Tueuses mais pas trop, roman de Stéphanie Mesnier

tueusesQui n’a jamais rêvé de ce débarrasser d’un fâcheux ? Un encombrant qui vous pourrit la vie et sans lequel vous seriez mille fois mieux ? Quelqu’un qui sape votre énergie et votre bonne humeur, qui vous rend misérable et qui ne vous manquerait pas une seule seconde ? Tout le monde pourrait répondre oui. Ce qui ne fait de nous une nation de tueurs psychopathes en puissance, juste des gens normaux. C’est un peu en partant de ce simple constat que Stéphanie Mesnier a écrit un excellent roman dans lequel des femmes intelligentes et tout à fait respectables forment un club de tueuses redoutables, se rendant de mutuels services sous la forme d’assassinats opportuns… Mais ce n’est pas un crime puisque c’est pour la bonne cause !

Je dois avouer que ce n’est pas souvent que je vais faire un tour sur le site des éditions Fayard pour voir ce qu’ils ont comme fiction. Ce n’est pas vraiment une de mes maisons d’édition de référence. Et pourtant, en ce début de mois d’avril, c’est chez eux que j’ai découvert une pépite comme on en lit pas tous les quatre matins : Tueuses mais pas trop, un roman signé par Stéphanie Mesnier, que je connais de nom même si je n’avais jamais rien lu d’elle. La lecture du résumé m’a immédiatement emballé, et dès la réception du livre, je me suis jetée dedans avec un plaisir jubilatoire.

Notre histoire commence avec Camille, la trentaine pas vraiment dynamique. Camille aurait pourtant tout pour être heureuse : un mari riche et célèbre, un adorable petit garçon, un hôtel particulier dans le quartier le plus chic de Paris, et une collection de paires de chaussures qui ferait rougir de jalousie Carry Bradshaw herself ! Mais le coeur n’y est pas, la faute à une belle-mère envahissante et tortionnaire qui ne manque jamais une occasion de rabaisser Camille et de faire de sa vie un enfer (jusqu’à simuler un faux accident de voiture pour faire culpabiliser la pauvre Camille). Un jour où elle rencontre par hasard Rachel, une vieille ami de fac, Camille voit enfin une occasion de changer sa vie et de se débarrasser une bonne fois pour toutes de sa belle-mère : Rachel fait partie d’un club secret, les Bloody Ladies, des femmes réunies en une association qui vient en aide au cas désespérés en proposant purement et simplement de supprimer la personne gênante. Le pacte est simple : il faut tuer l’encombrant (c’est le nom qu’on donne aux cibles) d’une autre pour qu’ensuite l’une des filles tuent votre propre encombrant. Vous ne tuez pas vous-même votre cible, vous n’est pas soupçonnée, vous avez un alibi parfait au moment du meurtre : c’est le crime parfait !

Autant le dire tout de suite : j’ai adoré ce livre de la première à la dernière page. C’est drôle, frais, original, plein de rebondissements, et teinté d’un humour noir que j’ai beaucoup aimé. L’idée de ce club avec des femmes respectables, chef d’entreprise, médecin, avocate, riche héritière… qui se réunisse dans un bel hôtel particulier en plein coeur de Paris pour parler tranquillement de meurtre en sirotant un thé vert est très séduisante !

Dans cette histoire, on flirte entre la chick lit et le roman policier. Roman policier bien évidemment parce qu’il s’agit quand même d’une histoire de meurtre dans laquelle il y a du suspens et des péripéties. Et chick lit à cause de l’histoire de Camille, un peu paumée qui veut reprendre sa vie en mains mais ne sait pas comment faire. On retrouve un côté très girly dans ce livre, qui est d’ailleurs un peu un ode au girl power. Et ce mélange entre les deux genres est particulièrement agréable car cela contribue à faire de ce roman un livre original que l’on a beaucoup de mal à lâcher en cours de lecture !

Les personnages écrits par Stéphanie Mesnier sont toutes assez réalistes pour que l’on croie à son histoire, et toutes assez originales (pour ne pas dire « dingues », avec une mention spéciale pour la bonne-soeur) pour apporter cette touche de folie qui rend ce livre irrésistible. De plus, l’écriture est dynamique, les chapitres sont bien découpés, le rythme de lecture est plaisant et prenant.

J’avoue que l’un des plaisirs de la lecture réside dans l’idée même d’un club de femmes basé sur le meurtre. En tant que fan de romans policiers, je trouve que l’idée est très bien trouvée. Au détour d’une page du roman, Stéphanie Mesnier avoue d’ailleurs s’être inspirée du roman L’Inconnu du Nord-Express de Patricia Highsmith, qui met en scène deux tueurs qui échangent leurs cibles afin de ne pas se faire prendre. Une idée très maligne qui a fait germer une autre idée dans la tête de Stéphanie Mesnier : celle d’un club féminin, sorte de gynécée du crime dans lequel des femmes intelligentes et déterminées se serrent les coudes en tuant à tour de rôle les encombrants des autres membres. Les scènes du club féminin fonctionnent d’ailleurs très bien car elles sont drôles et vraiment très plaisantes à suivre.

L’ensemble offre un discours à la fois féministe et complètement amoral. L’idée maîtresse étant que les personnes tuées ont bien mérité ce qui leur arrive. Et en effet, si au tout début du roman, dans les premières pages, j’ai eu de la compassion pour le pauvre Georges dont la femme est une sorte de glaçon en talons aiguilles, par la suite je l’ai trouvé détestable, et j’avais hâte que les bloody Ladies lui règlent son compte une bonne fois pour toutes ! Ce qui prouve que ce roman est une totale réussite, puisqu’on en vient rapidement à adhérer au point de vue des criminelles, irrésistibles d’ingéniosité et de raffinement dans l’art délicat du meurtre.

En bref ce roman est une réussite qu’il ne faut pas laisser passer sans l’avoir lu ! Je ne vous garantie pas qu’il ne vous donnera pas de mauvaises idées par la suite…

Publicités
Cet article a été publié dans Chick lit, Roman policier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tueuses mais pas trop, roman de Stéphanie Mesnier

  1. Ping : Sommaire d’avril 2015 | A livre ouvert

  2. Ping : Le best of de mes lectures 2015 | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s