Sauf la mort, de Maureen Jennings

Ceux qui regardent la télévision en traquant  de bonnes séries policières sont peut-être déjà familier de l’inspecteur William Murdoch de la police de Toronto, tout droit sorti de la fin du XVIIIe siècle. Mais peut-être ne savent-ils pas que notre sympathique inspecteur sort tout droit d’une série de romans policiers écrits par une romancière canadienne du nom de Maureen Jennings.

J’ai découvert cette série un peu par hasard, et je n’ai pas été déçue car c’est une bonne série policière. Et au détour d’un générique, je me suis aperçue qu’il s’agissant en fait d’une adaptation. Après quelques temps, ma curiosité naturelle a fini par l’emporter et j’ai acheté Sauf la mort, le premier roman de la série.

L’inspecteur William Murdoch en est au début de sa carrière dans ce premier tome. Il vit dans une pension appartenant à un charmant couple de personnes âgées qui se passionnent pour les affaires criminelles. Sa fiancée est morte, et il ne semble avoir aucune autre famille ni relation que ses logeurs. Il évolue donc seul, au milieu de l’hiver glacial et un peu sordide de Toronto, cette grande ville où l’expansion industrielle se mélange avec les restes de l’ambiance XVIIIe siècle.

Ce qui est d’emblée intéressant avec ce personnage, c’est qu’il est non seulement seul, mais aussi isolé. Il est catholique dans une ville protestante où les catholiques sont très mal vus. Il s’intéresse aux méthodes modernes de la police alors que sa hiérarchie croit aux bonnes vieilles méthodes. Et il démontre rapidement une compassion à l’égard des victimes qui le rend beaucoup plus humain que d’autres enquêteurs de romans policiers.

Outre le personnages attachant, ce roman déploie d’autres forces : une ambiance unique et « exotique » pour un lecteur français, un grand réalisme des caractères et de la société de l’époque, et aussi une intrigue  bien construite, ménageant son lot de rebondissements et de fausses pistes (ce qui est crucial pour un bon roman policier !).

J’ai lu ce livre en version française, je ne peux donc pas juger correctement de l’écriture. Néanmoins, je remarque que la plume est vive, et les chapitres sont assez bien proportionnés pour maintenir le même rythme du début à la fin de l’enquête. Maureen Jennings a le bon goût de ne pas se perdre en détails inutiles pour nous faire profiter de la balade au XVIIIe siècle : elle s’en tient à son enquête policière et s’attache à entretenir le suspens pour ses lecteurs.

D’un point de vue narratif, la structure présente une originalité : au début de certains chapitres, de courts passages de récit en italique sont incérés, sans que l’on sache à quel moment de l’histoire on se situe ni de quels personnages on nous parle. Ces passages un peu déstabilisant au début nous amène petit à petit dans un climat de doute : on essaye de deviner de qui on nous parle, à quoi correspond la scène qui se joue sous nos yeux… Finalement le lecteur en est réduit au même état que l’inspecteur Murdoch : il essaye de recoller les morceaux de l’intrigue avec les quelques éléments qu’il a en main, et sans la moindre certitude.

 J’ai particulièrement apprécié ce procédé narratif qui apporte un suspens supplémentaire à l’histoire. On a l’agréable sensation que l’auteur joue avec la patience et la logique de ses lecteurs, et c’est une manière originale de dynamiser le roman policier.

Je conseille donc aux amoureux de romans policiers de découvrir ce livre. Pour ma part je sais que je lirais les tomes qui suivent car celui-ci m’a vraiment plut.

Publicités
Cet article, publié dans Roman policier, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sauf la mort, de Maureen Jennings

  1. Ping : Escale #1 : Amérique du Nord | A livre ouvert

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s