Comment papa est devenu danseuse étoile, comédie de Gavin’s Clemente-Ruiz

Papa-danseuseLa jolie couverture bleue a un petit air zen qui fait du bien, mais c’est véritablement le monsieur barbu en tutu rose qui donne tout le sel à ce roman. Au premier coup d’œil, on ne peut pas passer à côté sans avoir envie de retourner le livre pour lire la quatrième de couverture. Et le résumé est à l’image de la couverture : un peu délirant et bourré de bonne humeur. Ayant récemment enchaîné les énormes pavés, j’étais contente (pour ne pas dire soulagée) de me reposer un peu avec un livre qui avait l’air sympa et dynamique. Du coup, Comment papa est devenu danseuse étoile, le roman de Gavin’s Clemente-Ruiz est tombé au bon moment dans la readlist. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps : j’ai adoré ce roman !

Chez les Minchielli, on ne peut pas dire que les choses soient au beau fixe. Le père, Lucien, est au chômage depuis un an. Fixé toute la journée à son canapé, il zappe de chaîne en chaîne pour tromper son ennui sans réaliser que sa petite famille est en crise. Sa femme s’angoisse et en a un peu assez de tout gérer toute seule dans la maison. Sa fille de quinze ans est en pleine crise d’adolescence (d’autant qu’elle a raté un important concours de danse et que dans le même temps elle est tombée amoureuse d’un garçon). Sa mère, prof de danse classique à la retraite, continue de divaguer sur ses souvenirs de jeunesse, et notamment sur le père de Lucien, parti avant sa naissance mais qu’elle n’a jamais cessé d’aimer. Le fils de 14 ans, Paul, observe donc toute son adorable famille partir en lambeaux… non sans rigoler au passage des extravagances de ses proches. La crise se transforme en tempête quand, un beau matin, Lucien est levé avant tout le monde dans la maison. Armé d’une paire de baskets et d’un vieux short, il décide de se remettre au sport. Mais le pire arrive quand il décide par la suite de devenir danseuse étoile. Un projet fou ? Mais que cache vraiment papa derrière son rêve de tutu ?

L’idée de départ de ce livre prête forcément à sourire tant c’est délirant. Mais le plus fou, dans cette histoire, c’est que ce point de départ complètement loufoque sert en fait une véritable histoire dont on découvrir tout l’enjeu au fil du livre. Ce qui fait que non seulement l’idée de départ tient la route, mais en plus le lecteur est complètement scotché au livre et veut savoir comment tout va finir. Personnellement, j’ai dévoré ce roman en une seule soirée et je n’arrivais tout bonnement pas à m’en séparer !

Dès les premières pages, c’est impossible de résister à la famille Minchielli, et on est tellement prêt d’eux qu’on a l’impression de faire partie de cette gentille famille dysfonctionnelle. L’histoire est racontée du point du vue de Paul, le fils, et il la raconte avec toute la verve d’un ado de quatorze ans. Entre désinvolture et tendresse, il nous dresse le portrait touchant d’une famille en pleine révolution. Car entre les rêves de chacun, le quotidien et les difficultés qui vont avec, ce n’est pas forcément facile d’être heureux tous les jours.

A travers les yeux de Paul, on suit la transformation de ce papa à la dérive en véritable danseuse étoile. Et autour de lui, on observe avec une grande fascination les répercussions de ce nouveau choix de carrière sur les autres membres de la famille. Chacun va avoir un chemin à faire, et ce n’est pas triste ! Heureusement pour nous, Paul nous rend compte fidèlement de la situation, non sans ajouter au passage ses propres commentaires sur les événements.

Outre le fait qu’on rit beaucoup parce que tous les personnages sont irrésistibles, on découvre petit à petit la raison pour laquelle Lucien s’est lancé dans cet entrainement de danse classique. Je ne vais rien vous dévoiler, mais disons simplement que cette raison ouvre le livre sur une dimension émotionnelle plus importante, qu’il dévoile beaucoup de tendresse et qu’il fait décoller le livre vers autre chose qu’une simple comédie.

Comment papa est devenu danseuse étoile est le premier roman de Gavin’s Clemente-Ruiz, et son écriture est irréprochable. C’est dynamique, léger, drôle à chaque page. Les chapitres sont bien rythmés et les personnages sont tous plus réussis les uns que les autres. On prend énormément de plaisir à lire ce roman qui est une véritable bouffée de bonne humeur… et on sait tous à quel point ce genre de livre fait du bien au moral ! Pour moi, ce roman est typiquement un feel-good-book dans le sens où il donne une pêche d’enfer au lecteur en le divertissant mais aussi en étant capable de l’émouvoir sincèrement. De là à dire qu’il suffit d’enfiler un tutu pour voir la vie en rose…

Advertisements
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s