Grantchester, la nouvelle série policière qui fait battre mon coeur

grantchester-casting

La télévision et le cinéma ont plus d’un point commun, mais l’un des plus évidents est certainement le cruel manque d’imagination de leurs scénaristes respectifs. Véritables pilleurs de livres, ils partent du principe qu’ils n’ont pas à faire l’effort de trouver une bonne histoire : il n’y a qu’à faire une adaptation ! La bonne nouvelle pour les fans de littérature, c’est que c’est l’occasion de mettre en lumière de bons livres et de bons auteurs. C’est le cas par exemple avec l’excellente série anglaise Grantchester. Vous connaissez Downton Abbey ? Et bien imaginez le même univers, mais avec un prêtre anglican et des histoires criminelles à résoudre. Vous y êtes ? Alors, allons-y !

Grantchester est une série télévisée anglaise encore inédite en France, et qui est en fait adaptée des romans policiers de James Runcy. L’originalité de ces romans, c’est que c’est un prêtre anglican qui mène des enquêtes aux côtés d’un sympathique inspecteur de police. Sidney Chambers est prêtre dans une petite paroisse, un charmant village du nom de Grantchester. Revenu de la guerre avec des cauchemars qu’il tente de garder éloignés, le jeune prêtre cherche surtout à couler une vie paisible auprès de ses ouailles. D’autant qu’on ne peut pas dire qu’il soit très doué pour le bonheur : amoureux d’une fille de bonne famille qui est sa meilleure amie, il sait bien qu’elle finira par en épouser un autre. Il ne restera alors plus que le Seigneur et sa gouvernante, la vieille madame Maguire, pour occuper ses journées.

Mais sa vie prend un tour intéressant le jour où l’une de ses fidèles vient le trouver : l’associé de son mari est mort. Il se serait soit disant suicidé, mais la brave dame n’y croit pas : elle pense que c’est un meurtre et supplie Sidney de voir ce qu’il peut faire. Attiré par le mystère qui peut briser sa monotonie, voici donc notre homme d’église qui se met à mener sa propre enquête pour creuser les pistes délaissées par la police. Et son meilleur atout, c’est sa connaissance de l’âme humaine. D’autant que les gens se sentent assez en confiance avec lui pour lui parler librement. De plus, comme il est beau garçon et célibataire, ça ne gâche rien !

La série offre le charme désuet des années 1940. Les costumes et les décors sont parfaits et on se laisse prendre avec beaucoup de plaisir dans cette ambiance de carte postale. Le petit village de Grantchester ressemble à un cadre idyllique, même si on se doute bien qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Autre point fort : la présence de l’humour, notamment dans la relation de Sidney avec sa vieille gouvernante, une femme à l’allure assez revêche qui a l’habitude de s’écrier « What the Dickens ! » chaque fois qu’une chose la contrarie ou la surprend. Je n’avais jamais vu l’acteur principal, James Norton, mais je l’ai trouvé à la fois chaleureux et attachant, avec une pointe de mélancolie qui donne du relief à son personnage.

Pour l’instant, j’ai vu seulement les deux premiers épisodes de la première saison (qui compte au total six épisodes). La série a été saluée en Grande-Bretagne, et le public n’a pas tardé à adopter ce nouveau détective, confirmant le succès des livres. En France, la série fait déjà l’objet de l’enthousiasme de la blogosphère, et plusieurs de mes consoeurs (en particulier Marmelade de livres qui a un goût très sûr !) ont déjà parlé de la série pour dire tout le bien qu’elles en pensent. Pour vous faire votre propre idée, il faudra attendre la rentrée de septembre pour voir les épisodes par vous-mêmes : en effet, France 2 a acheté les droits de diffusion de Grantchester pour compléter son cycle de séries policières anglaises. J’ai hâte de voir le reste de cette série qui s’annonce comme le prochain coup de cœur des fans d’histoires policières !

La seule mauvaise nouvelle, c’est que les romans de James Runcie n’ont pas été traduits en français. Pour les anglophiles, vous pourrez facilement vous procurez la collection en VO. Pour les lecteurs qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare, il faut espérer qu’une maison d’édition française aura la bonne idée de surfer sur la diffusion de la série en proposant les romans traduits !

Publicités
Cet article a été publié dans Séries télé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Grantchester, la nouvelle série policière qui fait battre mon coeur

  1. Ca a l’air vraiment sympa ! Je pense que je vais m’y mettre 🙂

    J'aime

  2. Ah je ne connaissais pas, merci de me l’avoir fait découvrir. Je pense qu’elle pourrait me plaire, affaire à suivre. 😉

    J'aime

  3. Et bien, comme j’adore toutes les séries anglaises, j’attends celle-ci avec grande impatience en version originale, je l’espère, sous-titrée français, je l’espère aussi. Merci à vous.

    J'aime

  4. Ping : Sommaire de Juin 2015 | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s