Un Beau Jour peut-être, roman de Lauren Graham

grahamLorsque ce livre est paru en France, ma première réflexion quand je l’ai croisé en librairie a été : « Lauren Graham ? Je connais ce nom… » Mais impossible de retrouver quel livre j’avais lu d’elle. Et puis fiat lux comme on disait à Rome, la mémoire m’est revenue : c’était l’actrice principale de Gilmore Girls, série cultissime que m’avait judicieusement conseillée ma meilleure amie qui a bon goût (et le bon goût de savoir ce qui me plait !). Du coup, curieuse de savoir ce que ça allait donner, j’avais envie de lire ce roman, Un Beau Jour peut-être. Malheureusement un calendrier surchargé ne m’a pas permis de lire le livre à ce moment-là. Séance de rattrapage ce mois-ci avec la sortie du roman en format poche chez les éditions Milady.

L’auteure, Lauren Graham, est actrice, et dans ce premier roman, elle a donc choisi de parler de ce qu’elle connaît le mieux : le métier d’actrice. Et plus exactement les déboires d’une jeune actrice qui veut se lancer à New York. Et comme Lauren Graham a du talent, elle ne se contente pas d’écrire une autobiographie pour ressortir les anecdotes marrantes ou carrément bizarres de ses débuts : non madame, elle écrit un roman bourré d’humour.

Dans cette histoire, nous suivons les pas de Franny Banks. Elle est marrante, plutôt débrouillarde, et apprentie actrice. Le fait essentiel, c’est qu’en arrivant à New York deux ans plus tôt, Franny s’est donnée à elle-même un temps précis pour percer dans ce métier. Si au bout de cette durée elle n’a pas réussi à se faire un nom, elle laissera tomber son rêve et rentrera chez elle pour trouver un plan B. Or, la date fatidique approche à grand pas ! Franny met les bouchées doubles, et ses efforts ne sont pas sans récompenses puisqu’elle décroche une présentation devant des professionnels, elle trouve un agent, passe un casting pour un rôle très secondaire dans une sitcom minable, et trouve même un petit-ami ! Le début de la gloire ? Pas franchement. Parce que sur la route du succès, les embûches sont nombreuses, et il ne faut pas avoir peur de se retrouver au beau milieu de gens un peu cinglés !

Ce livre, je l’ai lu très rapidement et avec beaucoup de plaisir. Etant moi-même une grande fan de cinéma et de séries télé, je suis très bien entrée dans ce petit monde que Lauren Graham dépeint, un monde obsédé par la réussite professionnelle… ce qui n’est pas tout à fait la même chose que la réussite artistique. On jongle entre les boulots alimentaires, les castings, les cours de théâtre, les starlettes faussement sottes, les jeunes premiers qui se prennent pour le nouveau De Niro, les agents qui vendent du rêve… Bref, on passe dans la coulisse !

Si l’histoire en elle-même est aussi intéressante et amusante, c’est parce qu’on sent bien que Lauren Graham écrit sur un milieu qu’elle connait bien. Facile à dire puisqu’on sait qu’elle est elle-même actrice, mais quand même. Elle porte un regard lucide sur son métier (sortir des émotions à la commande) et sur les gens de son milieu (on y trouve des personnes bienveillantes et sympathiques tout comme des égoïstes décérébrés), et cela apporte une grande fraîcheur à ce livre.

Lauren Graham nous fait rire, mais elle tend aussi un miroir à l’industrie du spectacle qui a tendance à oublier de faire preuve d’humanité. J’ai particulièrement aimé l’une des scènes avec un des agents : quand Franny lui demande un conseil pour son métier, l’agent lui répond simplement « Intelligence, humour, générosité ». Une belle leçon à un moment où elle ne croit plus trop en ce milieu dont elle espérait tant.

J’en profite aussi pour dire que le personnage de Franny est hyper drôle et très attachant. Sous la plume de Lauren Graham, cette jeune femme encore un peu idéaliste prend vie avec une facilité déconcertante. D’ailleurs, l’écriture de Lauren Graham est très plaisante, vive, rythmée avec des dialogues extrêmement drôles. De nombreux chapitres servent d’intercalaires dans l’histoire : ce sont les pages de l’agenda de Franny. Il y a aussi les excellentes pages des messages de répondeur, avec notamment les échanges de Franny et de son père (un personnage que j’ai trouvé particulièrement réussi).

Un Beau Jour peut-être est un excellent divertissement parce qu’il est drôle, palpitant, qu’il parle d’un milieu qui nous fascine tous un peu, et surtout parce qu’il transpire la bonne humeur. Je pense qu’il peut vraiment plaire à un très large public. Et je dirais que si vous en êtes encore à la phase « Je cherche quel livre mettre dans ma valise pour aller avec mon paréo », c’est tout à fait un livre que vous pouvez choisir. En plus, il vient de sortir en format poche aux éditions Milady, alors ça laissera plus de place pour les tongs !

Bonne lecture et bon week-end à tous !

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Un Beau Jour peut-être, roman de Lauren Graham

  1. Ping : Sommaire de Juin 2015 | A livre ouvert

  2. J’adoooore la couverture de ce roman, et j’ai vraiment très envie de le lire après ta chronique 🙂

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s