Call the midwife : mon avis sur les saisons 3, 4 & 5

Call-the-midwife

Aujourd’hui, c’est tire groupé ! Vous le savez, j’aime bien parler des adaptations de livres au cinéma ou à la télévision. Je trouve intéressant de montrer à quel point les livres sont autour de nous. Et ça peut parfois être un bon moyen de motiver certaines personnes à lire en leur prouvant que les histoires dans les livres sont largement aussi (sinon plus) intéressantes que les autres. J’avais énormément aimé les deux premières saisons de la série anglaise Call the midwife, basée sur le livre de Jennifer Worth qui a réellement été sage-femme dans les quartiers pauvres de Londres après la Seconde Guerre mondiale. Ayant enfin eu le temps de regarder la suite de la série (qui n’est toujours pas diffusée en France), je vous donne aujourd’hui mon avis dessus.

Les années passent et l’East End change énormément. Les travaux de modernisation ont débuté avec pour but premier de détruire tous les bâtiments insalubres. Des familles se retrouvent donc sans domicile tandis que d’autres commencent à être logés dans de grands immeubles remplis de logements sociaux. Au cœur de ces années 1950, les sœurs de St Nonnatus, sages-femmes par profession et par conviction, ne font pas exception à la règle. Leur vieux bâtiment a été détruit, et elles sont désormais logées dans un autre immeuble à peine meilleur que l’ancien. Mais ce n’est pas ça qui va entamer la bonne humeur des sœurs et des sages-femmes. Car les mères continuent d’accoucher et qu’il faut leur apporter toute l’aide dont elles ont besoin, dans des conditions souvent très difficiles. Heureusement, grâce aux progrès de la médecine, plus de choses sont possibles pour sauver la vie des bébés. C’est le début des services de maternité, de pédiatrie, la découverte de nouveaux traitements pour de vieilles maladies…

On retrouve dans ces saisons le charme « vintage » qu’on avait apprécié dans les deux premières saisons. Le casting est toujours aussi excellent, et les sœurs comme les sages-femmes sont à la fois drôles, touchantes et courageuses. D’ailleurs trois nouvelles sages-femmes font leur apparition dans ces nouvelles saisons, et c’est très réussi car leurs personnages sont tout de suite très sympathiques et très à l’aise dans l’univers de l’East End.

Parmi les changements majeurs de ces nouvelles saisons, il faut bien sûr retenir le cadre social et historique. La plongée dans les années 1950 apporte un vent de modernité très intéressant en montrant tous les changements que ça implique pour les familles dans leurs vies quotidiennes. On voit plus de voitures, plus de téléphones, de nouveaux appareils pour soigner les patientes, les vêtements ne sont plus tout à fait les mêmes (même les uniformes des sages-femmes changent !), et la musique a pris un petit coup de jeune. Bien sûr, ce n’est pas ça qui est essentiel, toutefois depuis le début, c’est justement le réalisme de la série qui fait tout son sel et lui permet de se démarquer d’autres séries. La transition dans le temps est parfaitement assurée, et ça rend cette série très addictive car on a toujours envie de voir plus d’épisodes.

Du côté des personnages principaux, si on retrouve toujours avec autant de plaisir la fantaisie de sœurs Monica-Joane et les plans ratés de Fred, il y a tout de même un petit problème d’équilibre. Les nouvelles recrues sont parfaites, mais du coup elles sont là en remplacement de deux personnages que j’adorait : Jenny Lee, sensée être le personnage principal, part à la fin de la saison 3 en ayant été très peu présente dans les épisodes. C’est une grosse déception et la série perd vraiment beaucoup avec son départ. Ce personnage, outre qu’il était très attachant, assurait la cohésion de toute la série car c’est elle qui racontait ce qui se passait, c’est par ces yeux qu’on découvrait l’East End. Sans elle, la série a décidément perdu en qualité. Autre personnage qui manque à l’appel : Chummy, la formidable sage-femme douée pour les bourdes. Du jour où ce personnage est arrivé dans la série, il a été mon préféré ! Là, elle n’apparaît que ponctuellement dans quelques épisodes… des épisodes où elle est fabuleuse, mais du coup on reste sur sa faim.

D’une manière générale, et peut-être à cause du chambardement lié au départ de Jenny Lee, la série a pris un tournant plus « soap opera » que je n’ai pas trop apprécié. Les saisons 4 et 5 ne sont pas très bonnes. Je les ai regardé pour l’ambiance, mais j’ai eu énormément de mal à m’enthousiasmer pour leurs histoires. Les personnages secondaires deviennent subitement tous chargés d’histoires affreuses : l’une est malade, l’autre alcoolique, une autre se pose des questions sur sa vocation, l’ancienne sage-femme ne peut pas tomber enceinte, les accidents et les morts arrivent en pagaille… Et au beau milieu de tout ça, on se retrouve avec tout un tas d’histoires d’amour catastrophiques sur les bras, alors qu’au départ ce n’était pas vraiment le propos de cette série ! Ce changement de cap est décevant et il verse trop dans la sensiblerie. En plus, on perd le côté optimiste qu’avait la série à ses débuts.

Autre choses, les histoires en elles-mêmes sont moins bien. Plus ça va plus les histoires des mères et des bébés deviennent dramatiques… presque inutilement ais-je envie de dire. Sans compter qu’on ne les suit pas toujours jusqu’à la fin. Il arrive à plusieurs reprises qu’on ne sache pas vraiment ce qu’il va advenir de la mère ou du bébé. Ces fins bâclées sont pour le moins frustrantes et on a l’impression que les histoires des mères ne sont plus au cœur de la série.

Je suis donc très mitigée sur ces saisons. Il y a quelques bonnes choses, et les inconditionnelles de la série auront plaisir à replonger dans l’univers de l’East End. Mais pour celles qui n’avaient pas forcément été emballées par les deux premières saisons, il est clair que ça ne vaut pas le coup de regarder la suite. Je trouve que le choix de faire sortir Jenny Lee de l’histoire est très mauvais. Apparemment, l’actrice a démissionné. Ils auraient dû prendre une remplaçante plutôt que de sacrifier la cohésion de la série. On a perdu l’ingrédient qui faisait le charme de cette très belle série. Pour celles d’entre vous qui n’auraient pas vu les deux premières saisons, je vous engage vraiment à les regarder : ce sont des épisodes de très grande qualité. Et pour les curieuses, sachez que le livre Appelez la sage-femme, écrit par Jennifer Worth, est disponible chez Albin Michel.

Publicités
Cet article a été publié dans Séries télé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Call the midwife : mon avis sur les saisons 3, 4 & 5

  1. GINA LA FORNARA dit :

    Série très réaliste, toutes les femmes devraient la regarder

    J'aime

  2. Bonsignour dit :

    Une série pleine de vérité de tendresse de pleine de joie . depuis que je le regarde ou commander la série en français

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s