Agent Carter : la nouvelle série Marvel qui va plaire aux filles

agent-carter-afficheQuand on pense qu’on est au XXIe siècle, cela semble à peine croyable qu’il y ait si peu de films consacrés à des super-héroïnes ! Les filles aussi peuvent botter les fesses des méchants ! Heureusement, Marvel a eu une crise de lucidité aiguë et décidé de lancer une nouvelle série autour d’un personnage qui méritait largement qui lui donne sa chance : l’agent Peggy Carter. Vous vous rappelez du film Captain America et de la jolie brune qui maniait bien le revolver ? C’est elle. Et dans cette série, elle prouve que les filles assurent largement aussi bien que les hommes quand il s’agit de jouer à la bagarre.

Une histoire inspirée de l’Histoire

A la fin du fil Captain America, le héros disparaissait dans un désert de glace et on ne le retrouvait que cinquante ans, toujours aussi beau et jeune alors que ses conscrits étaient devenus vieux depuis longtemps (voire décédés). La suite de la saga d’Avengers se déroulant à notre époque, on ne savait pas trop ce que devenait l’agent Carter. Eh bien la série reprend juste un an après la mort du Captain et la fin de la guerre. Nous sommes à New-York en 1946, et Peggy Carter travaille au sein d’une organisation secrète qui a pour but de lutter contre toute menace trop délicate à gérer pour les autorités officielles. Que fait l’agent Carter ? Le café.

agent_carter_hayley_atwell

Si pendant la guerre le gouvernement était bien content de trouver de la main d’oeuvre parmi les femmes à cause de la pénurie d’hommes, la fin de la guerre a aussi sifflé la fin de la récréation. Ces dames ont été priées de regagner leurs foyers et de s’occuper de leurs petites familles. Travailler, pour quoi faire ? Mais Peggy n’est pas d’accord. Elle est qualifiée, elle veut faire des choses intéressantes, et de toute manière l’homme qu’elle aimait est mort, alors…

Dans ce cadre féministe et réaliste, les scénaristes de la série ont eu l’idée de créer un espace idéal pour un personnage un peu en marge de l’univers Marvel. Peggy n’a pas de super pouvoir ; elle sait se battre, elle est indépendante et intelligente, rusée même, mais rien ne la distingue de la masse des gens ordinaires, mise à part sa volonté de participer à une juste cause. Un sentiment qui habitait pas mal de femmes à l’époque, car elles avaient largement fait leur part du travail, sans pour autant gagner de gratitude. Dans ce cadre historique, la série propose donc de suivre le cheminement d’une femme de son temps avec un discours féministe très rafraîchissant pour un univers traditionnellement très masculin.

Humour et théorie du complot font toujours les bonnes séries !

Du côté du synopsis, les scénaristes ont trouvé le bon dosage entre inventivité et classicisme. D’un côté, la série Agent Carter entre parfaitement dans l’univers Marvel, et les personnes qui ont vu les films (particulièrement Captain America) trouveront rapidement leurs repères. De l’autre, il y a un vrai esprit grand public qui fait que la série est accessible à tous. Pour cela, la série repose sur un personnage principal qui n’était, dans les films, qu’un personnage secondaire. On ne sait pas grand chose sur elle, et on va donc pouvoir découvrir ses secrets et son passé pendant la série. Même chose pour les personnages secondaires de la série : mis à part Howard Stark qui vient des films, tous les autres sont des petits nouveaux que l’on découvre au fil des épisodes.

ABC's "Marvel's Agent Carter - Season One

Dans l’ensemble, on ne change pas une équipe qui gagne, et les scénaristes de la série ont décidé d’appliquer au pied de la lettre la recette Marvel : un groupe de méchants veut faire du mal aux américains et détruire New-York, donc il faut que les gentils interviennent pour sauver tout le monde. Pas très original en soi, mais le traitement est fait de manière très intéressante, en prenant l’histoire centrale comme prétexte pour fouiller dans l’univers Marvel et découvrir pas mal de choses sur Howard Stark et sa manufacture d’armes, sur la manière dont le Shield va être créé, et aussi sur la façon dont le projet Black Widow est né. Les fans de la saga Avengers y trouveront une excellente mine d’informations. Les autres spectateurs profiteront simplement du spectacle.

Une fille qui casse la baraque… littéralement

Elle met des robes de soirée en lamé doré, des chapeaux rouges, un rouge à lèvre qui endort les hommes, elle écoute du jazz, elle sait décrypter des messages secrets russes, mais toutes les compétences de miss Carter ne sont rien comparé à sa manière de se battre ! Elle est capable de régler son compte à n’importe quel méchant, et à mains nues ! Comme disent les jeunes : elle déchire, tout simplement ! Enfin une fille qui se bat à l’écran. Et des scènes de bagarre, il y en a à chaque épisode. Non pas que Peggy Carter soit violent ; c’est le monde qui est difficile. Et pour mener à bien sa mission, elle n’a peur de rien.

agent-carter-jarvis

Pour l’épauler dans sa mission, on retrouve une armée de seconds rôles masculins judicieusement choisie : un inspecteur macho/beau gosse, un inspecteur estropié/touchant/malin, un playboy multimilliardaire éternel adolescent, et mon préféré le majordome anglais qui rechigne à se battre parce que ça fait mauvais genre. Des hommes charmants sur lesquels il ne faut pas trop compter pour faire avancer l’histoire, mais au moins ils nous font bien rire. Du côté des filles par contre, c’est du sérieux : une serveuse qui veut devenir actrice, une tueuse russe aux méthodes expéditives et une logeuse au tempérament sadique dont les bigoudis feraient peur à n’importe quel monstre venu de l’espace.

Vous l’aurez compris, l’humour est au rendez-vous dans cette série où tout va très vite. Mon petit plaisir personnel est de découvrir le personnage d’Edwin Jarvis, le majordome d’Howard Stark qui servira plus tard d’inspiration pour l’intelligence artificielle inventée par Tony Stark (fils du précédent). Avec ses bonnes manières et ses costumes impeccables, ce pauvre homme se retrouve embarqué dans des aventures incroyables par pure loyauté envers son patron. Le duo qu’il forme avec Peggy Carter est absolument et les situations humoristiques pleuvent.

Cette excellente série ne comporte pour l’instant qu’une première saison de 8 épisodes qui a été diffusée aux Etats-Unis mais n’a pas encore été achetée pour la France. Il se murmure que Marvel pourrait commander une seconde saison, mais rien n’est sûr pour l’instant. Si la série risque de ne pas plaire aux fans masculins attachés aux clichés remplis de testostérone, elle risque au contraire de plaire aux autres, ceux qui aiment l’univers des super-héros et qui ont envie de passer du bon temps devant une série pleine d’action, d’humour et de rebondissements.

C’est une belle addition à la saga Marvel, et le ton féministe de la série m’a beaucoup plut. Hayley Atwell qui campe l’agent Carter est excellente de force et de charme, le tout dans des costumes très années 50. Le charme rétro risque de faire des ravages parmi celles qui se sont toujours demandées comment assommer un homme grâce à une paire de talons aiguilles.

Publicités
Cet article a été publié dans Séries télé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Agent Carter : la nouvelle série Marvel qui va plaire aux filles

  1. Et bien, on ne demande qu’à voir ! Captain America, bof, mais des séries sympas, je veux bien. Bien sûr ce que je préfère ce sont les anglaises. Mais bon ! C’est vrai qu’il n’y a guères d’héroïne en tout cas, Miss Marple n’est pas sexy…

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Sommaire d’avril 2015 | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s