Une Valse à trois temps, roman de Patricia Gaffney

valse a trois tempsAvant d’ouvrir ce livre, j’avais déjà entendu le plus grand bien sur son auteur, la romancière qui a écrit Les Quatre Grâces, un roman qui a rencontré un large succès dans le monde depuis sa parution. Mais je ne l’ai pas lu celui-là. Donc, une fois Une Valse à trois temps entre mes mains, j’ai découverte en vraie candide l’écriture de Patricia Gaffney. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre donc je l’ai lu en toute innocence, et voici mon avis après cette découverte.

L’histoire de Une Valse à trois temps n’est peut-être pas très originale, mais elle s’attache à une situation de la vie quotidienne : le deuil. Carrie est une femme autour de la quarantaine dont la vie bascule le jour où son mari meurt dans un accident de voiture. Elle se retrouve alors seule avec sa fille adolescente, Ruth, et ses parents pour la soutenir dans cette épreuve. Soutien lointain et peut-être pas très efficace du fait que ses relations avec sa mère renferment beaucoup de non-dits. Mais la mort de son mari est-elle le problème ? Au beau milieu de l’accablement, Carrie s’aperçoit que ce sur quoi elle pleure, c’est surtout sa vie et les choix qu’elle a fait par le passé. Pariée à un homme absent qui était finalement très éloigné de ce qu’elle espérait, elle a tout fait pour fuir son amour de jeunesse que sa mère désapprouvait à l’époque. A l’heure de reconstruire sa vie, elle va avoir l’opportunité de faire pour elle les choix qu’elle n’a pas fait dans le passé. Mais pour être complètement heureuse, il faudra aussi qu’elle se confronte aux relations qu’elle entretient avec sa fille et sa mère. Un chemin émotionnel intense et difficile.

Si vous aimez les grands drames qui dégoulinent de bons sentiments et révèlent des happy end dignes des films hollywoodiens, passez tout de suite votre chemin car Patricia Gaffney n’est pas le genre d’auteure qui verse dans le sensationnalisme. Très attachée à l’honnêteté des émotions à la vraisemblance des situations, la romancière propose à ses lecteurs de découvrir des personnages authentiques. Ils sont aux prises avec leurs émotions, leurs détresses, leurs fragilités et leurs espoirs, et c’est à cette aventure là que Patricia Gaffney nous convie : l’aventure de la vie humaine tout simplement. En cela, j’ai trouvé que ce livre reposait sur une bonne idée, même si l’originalité n’est pas de mise.

Là où j’ai été un peu déçue par le roman, c’est que, même si les personnages de la grand-mère et de la fille ado sont très réussis, j’ai trouvé que celui de Carrie était trop creux, trop en retrait. On se rend compte assez vite du caractère attentiste de ce personnage, et cela ne me convient pas de la part d’un personnage principal. Ce travers a un peu freiné ma compassion à l’égard de Carrie car j’attendais qu’elle se prenne en main et qu’elle se révèle. Or, même dans la révélation de ses émotions et de ses attentes pour le futur, elle reste fragile et trop peu sûre d’elle. Comparée au tempérament énergique et déterminé de Ruth, Carrie est transparente.

Un autre point qui m’a laissée un peu perplexe, c’est l’histoire secondaire qui concerne la construction d’une arche à cause d’un vieillard un peu timbré qui a eu des visions. Cette histoire en parallèle du deuil de Carrie est bien sûr une métaphore de sa reconstruction. Mais le traitement de cette partie de l’histoire est un peu décevant, pas assez original. L’histoire de l’arche est traitée exactement sur le même ton que le reste du livre, alors qu’à mon avis on y aurait gagné à avoir plus de comique. Le roman manque d’intensité dramatique car tout est plus ou moins joué sur le même air : cela nous donne une valse un peu trop prévisible. Si l’auteure avait ajouté un peu d’humour à ce pan de l’histoire qui concerne l’histoire gentiment déjantée de la construction d’une arche, je pense que cela aurait apporté un peu de relief et donné par conséquent plus de force à la partie dramatique du récit.

A l’heure de faire les comptes, je note donc deux points noirs dans ma lecture qui font que pour moi Une Valse à trois temps ne mérite pas d’être classé dans les meilleurs romans de l’année. Toutefois, pour être honnête, sa lecture a été un agréable moment. Il n’y a pas eu de passage où j’ai failli abandonner le livre. Je ne me suis pas ennuyée (même si ça manquait un peu de peps) et j’ai sincèrement été touchée par l’histoire qui est très belle. Si vous aimez les romans féminins, je pense que celui-ci devrait vous plaire.

Disponible aux éditions Charleston.

Les Quatre Grâces est paru récemment en format poche chez Pocket.

Publicités
Cet article a été publié dans Littérature étrangère. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une Valse à trois temps, roman de Patricia Gaffney

  1. Ce n’est pas le titre de chez Charleston qui m’attire le plus !

    J'aime

  2. Ping : Sommaire d’avril 2015 | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s