Crazy Rich à Singapour, roman de Kevin Kwan

crazy-rich-a-singapourC’est en parcourant le catalogue des nouveautés d’Albin Michel que je suis tombée sur cette magnifique couverture orange au titre mystérieux : Crazy Rich à Singapour. En plus, je ne connaissais même pas l’auteur ! Pour être honnête, si je ne m’étais fiée qu’au résumé de l’histoire, je n’aurais peut-être pas eu envie de lire ce livre… et je serais passée à côté d’une petite merveille ! Si vous êtes déjà en train de réfléchir aux livres que vous allez emmener en vacances avec vous, ce roman est à mettre immédiatement dans vos valises !

Ce roman nous plonge dans un monde hors norme, très loin de la vie quotidienne « normale ». Au départ, nous faisons la connaissance d’un charmant couple new-yorkais : Nicholas et Rachel. Ils sont tous les deux d’origine chinoise, vivent pratiquement ensemble depuis deux ans, et tout va bien dans la vie de ces deux universitaires. Sauf que le jour où Nicholas est invité au pariage de son meilleur ami à Singapour (là d’où il est originaire), il décide que c’est l’occasion rêvée d’emmener avec lui Rachel et de lui présenter ainsi sa famille. Sauf que Nicholas n’a pas été tout à fait honnête avec Rachel, et il lui a caché un très lourd secret : il est l’unique héritier d’une dynastie ultra-riche et ultra-élitiste de Singapour. Non seulement cela fait de lui le célibataire le plus en vue de cette partie de l’Asie, mais cela signifie aussi que sa famille tient absolument à le marier à une fille de bonne famille. Rachel, née aux Etats-Unis dans une famille modeste sans aucun pedigree, ne correspond pas du tout à ce qu’ils avaient en tête. L’atterrissage à Singapour va être rude pour la pauvre Rachel qui va découvrir la folie d’un milieu obsédé par l’argent, le pouvoir et les arbres généalogiques.

Au début, j’ai eu peur d’avoir un peu de mal avec tous les noms chinois ainsi que les expressions asiatiques laissées dans le roman (mais traduites grâce à de judicieuses notes de bas de page). Et au final, j’ai plongé avec une grande facilité dans ce roman. Dès les premières pages, j’ai été complètement happée par l’histoire et les personnages. C’est d’autant plus vrai que le livre nous fait voyager à l’autre bout du monde dans un pays et un milieu social qui me sont complètement étrangers. La fascination opère de manière très efficace, et rapidement il devient quasi impossible de lâcher ce roman !

L’histoire en elle-même est très bien construite, et elle mêle habilement une critique de cette société élitiste avec un humour très présent. La quatrième de couverture faisait référence au roman Orgueil et Préjugés ; j’étais sceptique avant la lecture, mais après j’ai complètement changé d’avis. La comparaison est très judicieuse car on retrouve certains thèmes : l’importance de faire un bon mariage, l’envie de la jeune génération de se marier par amour et pas par convenance, l’importance de la situation sociale, le poids des tradition et du jugement des autres… Sauf qu’ici c’est encore plus drôle ! Le fait que tout se passe en Asie amène un certain décalage : Kevin Kwan ne nous parle pas de la société du XVIIIe siècle, il nous parle bel et bien du monde du XXIe siècle.

Pour ce qui est des personnages, c’est très difficile de savoir lequel j’ai préféré, tant ils sont tous hyper réussis. Certains sont hautement sympathiques (comme la pauvre Rachel qui n’avait pas demandé à se retrouver dans cette situation) tandis que d’autres sont de vraies têtes à claques (le cousin Eddie mérite la palme du personnage le plus horripilant que j’ai croisé depuis longtemps), mais comme les fâcheux font le spectacle, on ne leur en veut pas trop ! Mention spéciale au personnage d’Eleanor, la mère de Nicholas, qui est une sorte de madame Bennett asiatique version « femme au bord de la crise de nerfs ». Elle échafaude des plans qui foirent lamentablement les uns après les autres, et on pourrait presque avoir pitié d’elle… enfin, si elle ne voulait pas détruire le bonheur de Nicholas et Rachel !

Ce roman est vraiment très divertissant, il faut vraiment le souligner parce qu’on passe un excellent moment à le lire. En même temps, on sent bien qu’il y a une part importante de réalisme (et ça ferait presque peur). Apparemment, Kevin Kwan, l’auteur, connaît bien le milieu qu’il dépeint, et ça se sent effectivement dans sa manière de faire vivre ses personnages. Très rapidement, on comprend le mode de fonctionnement de cette caste pleine de contradictions : des gens incroyablement roches qui passent leur temps à faire semblant qu’ils n’ont pas grand chose, des obsédés par la réussite qui ne se préoccupent pas du bonheur car cela n’a aucune valeur marchande, une société bâtie sur des valeurs ancestrales qui a pourtant adhéré au modèle consumériste occidental… C’est une vraie réflexion sur la façon de vivre de l’Asie aujourd’hui, et en particulier sur les relations que l’Asie entretient avec la culture occidentale.

Pour résumer clairement mon point de vue : j’ai absolument tout aimé dans ce livre. Je le recommande les yeux fermés à tous les lecteurs. C’est drôle, intelligent, dépaysant, intéressant, avec une galerie de personnages fabuleux, plein de rebondissements… Bref, Crazy Rich à Singapour est un livre avec lequel on ne s’ennuie pas !

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Crazy Rich à Singapour, roman de Kevin Kwan

  1. eneleh59 dit :

    J’avais déjà craqué pour la couverture, maintenant j’ai encore plus envie de le lire !!!

    J'aime

  2. Ping : Sommaire de Juin 2015 | A livre ouvert

  3. Ping : Crazy rich à Singapour / Kevin Kwan | uncoindeblog

  4. Ping : Le best of de mes lectures 2015 | A livre ouvert

  5. Ping : Les meilleurs livres de 2016 : bilan à mi-parcours | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s