Louis XI le méconnu, une biographie par Gonzague Saint Bris

GonzagueUne nouvelle biographie écrite par Gonzague Saint Bris est toujours un plaisir personnel, et cette année, je dois bien avouer que c’est un peu Noël avant l’heure ! Qu’importe le sujet tant la plume est belle, malicieuse et passionnée. Depuis la biographie qu’il avait consacrée à Musset, je suis sous le charme de l’esprit de Gonzague Saint Bris, ce romancier qui se rêve en historien tout en mettant à profit sa fine psychologie. Pour s’en convaincre, il suffit de lire ce nouveau livre qu’il consacre à Louis XI, roi de France méconnu, mésestimé et pourtant crucial dans l’histoire d’un pays qui n’était pas encore la France mais commençait à ressembler à un royaume.

En ce XVe siècle où la guerre de cent ans n’en finit pas de traîner en longueur, les belles heures de Jeanne d’Arc sont déjà un souvenir lointain, qui ne suffit plus à réchauffer les maisons dévastés, où une population exsangue, affamée et malade souffre en silence en attendant qu’un nouveau roi prenne les choses en main. Après de longues années d’apprentissage, le dauphin Louis pense être prêt à régner : il a été éduqué, a fait ses premières armes, remporté des batailles, s’est même marié… Mais un détail l’empêche de monter sur le trône : son père est encore en vie. Pas de chance, il faudra patienter. Mais les années d’attentes vont lui permettre de ronger son frein en imaginant déjà ce qu’il fera de son royaume dès qu’il en aura les clefs. Il faut dire que les projets d’envergure ne manquent pas : bouter les anglais une bonne fois pour toutes hors de France, mater les grands seigneurs français qui voudraient lui ravir ses territoires, regonfler un peu l’économie, mettre en place une armée régulière pour faire face aux dangers (intérieurs comme extérieurs), consolider le pouvoir royal, tenir à distance les fous de l’Inquisition, faire profiter le pays des dernières innovations (notamment l’imprimerie, cette petite chose promise à un bel avenir), et surtout défaire le duc de Bourgogne, ce voisin si encombrant aux idées de grandeur qui se verrait bien ceindre une couronne lui aussi. Les prières de Louis ne tardent pas à être entendues, et le gentilhomme d’en haut rappelle à lui le roi de France. Il est tant que le règne de Louis XI commence…

Dur dur de résumer une période de l’histoire de France aussi méconnue que complexe. Si la situation avec les pays étrangers est à peu près claire pour tout le monde (l’Angleterre = l’ennemi), la situation intérieure est beaucoup plus difficile à cerner pour le lecteur qui n’a pas mis le nez dans ses livres d’histoire depuis le Bac ! Fort heureusement, Gonzague Saint Bris est un bon pédagogue, et il manœuvre aisément le lecteur dans cette période chaotique, comme un guide qui fait faire le tour du musée à un groupe de touristes.

Sous sa plume, on comprend facilement la situation politique, économique et culturelle d’un pays avec lequel nous n’avons plus rien en commun. L’auteur se permet d’ailleurs des mises en parallèle très éclairantes avec des situations plus récentes de l’Histoire de France, comme la deuxième guerre mondiale, ce qui aide beaucoup à saisir les enjeux de ces temps pour le mois troublés. Et on en vient immanquablement à se dire que si Louis XI n’avait jamais fait l’objet d’une biographie de vulgarisation, c’est parce que la tâche était trop intimidante pour l’historien lambda !

En effet, il faut bien le talent de conteur du romancier pour restituer la vie d’un homme qui semble à des années lumières de notre vie contemporaine. Cet être austère, aux antipodes de l’image dorée que la monarchie absolue a laissé aux petits écoliers français, était un caractère de son temps : un guerrier, un stratège, un chasseur, un misogyne, un dévot, un politicien obsédé par l’idée de renforcer le pouvoir de son trône… En même temps, il était déjà, en ce moyen-âge finissant, un homme de la renaissance : grand lecteur, humaniste avant l’heure, humble et soupçonneux à l’encontre des personnes issues d’une caste trop privilégiée, féru de modernisme… Bref, un homme qui ne manque pas de contradictions !

Alors évidemment, entre le personnage complexe et une période historique charnière qui sert d’amorce à la Renaissance, il y avait forcément matière à un bon livre. Et c’est exactement ce qu’on tient dans ses mains avec cet ouvrage : un très bon livre qui se lit comme un roman. Relativement court (moins de 250 pages), le récit est mené tambour battant par un Gonzague Saint Bris en très grande forme. C’est une plongée passionnante dans une période méconnue de notre histoire, avec la mise en lumière particulièrement bienvenue d’un personnage qui incarne déjà les fondements de la monarchie absolutiste telle que Louis XIV l’immortalisera.

Et en refermant ce livre, je ne peux pas m’empêcher d’en venir à la conclusion que Gonzague Saint Bris pourrait écrire une biographie sur n’importe qui, même quelqu’un d’insignifiant, il en sortirait tout de même un grand livre. Car il a le don d’aller chercher l’anecdote, de piquer la curiosité de son lecteur, et finalement de nous faire rentrer dans l’histoire.

Publicités
Cet article a été publié dans Essais & Documents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Louis XI le méconnu, une biographie par Gonzague Saint Bris

  1. J’aime beaucoup l’histoire, je le note !

    Aimé par 1 personne

  2. WordsAndPeace dit :

    J’ai suivi ton conseil et en effet beaucoup apprécié récemment sa biographie de De Musset. J’ajoute donc celui-ci à ma PAL pour 2016. Merci!

    J'aime

  3. Ping : Le best of de mes lectures 2015 | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s