, des pavés d’un millier de pages au moins… bref, des livres qui font un peu peur ! Les noms des auteurs ne sont pas faits pour rassurer : Dumas, Tolstoï, Victor Hugo… que des monuments de la littérature mondiale.

Avec ce genre de readlist, on peut être tenté de se dire qu’on va lire de bonnes histoires, mais à mon avis le premier réflexe de la majorité des lecteurs, c’est la fuite ! Parce que soyons honnêtes : quand on rentre du travail le soir et qu’on a envie de se détendre, on veut une lecture divertissante, pas un cours sur la littérature russe du XXe siècle ! L’aspect rébarbatif de ces grands classiques peut donc décourager pas mal de monde. Bien sur, ces classiques méritent le détour, mais ils ne redorent pas forcément le blason de leur genre.

Du neuf, du beau, du moderne ! 

Allons, que diable ! On va bien trouver autre chose à lire ! Oui, on va trouver, et même plus facilement qu’on ne pourrait le croire. Car même si on ne s’en rend pas bien compte, le roman historique a le vent en poupe. Il suffit de se rendre dans n’importe quelle librairie pour le vérifier : vous trouverez forcément un ou plusieurs ouvrages en tête de gondole. Les romans historiques sont régulièrement en tête des ventes, notamment quand on parle de romance ou de romans policiers. Ces derniers en particuliers ont vécu un vrai séisme depuis que certains auteurs ont lancé des sagas à succès. En France, Claude Izner nous fait plonger dans le Paris de la belle époque pour élucider des crimes. En Angleterre, Gilles Brandreth fait revivre Oscar Wilde en le transformant en enquêteur de la période victorienne. Ces phénomènes de librairie ont amené les éditeurs à investir sur les romans historiques pour proposer toujours plus de nouveautés aux lecteurs.

Le résultat des courses, c’est que le lecteur a désormais l’embarras du choix. Que vous soyez roman féminin, enquête, aventure et voyage… il y a forcément des romans historiques qui sont faits pour vous. Et s’il est souvent difficile de s’y retrouver dans tout ce choix, rien ne vous empêche de vous rendre en librairie pour vous faire accompagner par un libraire dans votre découverte du roman policier. Un librairie saura parfaitement vous trouver LE livre historique qui correspondra à vos goûts de lecture, tout en vous faisant plonger dans ce genre si particulier.

Nostalgie quand tu nous tient…

En arrivant au terme de ce mois consacré au roman historique, je me suis demandée comment il se faisait que ce genre devenait subitement à la mode. Bien sûr il y a une grande diversité et une grande vitalité dans ce genre. Mais est-ce vraiment tout ? N’y a-t-il pas quelque chose de plus profond ? Et quand on y réfléchit, la réponse est en fait évidente : en ces temps d’incertitude, nous cherchons désespérément à nous raccrocher au passé. Le passé, c’est notre madeleine de Proust. Nous y puisons l’apaisement qui manque à notre époque. Il nous rassure car nous le connaissons. Les plus passéistes des lecteurs ne manqueront pas de dire que « c’était mieux avant ». Je ne crois pas à cette maxime. Je ne blâme pas non plus les lecteurs qui trouvent un certain réconfort à plonger dans les pages d’un roman historique pour oublier leur propre période temporelle. Moi-même j’étais complètement accro à Downton Abbey, et je trouvais beaucoup de réconfort dans ce monde où tout était organisé et sécurisant.

Dans tous les aspects de notre société, la mode est au vintage. Et le livre ne fait pas exception à la règle. Ça ne me dérange pas tant qu’on n’oublie pas de soutenir la créativité de notre époque actuelle. Car même si notre monde d’aujourd’hui fait peur, nous avons la responsabilité de continuer à imaginer mieux. Nous devons bâtir un héritage pour les futures générations. Après avoir consacré un mois entier au roman historique, ma conclusion va donc être très paradoxale : il ne faut pas oublier le passé, certes, mais il ne faut pas non plus démissionner face au futur. La littérature ne peut pas toujours regarder dans le rétroviseur, et ses lecteurs non plus. J’adore les romans historiques, et je continuerais d’en lire régulièrement, mais je veux aussi croire que notre époque actuelle finira dans des livres, qu’elle fera rêver les futures générations. En attendant ce jour, il nous revient de trouver un point d’équilibre : ne pas être intimidé par le passé, ne pas avoir peur de l’avenir. Les livres peuvent être un rempart, mais ils ne sont pas une excuse.

Advertisements
Cet article a été publié dans Les Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le roman historique est-il réservé aux vieux ?

  1. Mima dit :

    La question est : C’est quoi être vieux pour toi ? Je ne suis pas sûre de la bonne formulation de ton titre (ceci dit c’est surement parce que vais avoir 50 ans dans quelques mois…).

    J'aime

  2. Je ne m’étais jamais posée la question pour la simple raison que j’adore les romans historiques depuis que je suis petite, j’adore voyager dans le temps et découvrir d’autres époques 🙂

    J'aime

  3. WordsAndPeace dit :

    Il semble que dans le monde anglophone, « historical novel ait en effet meilleure presse.

    J'aime

  4. mrsturner dit :

    Ton article est intéressant, mais je ne réagis pas de la même manière que toi. Cela est surement du à mon éducation et à mon entourage. Petite, j’ai toujours adoré être sur les genoux de mon arrière grand père qui a connu la seconde guerre mondiale. J’avais 7 ans quand il m’en parlé. ça me fascinait de connaitre et comprendre ce qu’il lui était arrivé et ce qui était arrivé à l’Europe. J’ai toujours sa canne qu’il a sculpté quand il était emprisonné en Allemagne. Ma sœur qui a douze ans de plus que moi, et a fait des études pour devenir prof d’Histoire Géo. L’Histoire a donc bercé mon enfance, et m’a toujours passionné encore aujourd’hui. J’aime savoir comment les gens vivaient, comment ils ont affrontés certaines épreuves…
    Pour moi lire un livre historique, c’est tout simplement s’intéresser à sa culture et son pays, à son territoire. C’est être curieux, apprendre et comprendre.
    C’est vrai quand tu penses à des livres historiques, beaucoup vont penser à des classiques qu’on lit à l’école, et pour certains c’est barbant. Cela vient peut être de là, l’inintérêt pour ce genre, puisqu’il est mal compris.
    Bon je t’ai écrit un roman! Mais ça me tenait à cœur de réagir à ton post!

    J'aime

    • Alivreouvert dit :

      Au contraire, merci beaucoup pour ton commentaire ! C’est un très beau témoignage, et encore une fois on voit bien à quel point ce sont les gens autour de nous, les passionnés de lectures qui nous transmettent cette passion. Pour ma part, c’est vraiment pendant mes études que j’ai commencé à m’attacher au roman historique, donc c’est vrai que je n’ai pas suivi le même chemin que toi et cela a certainement eu des conséquences sur mon ressenti face à ce genre. Mais maintenant, je ne pourrais plus m’en passer. C’est très agréable de plonger dans le passé, de découvrir des choses auxquelles on ne se serait pas forcément intéressé sinon…

      Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s